Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Super Ligue: Reverra-t-on Hakim Ziyech et Achraf Hakimi en équipe nationale ?


“Les joueurs des clubs concernés par la Super Ligue pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales”, préviennent l’UEFA et la FIFA Après la déflagration, place aux doutes et autres interrogations. Hakim Ziyech (Chelsea FC) et Achraf Hakimi (Inter de Milan), stars et figures de proue de l’équipe nationale, mais également pensionnaires de deux des 12 clubs fondateurs du projet de Super Ligue, sont évidemment concernés. Pourront-ils poursuivre leurs quêtes en Ligue des champions et FA Cup pour le premier, et pour le Scudetto pour le second ? Pis, les reverra-t-on un jour avec le maillot de la sélection marocaine sur le dos ? Rien n’est moins sûr. Dimanche soir, à la veille de la réunion du comité exécutif de l’UEFA, qui a, par ailleurs, entériné le projet de réforme de la Ligue des champions à partir de 2024, douze grands clubs européens ont annoncé leur volonté de ne plus participer à la compétition phare gérée par l’instance européenne, tout en créant en parallèle leur propre Super Ligue. Serpent de mer depuis des années, cette nouvelle compétition semble cette fois bel et bien lancée en raison de la détermination affichée par ses pères fondateurs. Une annonce qui a suscité de nombreuses réactions. L’UEFA en premier. L’instance n’est pas restée les mains croisées en promettant des sanctions exemplaires qui ne seront pas sans conséquences sur les équipes nationales. «Quelques clubs anglais, espagnols et italiens pourraient prévoir d’annoncer la création d’une soi-disant ‘’Super Ligue’’ fermée», a indiqué l’UEFA dans un communiqué. Et de préciser :«Les clubs concernés se verront interdire la participation dans toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial, et leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales». L’utilisation du conditionnel par l’instance européenne n’atténue en rien la portée des menaces et des possibles sanctions prévues. Et pour cause, en janvier dernier, la FIFA avait déjà prévenu les frondeurs à la suite des premières rumeurs d’une Super Ligue : « Une telle compétition ne serait reconnue ni par la FIFA ni par la confédération concernée. De ce fait, tout club ou joueur disputant une telle compétition se verrait refuser le droit de participer à une quelconque compétition organisée par la FIFA ou sa confédération”. Ipso facto, Hakim Ziyech et Achraf Hakimi, dont les clubs sont impliqués dans ce projet où la participation des cadors sera garantie, à l’instar de l’Euroligue en basket, pourraient donc ne plus avoir le droit de participer aux compétitions internationales avec les Lions de l’Atlas. Un handicap de taille pour l’EN et son coach Vahid Halilhodzic. Mais pas que. Qualifié en demi-finale de la Ligue des champions avec Chelsea, Hakim Ziyech risque de voir s’envoler ses chances de remporter sa première F.A Cup face à Leicester (le 15 mai), mais aussi ses ambitions de qualification contre le Real Madrid dans une semaine, puisque l’UEFA envisage d’exclure trois des quatres demi-finalistes de sa compétition. A savoir Chelsea, Real Madrid et Manchester City qui doit affronter le PSG. Idem pour les fédérations nationales. Par conséquent, l’Inter de Milan d’Achraf Hakimi, en bonne voie pour remporter son 19ème Scudetto, pourrait également être exclu de la Serie A. En somme, la situation des joueurs des 12 clubs et donc d’Achraf Hakimi et de Hakim Ziyech est peu enviable. Ils sont coincés entre l’enclume et le marteau. Entre leur amour pour la patrie et les désirs de leurs employeurs. Si les sanctions envisagées par la FIFA et l’UEFA venaient à être entérinées, pourront-ils avoir le courage de changer de club? La réponse à cette question sera déterminante pour leur avenir en équipe nationale, d’autant que, désormais, il est fort probable que les 12 clubs à l’origine du projet de Super Ligue et les instances internationales ne marchent plus la main dans la main. A l’évidence, la guerre est lancée avec des dommages collatéraux en pagaille. 

Chady Chaabi
Mercredi 21 Avril 2021

Lu 458 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS