Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le secteur des assurances continue de dégager une marge de solvabilité supérieure au minimum réglementaire

Les excédents de marge devraient se réduire de manière significative




Le secteur des assurances continue de dégager une marge de solvabilité, en couverture du risque de souscription, largement supérieure au minimum réglementaire, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Les excédents de marge devraient probablement se réduire de manière significative, considérant, néanmoins, le passage futur vers le régime de la solvabilité basée sur les risques, estime BAM dans un communiqué publié à l’issue de la 5ème réunion du Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques (CCSRS), tenue récemment.
Par ailleurs, rapporte la MAP, les plus-values latentes susceptibles d’être dégagées par les portefeuilles d’actifs de ces institutions ont connu une hausse en relation avec la performance du marché boursier, fait savoir BAM.
La réforme paramétrique du régime des pensions civiles a permis une amélioration de sa situation financière en équilibrant la tarification de ce régime pour les droits futurs de ses affiliés sans, toutefois, résorber ses engagements importants au titre des droits passés, précise le communiqué.  S’agissant du marché boursier, sa liquidité s’est inscrite dans une tendance haussière. Elle reste, toutefois, insuffisante en raison essentiellement de la faiblesse du flottant, selon la même source. La volatilité demeure modérée et enregistre une baisse durant les quatre premiers mois de 2017 après deux années de hausses successives. En dépit d’une correction des cours en début d’année, la valorisation de la Bourse de Casablanca ressort à un niveau élevé, tirée par des investisseurs à la recherche de rentabilité dans un contexte de baisse des taux d’intérêt, fait remarquer la Banque centrale.
Au niveau du marché de la dette privée, en dépit des difficultés rencontrées par quelques émetteurs, le risque de crédit reste globalement modéré. Le marché a vu l’émission d’obligations subordonnées perpétuelles d’un nouveau type (contingent convertible bonds) présentant un profil de risque différent des émissions habituelles, mais dont le volume global demeure limité, indique le communiqué.
Le Comité a, par ailleurs, fait le point sur la mise en œuvre de la feuille de route relative à la contribution du secteur financier marocain à la promotion du développement durable. Il s’est également penché sur les enjeux de la finance digitale et les risques liés à la cybercriminalité.
Lors de cette réunion du CCSRS, le Comité a procédé à l’approbation du rapport sur la stabilité financière relatif à l’exercice 2016 et à l’analyse de la cartographie des risques du système financier ainsi qu’à l’examen de l’état d’avancement de la feuille de route inter-autorités en matière de stabilité financière au titre de la période 2016-2018.

Samedi 1 Juillet 2017

Lu 928 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 L'événementiel en quête de perspectives meilleures