Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les faits mettent à nu les mensonges à propos du crash de l’Iliouchine algérien




Les faits mettent à nu les mensonges à propos du crash de l’Iliouchine algérien
Plus algérien que Bouteflika qui n’a pas décrété plus de trois jours de deuil, Brahim Ghali en a décrété sept dans les camps de Tindouf en hommage aux victimes du crash de l’avion de l’armée algérienne.
Dans la culture sahraouie, «Achtari – Quoi de neuf ?» est la première question qu’on se pose dans l’interminable rite de salutations.  C’est cet «Achtari» qui a fait les habitants des provinces marocaines du sud étaient les mieux informés sur les passagers morts dans le crash de cet avion. 
Si le Polisario affirme que les morts étaient tous des «civils malades»,  l’Achtari sahraoui a démenti cette version des faits.
Dès le mercredi matin, les communications entre les habitants des camps et leurs proches des provinces du Sud avaient été les premières à révéler la présence de cadres militaires et de diplomates du Polisario à bord de l’avion qui s’est écrasé à Boufarik. Quelques heures après, les échanges de communications ont commencé à donner des noms.
Ainsi, on mentionnait les noms de Mohamed Laghdaf, alias Boujoumboura, un haut cadre du service de sûreté, et Cheikh Doua Ould Boussif qui a occupé, de son vivant, plusieurs postes clés au sein du Front, dont celui de membre de la représentation du Polisario à Alger et de responsable du prétendu Croissant-Rouge sahraoui à Alger et Oran, chargé des aides internationales destinées à la population des camps.
«A ces noms s’ajoute celui de Mohamed Ould Lhoucine, le directeur de la sécurité militaire dans les camps. Un cadre originaire de la tribu des Rguibates-Souaed.
Cet accident survenu mercredi, apporte davantage d’eau au moulin du Maroc, à l’heure où il mène une campagne diplomatique exclusivement sur le thème de la responsabilité de l’Algérie dans le conflit du Sahara. Responsabilité que Messahel n’a pas hésité à réfuter mensongèrement.  A la veille du crash de l’Iliouchine, le ministre algérien des Affaires étrangères a nié, dans un entretien diffusé par la chaîne France 24, toute implication de son pays dans le conflit du Sahara.
Cette question est «une affaire entre le Maroc et le peuple sahraoui, et entre le Maroc et les décisions des Nations unies. La négociation sur le fond s’est toujours faite entre des représentants du Front Polisario et du Maroc, cela ne changera pas», a martelé Abdelkader Messahel.
Une version que le porte-parole du gouvernement avait déjà réfutée mais que le crash de l’avion où se trouveraient aux côtés des disparus du Polisario, plusieurs dignitaires et hauts gradés algériens  dont, au moins un général de l’ALN. Mais ce n’est pas la première fois que Messahel raconte des balivernes au sujet du Maroc et de son Sahara. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le ministre français des Affaires étrangères qui ne l’a reçu que par courtoisie,  n’a accordé aucune importance à ce qu’il lui avait dit à propos du Maroc et du Sahara, sachant qu’il n’est pas à son premier mensonge.
Ou alors Messahel fait semblant d’ignorer que tout le monde sait que son pays a pris le Polisario en otage pour servir ses visées et surtout pour contrecarrer le Maroc. Ou bien il pense  que les Sahraouis sont dupes au point d’ignorer que ce n’est pas pour leurs beaux yeux que l’Algérie a enfanté le Polisario, continue  à le soutenir sur tous les plans et à l’héberger. Malheureusement pour lui, le hasard a voulu que ce malencontreux accident d’avion à bord duquel voyageaient des dirigeants, notamment militaires du Polisario, vienne le démentir et prouver au monde que le Maroc a raison de dire que le Polisario n’est que l’outil par lequel l’Algérie tente de l’amputer de ses provinces sahariennes.

Ahmadou El-Katab
Lundi 16 Avril 2018

Lu 1051 fois


1.Posté par Mohamed le 15/04/2018 20:47
Avant tout nos condoléances vont aux familles des victimes du crach ...
Les Algériens honnêtes savent très bien que le Sahara est marocain et puis tout le monde sait que le pouvoir algérien finance , soutient et arme la milice qu' elle a d ailleurs elle-même créer.
Vous allez pas nous faire croire quand même que l armement acheté par le polisario ainsi que le salaire ,la nourriture et les déplacements en véhicules de ses 10 000 militaires sans compter le reste se fait exclusivement par la vente de lait de chamelle .
Et tout le monde en Algérie comme au MAROC savent que le Maghreb est amazigh dont le maroc est a 90% d origine berbère donc le polisario comme la dit un certain lecteur devrait arrêté de prendre des substances hallucinogenes au sujet du Sahara marocain .
Heureusement qu' ils y a des Algériens qu' ils soient artistes , politiques ou intellectuels qui appellent a un rapprochement avec le Maroc et a la construction du Maghreb (avant qu' il ne soit trop tard)ainsi que beaucoup de marocains qui ne souhaitent que du bien au peuple frère algérien.

2.Posté par Nacer le 16/04/2018 01:15
On se souvient des propos de Mahjoub Salek, le coordonnateur du mouvement dissident sahraoui «Khat Ach-Chahid » (La voie du martyr) qui disait
Je connais les chefs du Polisario, certains d’entre eux étaient mes camarades, et je sais qu’ils n’avaient rien » au moment où ils ont rejoint les camps de Tindouf au sud-ouest algérien. « A voir leurs fortunes aujourd’hui, il y a bien des questions que l’on est en droit de se poser », déclare Mahjoub Salek, ancien détenu qui a purgé près de six (1982-1988) dans les geôles du Polisario disséminées un peu partout dans le désert algérien.
Ou encore La sortie de l ancien secrétaire général du FLN Amara Saadani, lundi 9 novembre, sur la chaîne Ennahar TV n’est pas passée inaperçue. Amar Saâdani s’est trouvé, au lendemain de cette sortie, au cœur d’une violente tempête de critiques.
L ancien patron du FLN s’était refusé à livrer le fond de sa pensée au sujet du conflit saharien «de peur, dit-il, d’entraîner le pays dans une autre voie». «J’ai des choses à dire sur cette affaire, mais je ne les dirai pas», avait-il asséné, devant la stupéfaction du journaliste d’Ennahar TV.

Face à l’insistance du journaliste, Amar Saâdani a dit «avoir peur d’entraîner l’Algérie dans une autre voie», insinuant, de manière à peine voilée, que son pays devait lever la main sur le dossier saharien qui est «du ressort exclusif des Nations unies».

Plus encore, le patron du FLN se voit même menacé de subir le même traitement que celui de feu Mohamed Boudiaf, mort assassiné à Alger pour sa position favorable au Maroc sur la question saharienne. «La cause sahraouie entre Boudiaf et Saâdani», titre ce site, lançant comme un avertissement au SG du FLN de ne pas «franchir les lignes rouges», sous peine de se voir infliger le même sort qui a été celui de Boudiaf.

3.Posté par ZZ le 16/04/2018 21:35
L'ONU et les ONG et pays au monde qui cherchent la vérité doivent corriger la situation du polisario et donc des personnes en otages à tindouf comlme;
1) les habbitants des camps n'ont pas choisi cette situation et n'ont pas fui leur localité en plein grée mais ils ont été enlevé par l'armée algérienne et les mortazikas de Kaddafi et implantés de force à tindouf;
2) implanter les sahraouis marocains à tindouf n'est pas un hasaed mais bien calculé car tindouf est marocaine et occupée par l'Algérie et l'armée marocaine même s'elle poursuit les malices de polisario , tout se passera entre marocains dans une terre marocaine =c'est le raisonnement logique des responsables algériens qui detestent tout marocain (originaire de sud ou Nord pas de différence)
3) les habtants de tindouf ne sont pas considérés comme des refugiés ; par la volontée de l'Algérie mais pourquoi??? c'est la réponse que l'ONU et les ONG doivent chercher auprès des responsables algériens car tout est bien calculé et la réponse simple et logique = se débarrasser des polisario et des otages sans laisser de trace ;
4) les responsables d'Alger dépensent sans limite; pourquoi ?? peut être que c'est l'avance pour l'achat de la part de polisario au sahara , ils pensent que le Maroc accepte la solution proposée par Boutf à savoir diviser le sahara entre le Maroc et l'Algérie et jeter le polisario à la frontière ou à la mer ;
5) les responsables d'Alger ont occupée des terres marocaines en changeant le nom de l'organisation africaine et pensent qu'ils peuvent occuper le sahara marocain via le polisario en recreant un état patard au Maghreb et faire de la propagande en dépensant les revenus de pétrogaz pour diviser et déstabiliser le Maroc;
6) Avant la création d'un état il faut simplement laisser les gens libre à tindouf libre de choisir et circuler et de s'exprime . Il faut les recenser;
7) Les responsables algériens ont choisi toujours la provocation des marocains en fait pendant la colonisation les marocains aident les algériens et meurent pour l'Algérie au moment aux certains algériens aident les français à s'implanter au Maroc et déclarent les opposants à la colonisation au Maroc.
Le Maroc n'a pas négocié ses frontières avec la France pour laisser la liberté aux algériens de fuire ou de s'approvisionner à partir du Maroc mais actuellement les responsables d'Alger déclarent la guerre au Maroc via le polisarion, des marocains pris en otages depuis 1975.
Si l'Algérie respectent la volonté des peuples, il y"a des sahraouis en Algérie et il y'a les kabyles , alors il faut donner l'exemple et leur donner leur indépendance.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés