Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Semaine des migrants ou quand Nador vit au rythme de la diversité

Entre individus de différentes nationalités, ça parlait amazigh, marocain, français, espagnol et anglais, en plus des dialectes subsahariens, dont le swahili…




“Ta3ayoch» (Coexistence). C’est le nom d’un projet initié pour contribuer à l’intégration des migrants subsahariens, mais c’est aussi le prétexte pour insuffler à l’espace public marocain une énergie positive. L’objectif est de garantir davantage de synergie entre différentes nationalités, religions, cultures et langues… Nador qui a vibré, du 13 au 17 décembre courant, au rythme de la troisième édition de la Semaine des migrants au Maroc s’est s’érigée en capitale africaine.
Sénégalais, Camerounais, Congolais, Ivoiriens, Maliens, Djiboutiens… en plus de ressortissants espagnols, français et japonais, se sont donné rendez-vous, pour consacrer la volonté d’unir les dynamiques des citoyens du monde et d’œuvrer en vue de défendre le principe de la liberté de circulation des personnes conformément à la déclaration des droits humains, depuis la révolution française jusqu’à nos jours.
Le chapiteau installé au bord de Marchica pour accueillir les participants a été une «exposition interculturelle», telle que souhaitée par les organisateurs. Les produits des terroirs africains semblaient raconter des histoires humaines. Les visiteurs ne pouvaient ne pas sentir ces belles odeurs de l’arganier marocain, ne pas voir les belles couleurs des tissus sénégalais et ivoiriens et des petites babioles subsahariennes. «C’est ma deuxième participation à cette foire africaine. Nous sommes heureux que les Africains puissent avoir une fête commune où ils peuvent se rencontrer et débattre de leurs problèmes, certes, mais aussi défendre leurs aspirations», souligne Fatimata, d’origine sénégalaise, venue de  Rabat pour vendre ses tissus.  
Une ambiance bon enfant ! le chapiteau a connu de vrais moments d’échange, notamment à travers des visites guidées organisées au profit des élèves des établissements scolaires de Nador. Il était temps pour la jeunesse marocaine de faire la rencontre d’un autre aspect de la migration, en l’occurrence sa face positive et sa valeur ajoutée. «Il faut bien montrer l’aspect riche et varié de la migration, sinon, nos enfants seront imprégnés uniquement de stéréotypes et idées préconçues sur l’immigration, en tant que phénomène à problèmes», explique Abdessalem Amakhtari, président de l’Association Tisseghnass-Asticude, initiatrice de cette manifestation.
 Les différents rayons exposent une diversité de produits, d’une richesse culturelle, d’une pluralité linguistique, mais aussi d’une grande unité humaine et africaine. Le multilinguisme est conjugué au multiethnique et les costumes invoquaient une devise essentielle : la différence ! Entre individus de différentes nationalités, ça parlait amazigh, dialecte marocain, français, espagnol et anglais, en plus des dialectes subsahariens, dont le swahili… Le cœur est pourtant imbu d’une seule réalité : nous sommes en terre africaine, unis autour de ce bassin méditerranéen, pour affronter les défis nous liant à l’Europe. Et pour consacrer ce climat de brassage, les organisateurs ont programmé une course en l’honneur de cette femme africaine battante.
«C’est la troisième édition de cette manifestation, et nous sommes fiers que cela évolue au fil des années. Les rencontres servent de tremplin pour les petits commerçants subsahariens afin de donner une autre image de migrants bien intégrés et des exemples de personnes ayant trouvé une place au soleil de cette société déjà multiculturelle et multilinguistique », précise Aboubakar, de l’Association Tisseghnass-Asticude. Et mieux encore, cette fois-ci, la manifestation constitue un carrefour de toutes les volontés institutionnelles de Nador, chose qui montre une prise de conscience de l’importance de tels événements, comme c’est le cas pour la commune de Nador, partenaire principal de la troisième édition. 

Mustapha Elouizi
Jeudi 21 Décembre 2017

Lu 924 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés