Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jeunes leaders de la Méditerranée à l’honneur à Essaouira

Mettre en réseau les personnalités d’avenir pour une meilleure intégration de l’espace euro-méditerranéen




Et de cinq pour le Forum des jeunes leaders de la Méditerranée organisé à Essaouira.
Cette année encore, plus de 200 jeunes venus des pays de la Méditerranée ainsi que nombre de personnalités et acteurs issus de différents secteurs d’activités ont fait le déplacement à Mogador les 15, 16 et 17 novembre courant pour prendre part à ce carrefour initié sous le thème «Engagement pour une nouvelle citoyenneté».
Fier du récent classement de Mogador par l’UNESCO parmi les villes les plus créatives au monde, André Azoulay, conseiller de S.M. le Roi et président fondateur de l’Association Essaouira Mogador, a mis en relief l’identité plurielle de cette ville où islam et judaïsme ont toujours cohabité.
«Le Maroc a pu aujourd’hui faire face à toute intention communautariste. La réalité du Royaume est autre, parce qu’il accepte la différence et accueille toutes les religions et cultures», a déclaré M. Azoulay qui considère que cette 5ème édition est la suite de ce qui a été réalisé au cours des cinq dernières années.
«C’est un espace de dialogue, de tolérance et d’écoute, du fait que tous les participants s’expriment en toute liberté, et discutent de divers sujets sans réserve, peu importe leurs nationalités. C’est pour cette raison que nous nous sommes rencontrés encore une fois à Essaouira, cette ville connue par son ouverture. Nous voulons que cette image soit véhiculée dans les pays voisins, et ceux qui sont lointains. Et c’est justement pour cette raison que je suis très ravi de rencontrer plus de 200 jeunes de nationalités différentes et qui croient en la différence », a tenu à préciser M. Azoulay dans une déclaration à la presse.
De son côté, Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, a insisté sur l’unité des pays de la Méditerranée.
«Nous sommes unis aujourd’hui pour défendre les valeurs de tolérance, de développement durable, et d’équité entre femme et homme», a souligné Hélène Le Gal qui a appelé à plus de dialogue entre les deux rives de la Méditerranée.
Le Forum a donné la parole, comme à l’accoutumée, aux jeunes responsables politiques et économiques, aux dirigeants d’entreprises, aux figures émergentes de la société civile des deux rives de la Méditerranée afin d’échanger et de développer des idées et des positions communes.
Le Forum euro-méditerranéen des jeunes leaders d’Essaouira a entamé sa 5ème édition  à Dar Souiri  avec une table ronde autour de l’impact d’Internet sur l’engagement et les initiatives citoyennes.  Cette rencontre a mis l’accent sur les différents moyens et outils d’engagement qui existent en ligne ainsi que sur les potentialités et les possibles dérives de cet outil.
La mobilisation citoyenne sur les sujets et débats sociétaux, la possibilité du changement via la mobilisation numérique, l’intégration du numérique au sein de l’éducation afin de former et d’initier les jeunes à s’engager et devenir acteurs de cet engagement citoyen, tels étaient les thèmes abordés par cette table ronde modérée par Jihane Gattioui, journaliste des «Inspirations Eco», et animée par  Amine Mounir Alaoui, membre du Conseil économique, social et environnemental, et Alicia Combaz, directrice générale de Make.org.
Initié par la Fondation Anna Lindh, l’ambassade de France au Maroc, les associations Essaouira-Mogador et Marocains pluriels ou encore la Fondation Sekkat, le forum a abrité conférences, ateliers, concerts et projections dans le cadre d’un programme intégré qui a permis aux participants de rencontrer des intervenants de renommée internationale : intellectuels, chercheurs, artistes, sportifs, et représentants d’institutions publiques.
Pour sa 5e édition, le Forum a accueilli un Tribunal des générations futures.
Pris au cœur d’une simulation de procès, entre plaidoirie juridique et pièce de théâtre, les participants ont été invités à réfléchir sur la question du vivre-ensemble, véritable fil conducteur de cette édition.
 «A travers le Forum, nous mettons en réseau ces personnalités d’avenir pour une meilleure et effective intégration de l’espace euro-méditerranéen», a affirmé Tarek Ottmani, président de l’Association Essaouira-Mogador.


 

AREF

Quelque 9.589 candidats ont passé, samedi, le concours de recrutement des enseignants-cadres de l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de l’Oriental (session de novembre 2019).
Il s’agit de 6.341 candidats pour l’enseignement primaire, dont 81 dans la spécialité Amazigh, et 3.329 pour l’enseignement secondaire avec un total de 11 spécialités, indique un communiqué de l’AREF.
Notant que le concours s’est déroulé dans de '’bonnes conditions’’ avec un engagement responsable des différents intervenants, le communiqué fait savoir que le taux d’absence des candidats est évalué à 3,75 pour le primaire et 5,20 pour le secondaire, et que cinq cas de fraude ont été détectés.
L’AREF de l’Oriental, ajoute encore la même source, a consacré 38 centres pour le déroulement des examens (25 pour le primaire et 13 pour le secondaire) répartis entre les directions provinciales relevant de l’Académie dans la région. De même qu’elle a mobilisé 529 salles pour les candidats et 1.058 surveillants.
L’opération de correction des copies, précise-t-on, aura lieu dans 9 centres répartis sur les différentes directions provinciales, et ce avec la participation de 555 correcteurs.
Selon le communiqué, les postes alloués à l’AREF de l’Oriental pour le primaire sont au nombre de 695 (679 dans la spécialité bilingue, 16 dans la spécialité Amazigh), en plus de 450 postes dédiés au secondaire.

Enquête

Le service préfectoral de la police judiciaire de Tétouan a ouvert une enquête sous la supervision du parquet compétent, samedi soir, et ce pour vérifier l'ensemble des actes criminels attribués à un fonctionnaire de police pour son implication présumée dans une affaire de vol.
Le brigadier de police qui travaille au sein de la chambre de sûreté à la préfecture de Tétouan, faisait l'objet d'une plainte pour vol déposée par une des personnes placées en garde à vue, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ajoutant que cet individu a accusé le brigadier de lui avoir dérobé une somme d'argent qui était en sa possession.
Le policier a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête judiciaire menée dans le cadre de cette affaire, après que le visionnage des caméras de surveillance a révélé l'implication du mis en cause dans ces actes criminels, poursuit la même source, faisant savoir qu'une partie de la somme d'argent volée a été récupérée suite à l'opération de fouille effectuée à la lumière de cette affaire.
La DGSN a décidé la suspension provisoire du prévenu de ses fonctions en attendant le résultat de l'enquête judiciaire, avant la prise de mesures et de sanctions disciplinaires à son encontre, conclut le communiqué.

 

Abdelali Khallad
Mardi 19 Novembre 2019

Lu 2215 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com