Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Thomas Bach Trop tôt pour lever les incertitudes sur la façon d'organiser les Jeux deTokyo




Le président du Comité international olympique Thomas Bach a martelé mercredi qu'il était "trop tôt" pour lever les incertitudes sur la façon d'organiser les Jeux de Tokyo, qui dépendra notamment des progrès dans le dépistage du Covid-19 et d'éventuels vaccins.

"On ne sait pas à quoi le monde ressemblera demain. Comment pouvez-vous espérer que l'on sache à quoi ressemblera le monde dans 316 jours ?", a résumé le patron du CIO, pressé de questions à la sortie d'une commission exécutive de l'instance.

Après le report historique des JO à l'été 2021 en raison de la pandémie, les organisateurs ont promis des Jeux "simplifiés", avec plus de 200 mesures étudiées, mais aucune décision concrète n'a encore été prise: une limitation du nombre de spectateurs est notamment envisagée.

"Dans les prochaines semaines, vous verrez des discussions importantes et intensives sur les différents scénarios" destinés à "garantir un environnement sûr pour toutes les personnes impliquées l'été prochain", a promis le patron allemand du CIO.

"Ce n'est pas facile, mais bien sûr la distanciation sociale est à l'étude", a-t-il précisé, alors que les Jeux doivent rassembler 11.000 athlètes venus de 206 pays, accompagnés d'au minimum 5.000 officiels et entraîneurs, 20.000 représentants des médias et 60.000 bénévoles.

Mais "il est tout simplement trop tôt pour donner une réponse concrète sur le scénario final", "trop tôt pour fixer une date limite", a insisté M. Bach, faisant du "développement de tests rapides" et de possibles "vaccins" contre le Covid-19 deux paramètres cruciaux.

Concernant le dépistage rapide, a-t-il relevé, "nous pouvons être prudemment optimistes, selon nos informations et les contacts que nous avons avec les experts, l'Organisation mondiale de la Santé, mais aussi avec des compagnies pharmaceutiques". "Nous recevons également des nouvelles encourageantes à propos du développement de vaccins (...) Ils ne seront pas le remède miracle, mais ils peuvent grandement faciliter l'organisation des Jeux", a ajouté M. Bach. Lundi matin, le vice-président du CIO John Coates avait promis que les JO de Tokyo auraient lieu "avec ou sans" coronavirus et débuteraient "le 23 juillet de l'année prochaine", dans un entretien à l'AFP. Les frontières du Japon demeurent pourtant largement fermées, beaucoup d'experts doutent que la pandémie soit sous contrôle d'ici à l'été prochain, et une large majorité de Japonais souhaitent désormais un nouveau report ou une annulation des Jeux. Les autorités japonaises, tout comme le CIO, ont clairement indiqué qu'elles ne souhaitaient pas que les Jeux soient reportés une seconde fois. Mais aucun responsable olympique n'envisage publiquement d'annuler l'événement, ce qui serait inédit en temps de paix.

Infantino Priorité à la santé

Rouvrir les stades de football est "l'objectif" avec la reprise des différents championnats,maisla santé doitrester la priorité, a soulignémercredi le président de la Fifa Gianni Infantino, lors d'un déplacement à Rome. "Le football sans supporteurs, ce n'est évidemment paslamême chose,maisla santé est plus importante", a-t-il souligné, après avoirrencontré le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte pour discuter de la reprise des compétitions dans la Péninsule, où la SerieAreprendra le 19 septembre à portes closes. "Ilfautregarder comment on peutrepartir. Il est certain que la réouverture desstades est l'objectif, maissans mettre de pression, ni fixer de délais. Travaillons sérieusement à un retour à la normale", a poursuivi le patron du football mondial, qui a précisé effectuer en Italie son "premier déplacement officiel postCovid". A ses côtés, le président de la Fédération italienne (FIGC)GabrieleGravina s'estmontré tout aussi prudentsurle sujet alors que les appels à une ouverture partielle semultiplient en Italie de la part des clubs, des joueurs et des entraîneurs. Avant de songer à rouvrir les stades aux supporteurs, priorité aux écoles, a rappelé le responsable italien. "L'école recommence d'abord puis nous regarderons petit à petit la possibilité de rouvrirlesstades", a expliqué M. Gravina, alors que la plupart des élèvesitaliens retournent la semaine prochaine à l'école. Le président de la fédération en a profité pourindiquer qu'il donneraitson feu vert à la poursuite la saison prochaine en Italie des cinq changements possibles en match. Cette mesuremise en place parla Fifa afin de limiter le risque de blessures pourlesjoueurssoumis à des cadences infernales après la pause liée au coronavirus a été prolongée cette saison pour les championnats qui le souhaitent. "Dans cette situation particulière, les cinq changements sont une très bonne solution. Ça va être appliqué jusqu'à la fin de la saison, pour l'avenir, nous verrons", a souligné Gianni Infantino.

Libé
Jeudi 10 Septembre 2020

Lu 312 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:20 Tadej Pogacar bouscule l'histoire du Tour de France

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:19 Premier League: Liverpool mate Chelsea

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:18 Jawad Yamiq proche du Getafe