Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Löw : L'Allemagne reste la meilleure équipe du monde




L'Allemagne championne du monde "reste la meilleure équipe du monde", s'est félicité son
sélectionneur Joachim Löw
après la victoire en Coupe des Confédérations, "quelque chose d'historique et d'unique", car réussi par une jeune équipe.


 Quelle est votre première réaction ?
 "Je suis bien sûr super fier de cette équipe, qui n'est ensemble que depuis trois semaines et demie. Chaque jour, à chaque entraînement, on sentait cette incroyable faim de victoire que l'équipe a montrée. C'est pourquoi, à mon avis, nous avons totalement mérité notre titre."

Vous avez aussi eu besoin d'un peu de chance...
"L'équipe a dû tenir. Les Chiliens ne sont pas des enfants de choeur! Bravo aux joueurs pour s'être jetés sur chaque ballon, sur chaque tir, c'est comme ça que ça doit être dans une finale. Je pense que c'était un match magique pour nous et nos joueurs. Notre volonté de gagner était très impressionnante."

Que représente cette Coupe des Confédérations ?
"Arturo Vidal a dit avant la finale: nous voulons gagner le titre, comme ça nous serons les meilleurs du monde. L'Allemagne reste la meilleure équipe du monde, voilà ce que ça représente. Le fait que ce soit cette jeune équipe qui y est parvenue représente quelque chose d'historique et d'unique pour l'Allemagne, quelque chose de très particulier. Les joueurs se sont battus les uns pour les autres sur le terrain pour décrocher ce trophée."

Et vous, personnellement ?
"Je suis très content de remporter cette coupe. J'ai pris énormément de plaisir pendant trois semaines. Les joueurs avaient soif d'apprendre, étaient incroyablement attentifs et constamment dans le coup. Ça me fait plaisir que les joueurs prennent ce qu'on leur propose et qu'ils s'en souviennent aussi quand ça marche moins bien. Pour moi, en tant qu'entraîneur, c'était une joie et la validation de notre travail."

L'Euro Espoirs vendredi et la Coupe des Confédérations dimanche: voyez-vous le football allemand rester au sommet de longues années ?
"Nous devons faire nos preuves encore et toujours, surtout l'année prochaine. Nous avons certes des joueurs qui ont emmagasiné beaucoup de confiance dans ces deux tournois, mais pour ces joueurs le travail ne fait que commencer, les tournois importants sont à venir. Se hisser au sommet et à un niveau de classe mondiale représente un autre défi. La base est bonne mais nous devrons lutter dur à la Coupe du monde."

La pression pour le Mondial-2018 augmente-t-elle ?
"L'Allemagne fait de toute façon toujours partie des favoris, quelle que soit la compétition que nous abordons, ce ne sera donc pas la première fois. La Coupe des Confédérations et l'Euro Espoirs ne sont pas des garanties d'être champions du monde. Dans une Coupe du monde, il y a toujours cinq ou six candidats, et il faut faire attention à tout, il faut livrer des performances presque surhumaines."

Quel regard portez-vous sur votre capitaine Julian Draxler, élu Ballon d'Or ?
"Julian a grandi dans sa tâche. Il a vraiment pris des responsabilités et a été un très, très bon capitaine. Il s'est occupé des jeunes joueurs sur le terrain et en dehors, a beaucoup communiqué et a pensé au bien de l'équipe. Ce fut une très bonne performance, pas seulement sur le plan sportif, mais aussi sur tous les autres. On a senti à quel point il menait l'équipe, à quel point il avait un esprit de vainqueur et comment il n'hésitait pas à faire de longues courses. Je suis très satisfait, c'était un plaisir d'être avec lui."

Quel est votre message à la Russie ?
"Merci beaucoup à la Russie, ce fut un grand hôte. C'est un pays intéressant. Nous avons bénéficié de très bonnes conditions, ils ont très bien organisé cette compétition. Nous avons surtout rencontré des humains extraordinaires. C'était beau de vivre cela."

Un penalty offre le podium au Portugal

Un but de Pepe dans les arrêts de jeu et un penalty d'Adrien Silva pendant la prolongation ont donné à un Portugal très mal embarqué la 3e place de la Coupe des Confédérations face au Mexique (2-1 a.p.)
Pour sa première participation, le Portugal, sans Cristiano Ronaldo, monte sur le podium de la Coupe des Confédérations alors que le Mexique loupe l'occasion d'y figurer pour la 3e fois, après sa victoire en 1999 et une troisième place, déjà, en 1995.

Mardi 4 Juillet 2017

Lu 515 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés