Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Soutien des pays d’Amérique latine à la cause nationale

Nelsinho Trad L’adoption par le Sénat brésilien d’une motion en faveur du Plan d’autonomie témoigne de la justesse et de la viabilité de l’initiative marocaine




A la faveur d'une vision Royale innovante en matière de coopération Sud-Sud et d’une dynamique diplomatique proactive, la cause nationale continue d’engranger de probants succès partout en Amérique latine, alors que la thèse séparatiste agonise.
Sous la conduite de S.M le Roi Mohammed VI, le Maroc jouit désormais du soutien des gouvernements, des Parlements et des organisations de la société civile des pays de la région en faveur de la marocanité du Sahara et de la souveraineté du Royaume sur l’ensemble de son territoire.
C’est grâce aussi à cette action diplomatique vigoureuse que la pertinence du Plan d'autonomie au Sahara en tant que seule solution viable et réaliste est unanimement saluée dans les différentes capitales d'Amérique latine.
Dernier succès en date, l’adoption par le Sénat fédéral brésilien, à une large majorité, d’une motion de soutien à l’initiative marocaine d’autonomie pour les provinces du Sud, qui "respecte l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale du Royaume".
Cette motion répond à une longue tradition parlementaire et diplomatique du Brésil à oeuvrer pour la résolution des différends en défendant les causes justes dans le cadre du dialogue et de la paix, a indiqué à la MAP le sénateur Nelsinho Trad du Parti social-démocrate (PSD) qui occupe le poste de président de la Commission des relations extérieures et de la défense nationale au Sénat fédéral. 
Il a ainsi salué la volonté du Maroc, un partenaire séculaire du Brésil, de trouver une solution politique et consensuelle au différend artificiel sur le Sahara marocain. 
Partant de ce constat, il est important de conforter le Maroc dans ses choix de diversité, de pluralisme, de tolérance et d’unité de sa Nation, a insisté le sénateur de l’Etat de Mato Grosso Do Sul. 
De son côté, le sénateur Carlos Viana, vice-président du groupe d’amitié parlementaire Maroc-Brésil, s’est félicité de l’adoption de cette motion en faveur de l’initiative marocaine d’autonomie pour les provinces du Sud qui “respecte l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale du Royaume”, tout en saluant le leadership du Royaume aux plans régional et international, dans différents domaines. 
Pour le représentant de l’Etat de Minas Gerais, le Maroc est un bon exemple d’un pays pacifique qui promeut la cohabitation et l’acceptation de l’autre. A la faveur de l’entente politique entre le Maroc et le Brésil, les liens de coopération sont promis à un avenir encore plus radieux, a-t-il assuré. 
Votée par 62 des 81 membres du Sénat fédéral, cette motion vient honorer les relations séculaires et solides liant le Brésil et le Maroc, a souligné le sénateur de l’Etat d’Amazonie, Omar Aziz, ajoutant qu’il s’agit là d’appuyer les efforts déployés par le Royaume sur la scène internationale pour parvenir à une solution pacifique et mutuellement acceptable. 
“Le cadre idoine de cette solution demeure le Plan d’autonomie pour les provinces du Sud qui garantit au Maroc sa pleine et entière souveraineté, conformément aux résolutions de l’ONU”, a-t-il dit. 
Par ailleurs, le sénateur (PSD) a mis en avant le rôle important que S.M le Roi Mohammed VI a joué dans la modernisation et l’ouverture du Maroc sur le monde, ainsi que dans la promotion des valeurs humaines universelles, illustrée par la visite du pape François au Maroc dans le cadre de la promotion d’un dialogue interreligieux permanent. 
A son tour, le sénateur Antonio Anastasia, du Parti de la social-démocratie brésilienne, a qualifié cette motion d’”importante” qui conforte la volonté du Maroc, “un ami du Brésil”, de trouver une solution politique, consensuelle et durable à ce différend régional. 
Le Sénat fédéral brésilien a adopté à une large majorité de ses membres une motion de soutien à l’initiative marocaine d’autonomie pour les provinces du Sud. 
Le président du Sénat, Davi Alcolumbre, a adressé, mercredi au ministre brésilien des Relations extérieures, cette motion d’appui à l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc, en vue de trouver une solution politique consensuelle et durable au conflit régional autour du Sahara marocain. 
Ce document stipule notamment que “l’appui du Brésil à la proposition marocaine d’autonomie sera cohérent avec les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et est compatible avec la position de la communauté internationale pour la recherche d’une solution politique réaliste et consensuelle à ce différend régional”. 
La motion, qui se félicite, par ailleurs, des “valeurs communes de tolérance, de pluralité et de diversité” qui lient le Maroc au Brésil, vient couronner un long processus durant lequel le Brésil exprime et réitère son soutien clair et massif en faveur d’une solution politique au différend artificiel autour du Sahara marocain, avec le Plan d’autonomie comme cadre pertinent pour atteindre cet objectif. 
Le 13 juin dernier, le ministre des Relations extérieures du Brésil, Ernesto Araujo, a affirmé à l’occasion de la visite à Brasília du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, que “le Brésil soutient les efforts du Maroc pour parvenir à une solution réaliste à la question du Sahara et est disposé à contribuer aux différents efforts visant à parvenir à des solutions allant au-delà de la rhétorique”. 
Près d’un an auparavant, en mai 2018, la Chambre des députés brésilienne avait adopté également, à une large majorité, une motion d’appui à l’initiative d’autonomie. 
Cet appui franc à la cause nationale est à inscrire dans un engagement des pays latino-américains en général en faveur de l’intégrité territoriale du Royaume, à sa souveraineté nationale et à son initiative d’autonomie. 
En effet, les pays de la région ont manifesté, aux plans exécutif et législatif, un soutien clair et massif à la position marocaine et une volonté ferme de renforcer leurs relations avec le Maroc. 
Ce soutien à la cause nationale intervient alors que la thèse du séparatisme est en train d’agoniser non seulement en Amérique latine, mais aussi dans de nombreux pays à travers le monde ayant pris conscience du danger que représente le séparatisme pour la stabilité du monde. 
Autant de développements qui accompagnent la diversification des partenariats et consacrent la crédibilité de la politique étrangère du Royaume du Maroc, portée par S.M le Roi Mohammed VI sur la scène internationale en général et en Amérique latine en particulier.

Libé
Lundi 9 Septembre 2019

Lu 966 fois


1.Posté par Mohamed le 09/09/2019 07:34
Autrefois la pseudo RASD été soutenu par 80 pays grâce au petro dinars ,aujourd'hui ils ne sont que 30 États a soutenir une milice en perte de vitesse ...
Le Royaume Millénaire du Maroc avec ses 12 siècles d'histoire peut-il être comparer a une fabrication de 40 ans sans état, ni capitale, ni monnaie ect...
Le Sahara a toujours été Marocain et il le restera Marocain avec un grand M....

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com