Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marrakech fin prête pour l’E-Prix 2018

Michaël Benyahia, premier pilote arabe et africain à concourir dans un circuit de Formula E




Marrakech fin prête pour l’E-Prix 2018
L’équipe monégasque Venturi Formula E team, qui dispute le championnat du monde de Formula E, a inscrit son pilote d’essai Michaël Benyahia au championnat du monde de Formula E qui se déroulera le 13 janvier à Marrakech sur le circuit automobile international Moulay El Hassan.
"Je suis tout à fait conscient de la chance qui m’est offerte. La Formula E est un championnat au développement exponentiel. C’est donc une très grande fierté de concourir à Marrakech dans mon pays d’origine, où j’ai de grands soutiens", a déclaré le pilote vendredi lors d’un point de presse à Casablanca. Actuel champion 2017 du championnat d’Europe NEC de Formule Renault, Michaël Benyahia, 17 ans, compte à son actif 46 victoires en kart et 6 podiums en championnat de France de F4.
En 2015, il intègre le prestigieux centre de formation Autosport Academy, de la Fédération française de sport Automobile. En 2016, la fédération le sélectionne pour intégrer les rangs du championnat de France F4, qu’il terminera à la troisième place.
Créé en 2016 dans le cadre de la COP22, le Marrakech E-Prix est devenu une étape de référence de la Formule E, nouvelle discipline incontournable qui allie sport automobile et mobilité électrique.
Le circuit automobile international Moulay El Hassan, redessiné il y a deux ans par l’architecte de renommée internationale Hermann Tilke, offre toutes les conditions pour que les pilotes de Formule E puissent s’exprimer.
La ville ocre fait ainsi partie du cercle très restreint des grandes villes mondiales qui accueillent cette compétition majeure de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), comme Paris, New York, Londres, Berlin, Zurich, Sao Paulo, Santiago ou encore Monaco.
Destinée à surpasser la Formule 1 dans les années à venir, la Formule E rassemble les mêmes constructeurs de très haut niveau : Renault, Jaguar, Audi, BMW et DS, déjà présents, et prochainement Porsche, Nissan et Mercedes, tous conscients de l’exceptionnel potentiel que représente la discipline dont les enjeux économiques et techniques vont permettre d’accélérer la transition largement entamée vers le tout-électrique.
Michaël Benyahia est le plus jeune ambassadeur du sport automobile marocain. La course est donc un rendez-vous important pour le jeune pilote et ses concitoyens. Son pays, le Maroc, étant en plein essor en termes d’énergies renouvelables et d’automobile, relève-t-on.

Mardi 9 Janvier 2018

Lu 663 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés