Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les industriels jugent “infondée” la demande d’augmentation des prix du poisson industriel

La grève des armateurs paralyse depuis le 7 janvier l’activité de pêche dans les ports du Sud du Royaume




Les industriels de transformation et de valorisation des produits de la mer ont condamné la grève lancée, depuis le 7 janvier, par les armateurs de la pêche industrielle dans les  ports du Sud du Royaume.
Le débrayage de ces derniers, qui revendiquent l’augmentation des prix du poisson industriel, a provoqué l’arrêt de l’activité de pêche dans les ports du Sud du Royaume, Agadir, Tan Tan, Tarfaya, Laâyoune, Boujdour et Dakhla.
Cette situation ne plaît guère aux industriels de transformation et de valorisation des produits de la mer et des associations du secteur qui ont condamné les arguments avancés par le Syndicat professionnel des armateurs de la pêche industrielle d’Agadir pour justifier cette grève et jugé «infondée» cette revendication.
Dans un communiqué, publié à l’issue d’une réunion tenue le jeudi 12 janvier 2017 à Laâyoune, les industriels ont indiqué que rien ne justifiait une quelconque augmentation des prix du poisson.
Bien au contraire, ces derniers expliquent que «la diminution des prix du poisson industriel est totalement justifiée compte tenu de la conjoncture internationale marquée par la baisse des prix des produits transformés, en raison de la concurrence acharnée que rencontrent les produits marocains sur les marchés extérieurs conjuguée à la baisse de la parité de l’euro (l’UE absorbe environ 70% des exportations marocaines)».
Dans ce document, les industriels ont attiré l’attention des armateurs sur le fait qu’ils ont bénéficié de baisses substantielles sur les prix du gasoil ces quatre dernières années sans que cela ne donne lieu à une baisse du prix du poisson industriel.
Ils ont rappelé, par ailleurs, que «les industriels supportent, en lieu et place des armateurs, les coûts de l’achat et d’entretien des caisses plastiques utilisées à bord des navires de pêche côtière ainsi que la fourniture de glace afin de mieux préserver la qualité des captures», tout en sachant qu’ils n’ont pas revendiqué la diminution des prix de la matière première pour éviter une dégradation des revenus des marins pêcheurs.
Pour répondre aux exigences et normes internationales en matière de traçabilité (procédure INN), de salubrité et de qualité sanitaire des produits, les industriels rappellent qu’ils ont «consenti des efforts financiers et des investissements conséquents en infrastructures, équipements, formation et certification et ne peuvent supporter des surcoûts additionnels qui ne feront qu’affaiblir leur compétitivité face à des concurrents redoutables et conduiront inéluctablement le secteur vers une situation désastreuse».
Selon les industriels, «les pertes engendrées par cette conjoncture difficile à laquelle s’ajoutent les approvisionnements irréguliers en qualité et en quantité se chiffrent déjà à plusieurs millions de DH».  
Ils refusent en conséquence «d’être pris en otage par certains armateurs qui, sans préavis, sans négociations préalables ni pourparlers décident unilatéralement de bloquer un des secteurs vitaux des régions du Sud et du Royaume».
Pour rappel, les deux tiers des unités de transformation se trouvent au Sud d’Agadir.
A noter que ces positions sont soutenues par la Fédération nationale des industries de transformation et de valorisation des produits de la pêche (FENIP), l’Association nationale des industries de congélation des produits de la mer  (ANICOM), l’Association des produits de la mer Oued  Eddahab (AIPMOD), l’Union nationale des industries de la conserve de poisson (UNICOP) et l’Association nationale des fabricants de farine et huile de poisson (ANAFAP).

Alain Bouithy
Mardi 17 Janvier 2017

Lu 1262 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.