Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maître Abdelkbir Tabih met les points sur les i: Brahim Ghali est de facto un migrant irrégulier en Espagne

Le gouvernement espagnol en flagrant délit de transgression de son propre Code pénal


«La décision de Madrid d’accueillir, sur son territoire, Brahim Ghali avec des documents falsifiés et sous une identité algérienne usurpée, n’est pas uniquement une simple transgression des us et coutumes diplomatiques, mais il s’agit bel et bien d’une violation du Code pénal espagnol et notamment de son article 451», décrète, arguments à l’appui, Maître Abdelkebir Tabih. Selon cet avocat chevronné du Barreau de Casablanca, la protestation du Maroc contre le comportement du gouvernement espagnol s’inscrit en droite ligne des normes diplomatiques qui interdisent à l’Espagne, considérée comme un pays ami, d’accueillir sur son territoire un ennemi du Maroc. Pire, Madrid n’a pas, précise-til, jugé utile d’informer Rabat de ce qu’elle comptait faire ni de lui expliquer les motivations qui auraient sous-tendu sa décision. « Alors que les relations entre les deux Royaumes sont historiquement plus importantes que la soi-disant relation avec le dénommé Brahim Ghali. En effet, l'Espagne est le principal partenaire économique du Maroc », rappelle-t-il. Et de poursuivre : « Pis encore, Madrid a osé cacheter un passeport falsifié présenté par une personne recherchée par sa propre justice pour crimes contre l'humanité prétendant avoir agi, de la sorte, pour des raisons humanitaires. Et si c’était vraiment le cas, pourquoi l’Espagne n’a pas accueilli ladite personne en révélant sa vraie identité ? ». En agissant ainsi, Abdelkebir Tabih estime que le gouvernement espagnol a commis un crime de dissimulation tel que stipulé dans le troisième alinéa de l’article 451 du Code pénal espagnol qui prévoit des peines allant de 6 mois à 3 ans contre quiconque qui aide une personne à échapper aux recherches menées par l'autorité ou ses collaborateurs, dans des crimes contre l'humanité, des crimes contre des personnes, des conflits armés ou pour terrorisme … « A noter que le fait de dissimiler une personne poursuivie par la justice est considéré comme un crime, que ce soit en droit espagnol ou dans n’importe quel corpus juridique dont celui du Maroc », souligne l’avocat. Face à ces agissements du gouvernement espagnol, Abdelkebir Tabih pense que le Maroc a le droit aujourd'hui de s’interroger sur la position que prendra la justice espagnole, d’abord, contre ceux qui ont participé de près ou de loin à la dissimulation du dénommé Brahim Ghali alors qu’il est poursuivi par la justice espagnole . Ensuite, contre ceux qui ont falsifié le faux passeport utilisé par Ghali et enfin, celui ou celle qui a ordonné d’apposer le sceau de l'Etat espagnol sur un faux passeport en connaissance de cause. « Le Maroc a le droit de savoir avec quel document de voyage Brahim Ghali va-t-il pouvoir quitter le territoire espagnol alors qu’il a franchi ce même territoire avec un document falsifié qui doit, en toute logique, être saisi par le juge d'instruction. En effet, Brahim Ghali est considéré comme un migrant en situation irrégulière et la justice espagnole doit saisir son passeport avant de l’expulser hors du territoire espagnol », a-t-il précisé. Et de se demander : « Mais reste à savoir vers quel lieu Brahim Ghali doit être expulsé puisqu’il n’appartient à aucun pays reconnu par les Nations unies ou même par l'Etat espagnol. Et c'est pourquoi le Maroc estime que la sortie de Brahim Ghali du territoire espagnol devra poser plus de problèmes que son entrée ». En Outre, Maître Abdelkebir Tabih estime que si le gouvernement espagnol veut trouver une issue pour transférer Brahim Ghali vers l’Algérie, il faut que les parlementaires espagnols, qui se veulent soucieux de l’indépendance de la justice marocaine notamment lorsque des jugements sont prononcés dans des affaires touchant à nos provinces sahariennes, et qui ne manquent aucune occasion pour critiquer son fonctionnement, exigent que les dispositions de la loi pénale espagnole soient appliquées à leur gouvernement et que la loi relative à la lutte contre la migration irrégulière le soit également contre Brahim Ghali. « Quant aux protestations visant notre justice, les défenseurs des droits de l’Homme marocains veillent depuis toujours au grain à ce propos et ils n’ont jamais été indifférents à la moindre violation du principe d’indépendance de la justice », a-t-il conclu. 

H.B
Mardi 1 Juin 2021

Lu 286 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS