Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Notules sur la question de la frontière




Notules sur la question de la frontière
Lorsqu’on regarde un peu la réalité qui nous entoure, on ne peut ne pas réfléchir sur des concepts qu’on prétend être faciles. Parmi ces concepts beaucoup usités sans connaître leur véritable essence, il y a celui de la frontière. Réfléchir en effet sur ce concept, c’est essayer de comprendre d’abord son essence et son utilité dans un monde sans frontière ou du moins un monde qui prétend l’union entre les nations. Cette réflexion s’appuie sur l’essai de Régis Debray : « Eloge des frontières » publié en 2010 aux éditions Gallimard. Il y est question de traiter du concept de la frontière et de ses enjeux. Mais d’abord qu’est-ce qu’une frontière ? Dresser une frontière, est-ce établir une exclusion ? Quelle différence existe-t-il entre mur et frontière ? Affaire d’institution chez l’homme, la frontière est au cœur de l’Histoire de l’humanité : elle est vieille comme l’humanité du moment qu’elle nomme des territoires et des empires. Dans son petit essai, Régis Debray précise dès l’abord que la frontière est une affaire intellectuelle et morale et qu’elle existe par nature. Ce sont  à l’époque les rivières et les forêts qui tracent le territoire d’un pays, c’est-à-dire séparer une zone géographique d’une autre. D’ailleurs, la frontière (d’ordre biologique et naturel) existe aussi dans le monde animalier. Culturellement, la religion dresse des frontières, car le terme sacré vient du terme latin  « sacire » qui veut dire délimiter et interdire. Le sacré est une  forme de séparation tout comme la frontière. Cette séparation permet paradoxalement une certaine reconnaissance. Les textes fondateurs mettent la frontière au premier plan. La Genèse, par exemple, dit que Dieu  a  créé  certes le monde par la parole (Fiat lux)  mais aussi par la séparation (Séparer la lumière d'avec les ténèbres, séparer le ciel de la terre, etc.). A cet égard, les peuples établissent également un rapport émotionnel avec le sacré/la frontière et ont tendance à garder leur spécificité culturelle et religieuse. D’où cette réflexion sur la frontière pour empêcher le piège du mur qui bloque cet aller-retour entre les cultures. Les gens ont besoin d’appartenance à un espace et à une mémoire, c’est-à-dire avoir une référence. Debray lutte alors contre les utopistes (étymologiquement, le terme signifie «sans lieu») qui détestent la frontière.
Selon le médiologue Régis Debray, le refus de la frontière est un refus de la paix et une véritable affirmation de la guerre. De plus, il considère la mondialisation comme une balkanisation et une source d’angoisse. En outre, l’abolition des frontières par la globalisation techno-économique crée un vide d’appartenance et  un  vertige d’anonymat. Ce qui crée une union sans solidarité comme l’a attesté  le virus Covid-19 qui frappe actuellement le monde.  La non-solidarité entre les nations dévoile cette mondialisation formaliste dont souffre le monde  et qui prétend avoir aboli toutes les frontières. Limite  nécessaire à la perpétuation de la vie, la frontière n’est pas une exclusion mais une garante de la diversité du monde  et  de la mémoire symbolique de chaque peuple,  car là où il n’y a pas de frontière, il y a la guerre. L’absence de frontière déclenche la guerre comme en témoigne, selon le même auteur, le conflit palestino-israélien qui est dû à l’absence de frontière. Ainsi, Debray remarque  nettement que : « Quand deux peuples voisins font la paix, ils fixent avant toute autre chose la frontière entre eux. » (76)  
Debray fait l’éloge de la frontière et considère que chaque culture a son style de clôture, c’est-à-dire son originalité : la frontière représente une « assurance-vie ». Ce n’est pas un nationalisme mais une ouverture dont le but est de respecter la spécificité de chaque culture.  Toute culture doit apprendre à faire la sourde oreille, à s’abriter derrière un quant-à-soi. Cependant, Debray précise que « toute frontière, comme le médicament, est remède et poison. Et donc affaire de dosage » (79-80). Dans ce sens, la frontière est une gardienne de l’originalité et un catalyseur de l’échange fructueux entre les cultures à condition d’une bonne gestion.
 A suivre Debray, la frontière est un « vaccin contre l’épidémie des murs, un remède à l’indifférence». D’ailleurs, il établit une différence entre frontière et mur. « Le mur, dit-il, interdit le  passage ; la frontière le régule. Dire d’une frontière qu’elle est une passoire, c’est lui rendre son dû : elle est là pour filtrer. » (37) Le mur bloque le passage et le va-et-vient entre les peuples/cultures alors que la frontière, reconnaissance de l’autre et condition ontologique nécessaire, préserve les valeurs culturelles d’un peuple. Bref, la frontière est une maintenance de la différence et, ipso facto, elle est une forme singulière du cosmopolitisme. La frontière n’est pas alors une fermeture angoissante mais une définition de soi permettant la définition de l’autre. En l’absence de cette définition, le soi se perd dans le labyrinthe du doute d’appartenance : «Quand on ne sait plus qui l’on est, déclare Debray,  on est mal avec tout le monde» (52). De ce fait, la frontière sert à faire corps du fait qu’elle « rend égales (tant soit peu) des puissances inégales. Le prédateur déteste le rempart ; la proie aime bien» (69). Debray s’insurge contre le sans-frontiérisme qui excelle à blanchir ses crimes. Au contraire, la frontière, gardienne du caractère propre, est un « remède au nombrilisme, école de modestie, aphrodisiaque léger, pousse-au-rêve ». C’est surtout un facteur de paix. L’éloge des frontières n’est pas un éloge du nationalisme réducteur mais un éloge de la pluralité  et de la réciprocité. C’est une séparation favorisant l’hospitalité envers l’autre, car un monde sans frontière est un monde confus qui baigne dans l’imbroglio. L’auteur du « Moment fraternité » (Gallimard, 2009) lutte contre l’uniformisation du monde et considère la frontière, nécessité protectrice, comme une organisation du monde permettant la perpétuation de la mémoire symbolique de chaque peuple. Son essai « Eloge des frontières » est un manifeste pour la pluralité du monde. La situation alarmante du monde aujourd’hui à cause de la propagation de la pandémie internationale et à cause des guerres frontalières invite tout le monde à lancer un débat sérieux sur la question de la frontière comme étant un facteur  sine qua non de la sécurité et de la paix.

Par Abdelouahed Hajji
Samedi 11 Avril 2020

Lu 1955 fois


1.Posté par Blard Michèle le 11/04/2020 22:45
Éloge des frontières de Régis Debray, je suis entièrement d'accord !
L'organe PEAU en est une illustration, c'est une indispensable frontière avec toutes les propriétés qui s'y ajoutent comme par exemple le maintien des autres organes etc.

2.Posté par Bresler Jean Claude le 12/04/2020 08:07
J'ai trouvé un grand intérêt a lire le resumé ( bien fait par A. Hajji) de la notion de frontière définie par Régis Debray ( passionnant dans ses prises de position amplement argumentées).
Il faudra que je lise ce livre ...bien entendu ....mais cette idée de frontière qui est opposée a l'utopie me plonge dans une perplexité ..j'abonde a la fois dans cette idée qui permet a l'un de se définir pour pour pouvoir accueillir l'autre sans se dedire voire se nier ...et toutes les déclinaisons de cette notion de porosité sélective etc ...et pourtant sans doute du fait de mon propre déterminisme historico ethnique (et familial) de juif agnostique sceptique avec un fond ( attavisue?) d'errance ...de part ma famille askhenaze persécutée déportée et mes pèrents apatrides puis naturalisés français ....pour finir leur vie aux Usa moins en proie a l'antisémitisme. ( Pas poreux du tout celui des années 60/75....de retour aujourd'hui autrement) ...je garde en moi ...et pourtant j'aime la france.des lumières et de Blum/ Mendes ...une grande difficulté a m'identifier non pas a ce pays car je ne retrouve tous ces (beaux et généreux) attributs que Régis Debray assignent a l'idée de frontières ....je trouve qu'il y a une forme d'utopie dans la définition qu'il en faut '..jaimerai y souscrire complètement mais je ne peux m'empêcher d'y lire ...des voeuw pieux ...une sorte de penser messianique ...d'un idéal à atteindre ....si je me sens utopique ( sans lieu) c'est paradoxalement que je rêve comme Régis Debray de la même France '..de la même notion de pays avec sa propre culture '''''mais accueillante envers l'autre ....non pas quantatitvement ( ça va de soi) ....mais qualitativement avec son âme son coeur cet accueil de l'altérité si chère à l'essence même du juif ..

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif