Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les œuvres artistiques de Luc Lavandier sous les projecteurs à Essaouira





Les œuvres artistiques de Luc Lavandier sous les projecteurs à Essaouira
Les œuvres singulières de l’artiste et dessinateur français, Luc Lavandier,sont actuellement sous le feu des projecteurs à Essaouira, à l’occasion d’une exposition inédite qui se déroule à l’Espace emblématique “Dar Souiri”. Initiée sous le thème “Hamdoulilah”, cette exposition, qui se poursuit jusqu’au 10 avril, se veut une invitation à l’adresse des passionnés de l’art du dessin pour une plongée exceptionnelle dans l’univers personnel et sans frontières de Luc Lavandier, afin d’admirer le style créatif et le travail original propre à cet artiste, né le 29 septembre 1965 à Bourges, et établi depuis six années dans la Cité des Alizés.

Organisée par l’Association Essaouira-Mogador dans le strict respect des mesures préventives et de précaution pour enrayer la propagation de la pandémie de la Covid-19, cette manifestation met ainsi à l’honneur une collection de dessins joliment réalisés avec délicatesse à l’encre de Chine par M. Lavandier, également écrivain et ancien acteur de cinéma et de télévision. Ces dessins en noir et blanc, qui trônent sur les cimaises de la salle d’exposition “Tayeb Seddiki”, offrent aux visiteurs l’opportunité de partir à la découverte du monde imaginaire de cet autodidacte passionné et très inspiré, ainsi que la joie d’apprécier, à sa juste valeur, la grande minutie et dextérité, la sensibilité créative et la subtilité expressive de cet artiste qui porte un grand soin au moindre détail lors de la réalisation de chacun de ses croquis extraordinaires.

Savamment travaillés, ces œuvres dessinées, marquées par une grande finesse et un alignement harmonieux des traits et des formes, dont Luc Lavandier détient lui seul le secret,reflètent aussi le talent incontestable et l’imagination sans entraves de cet artiste, ainsi que cette passion débordante qui l’habite, à même de laisser libre cours à cette sensibilité artistique très manifeste à travers le style et la technique d’expression qui lui sont propres. “La vraie lumière est spirituelle dans l’ombre de la ligne.

Dans le silence de la courbe elle s’est abandonnée”,souligne, d’ailleurs, Luc Lavandier dans une note de présentation de cette exposition. “Mon travail ne correspond à aucune mode ou demande du marché de l’art actuel. Je ne fais rien d’événementiel et mes dessins ne sont pas le reflet de mes douleurs ou de mes pérégrinations métaphysiques ou existentielles. Ils ne sont que la retranscription subjective du plaisir que les femmes, la nature et la spiritualité m’accordent”, soutient-il.

En effet, ces trois éléments, qui font partie de son univers artistique, sont omniprésents et visibles à travers les œuvres exposées : des temples ou des mosquées, des visages ou des corps de femmes, ou des paysages naturels qui représentent la faune et la flore, entre autres.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, M. Lavandier, qui a déjà exposé dans de nombreuses galeries à l’étranger et participé à plusieurs manifestations artistiques, a fait part de sa profonde joie de l’organisation de cette exposition dansla ville d’Essaouira, Cité des arts et de la culture par excellence, malgré un contexte particulier marqué par cette crise sanitaire induite par la propagation de la Covid-19. M. Lavandier, qui a passé une partie de son enfance en Côte d’Ivoire avant de rentrer en France à l’âge de 9 ans, a rappelé avoir commencé à dessiner depuis une quinzaine d’années. “J’ai commencé par dessiner mon chien. Les chiens voient en noir et blanc. Donc, j’ai décidé moi aussi de dessiner en noir et blanc”, a-t-il précisé. “Avec la transformation de mon cerveau, cela donne ces dessins en noir et blanc réalisés avec grande finesse et douceur”, a-t-il dit.

Evoquant le Maroc, M. Lavandier a précisé être parti à la rencontre de ce pays depuis six années déjà. “Dans ce Royaume, j’ai rencontré l’Islam, la douceur, la gentillesse, la tolérance et je me suis mis à dessiner ce que je voyais ici”, a-t-il fait remarquer. “Je n’essaie de choquer personne à travers mes dessins: C’est toujours joyeux. Ce n’est jamais triste. Ce ne sont pas mes problèmes métaphysiques que j’étale ou expose à travers mes œuvres dessinées, mais c’est plutôt de la joie et du bonheur”, a conclu M. Lavandier.

Libé
Dimanche 4 Avril 2021

Lu 507 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.