Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Premier League : Un mercato raccourci mais agité




Bien que moins spectaculaire que le précédent, le mercato anglais, clos dans une semaine, a une nouvelle fois vu les clubs de Premier League mettre la main au portefeuille, un an après une saison historique où ils avaient dépensé plus d'un milliard d'euros.
On s'attendait au départ d'Eden Hazard ou au retour de Cristiano Ronaldo mais l'été 2018 outre-Manche n'aura pas été marqué par des transferts records tel celui de Paul Pogba, passé de la Juventus à Manchester United pour 105 millions d'euros à l'été 2016, un record à l'époque.
Car, nouveauté cette saison pour un championnat qui touche 2,3 milliards de droits TV par exercice (2016-2019), le mercato se termine le 9 août à 16h00 GMT, à la veille du début de la Premier League. Contrairement au reste de l'Europe qui a jusqu'à la fin du mois pour se renforcer.
Résultat, les clubs de l'élite anglaise ont dû régler leurs achats plus vite que d'habitude. Dix-huit des vingt clubs de Premier League ont déjà recruté au moins un joueur, seul Tottenham et Burnley n'ayant attiré personne.
Everton a ainsi dépensé plus de 60 millions d'euros pour Lucas Digne et Richarlison alors que West Ham a cassé sa tirelire pour Felipe Anderson, Issa Diop, Andriy Yarmolenko pour quelque 85 M EUR.
Le champion en titre Manchester City avait lancé son mercato avec l'annonce, début juillet, de la signature de l'Algérien Riyad Mahrez pour près de 68 millions d'euros. Et puis c'est tout. Le joueur africain le plus cher de l'histoire est, pour l'heure, la seule recrue des Citizens.
Les Reds et Jürgen Klopp ont, eux aussi, fait leur marché rapidement en faisant venir les Brésiliens Alisson (AS Rome) et Fabinho (AS Monaco) ainsi que les milieux de terrain Naby Keita (RB Leipzig) et Xherdan Shaqiri (Stoke), pour combler l'écart qui les sépare de City. Quatre transferts tous réglés entre le 1er et le 19 juillet.
Finaliste de la Ligue des champions, Liverpool n'a pu terminer que quatrième en Premier League, notamment en raison d'un manque de profondeur sur son banc de touche. Problème résolu pour 2018-2019 avec un mercato estimé à près de 175 millions de livres (un peu moins de 200 millions d'euros).
"Avec de tels investissements la saison dernière et cette saison, sans doute un record en Premier League cette année, avec une équipe qui a été finaliste de la Ligue des champions... il faut dire que vous êtes un candidat au titre et il faut gagner", a taclé José Mourinho après la défaite de Manchester United face à Liverpool (4-1), le 28 juillet à Singapour en amical.
Le Portugais, adepte de la guerre des mots, s'est d'ailleurs agacé de son propre mercato. "Il me faudrait deux joueurs de plus mais je ne pense pas que je vais les avoir. J'ai donné une liste de cinq-six joueurs à mon club il y a quelques mois. J'attends", a fustigé Mourinho qui a tout de même vu arriver Fred (Shakhtar Donetsk), Diogo Dalot (FC Porto) et Lee Grant (Stoke).
"Ce n'est pas mon équipe, à peine 30% de mon équipe. La moitié de ces joueurs ne sera pas avec moi le 9 août", a ajouté le technicien de 55 ans, évoquant le groupe présent lors de la tournée d'été.
Les autres prétendants au titre ont fait profil bas: Arsenal et son nouvel entraîneur Unai Emery ont ainsi vu débarquer Bernd Leno (Bayer Leverkusen), Lucas Torreira (Sampdoria), Matteo Guendouzi (Lorient), Sokratis (Borussia Dortmund) et Stephan Lichsteiner (Juventus). Et encore, le défenseur suisse est arrivé libre de tout contrat.
Candidats annoncés à un été agité, les Blues de Chelsea, eux, semblent à l'heure actuelle avoir conservé leurs joyaux: si le Real Madrid a tourné autour d'Eden Hazard, Thibaut Courtois ou Willian, aucun n'est parti.
Mieux, le milieu de terrain champion du monde N'Golo Kanté, courtisé par le PSG, se serait vu proposer un nouveau contrat de cinq ans et une revalorisation salariale importante qui pourrait presque doubler son salaire actuel. Et le nouvel entraîneur de Chelsea Maurizio Sarri a fait profil bas en ne faisant venir que le milieu de terrain Jorginho, qu'il dirigeait la saison dernière à Naples.
Au final, c'est Wolverhampton, tout frais promu, qui s'est montré le plus actif: les Wolves ont ainsi fait venir une dizaine de joueurs, dont les internationaux portugais Joao Moutinho (AS Monaco) et Rui Patricio (Sporting).

Samedi 4 Août 2018

Lu 682 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:20 Tadej Pogacar bouscule l'histoire du Tour de France

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:19 Premier League: Liverpool mate Chelsea

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:18 Jawad Yamiq proche du Getafe