Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Najwa Karam surprend le public de Mawazine tout au long d'un concert exceptionnel




La diva libanaise, Najwa Karam, surnommée "Le soleil de la chanson arabe", n'a cessé de surprendre le public de Mawazine tout au long d'un concert exceptionnel, digne d'une star qui brille de mille feux, mercredi soir sur la scène orientale de Nahda.
Chose promise, chose faite. La star libanaise avait annoncé, lors d'une conférence de presse avant son concert, qu'elle réservait plein de surprises à son public marocain du Festival Mawazine (12-20 mai). Pour commencer, la diva, chaleureusement accueillie par son large public qui voit en elle l'incarnation de la beauté sublime et le symbole du chant authentique du Mont-Liban, était accompagnée d'un groupe de danseurs qui a réalisé des chorégraphies magistrales en parfaite synchronisation. Une autre surprise attendait le public. Najwa Karam, qui s'adressait à chaque fois à ses fans pour les remercier pour leur chaleureux accueil, a interprété sa chanson "Ma btistaghrib" qu'elle a dédiée au Maroc et à son peuple en faisant flotter le drapeau marocain. Pour gratifier davantage son public, elle lui a offert une nouvelle chanson "Kamar loochak" avant d'enchainer avec un récital de  ses plus belles mélodies, telles "Khalini chofak", "Mafi nawm", "Lachhad hobak".
Accompagnée sur scène des percussions enchanteresses du tabla (tambour) et de la magie de la flûte orientale, la chanteuse a offert une sensuelle dabkeh libanaise qui a déchaîné les foules, dans un élan de bonheur partagé et de liesse collective. Fidèle au dialecte libanais, elle a envoûté le public en lui offrant un voyage au pays du Cèdre, à travers un medley de ses anciennes chansons, ainsi qu'une sélection de ses meilleurs tubes à succès à l'instar de "Habibi min", "Taa b ward" et "Dani ya dana".
Surnommée "Le soleil de la chanson arabe" dans tout le Moyen-Orient, Najwa Karam est l'une des artistes les plus populaires au Moyen-Orient, avec plus de 60 millions de disques vendus dans le monde, chacun de ses albums devenant un best-seller. L’artiste a enregistré son premier opus en 1986. Perfectionniste, elle suit une formation à l'école de musique de Beyrouth et se lance en 1989 sur la scène arabe, avec des titres tels que Ya Hbayeb, Ma Bismahlak, Naghmet el Hob et Hazzi Helou.
En 1994, elle signe un contrat avec le label Rotana. Depuis, la jeune artiste n'a  cessé de rafler les titres et les récompenses. Véritable vitrine de la musique arabe, la scène Nahda a mis en vedette cette année les meilleurs représentants du tarab, de la dabkeh et du répertoire khaliji, à savoir Sami Yusuf, Majid Al Mohandis, Nawal Al Zoghbi, Mohamed Al Salem, Hussein El Deek, Fares Karam, Najwa Karam, Tamer Hosni, et Georges Wassouf. La chanson marocaine est également présente en force sur la scène Nahda avec Asmaâ Lamnawar et Hatim Ammor.

Samedi 20 Mai 2017

Lu 588 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés