Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le phénomène smiley

Nous assistons à une nouvelle révolution en marche, une linguistique numérique dernière tendance incroyablement séductrice




Il suffit d’une occasion pour que nos mobiles croulent sous des messages joyeux et indigestes « floodé» (diffusion à volonté) par les partageurs : concentré de petits animaux, smileys, petites fleurs, vidéo, de quoi attraper un vrai virus virtuel.
Tout est digne d’être observé, échangé, partagé et si, ce n’est pas des scènes de vie, se sont des SMS où viennent se glisser joyeusement, les désormais très fameux emojis (pictogrammes nés au japon).
Un véritable phénomène mondial d’une société virtuelle en plein développement. Les symboles auraient plus d’éloquence que les mots dans le monde virtuel. Ce tout petit rond jaune, toujours le même, représente un visage aux facettes multiples : bonheur, malheur, colère, frustration, ou encore en pleur. A la question : pourquoi utiliser des smileys dans vos messages ? Une réponse revient souvent : « Pour exprimer mes émotions, l’écrire avec des mots, serait plus difficile et prendrait plus de temps ». Ce mode de communication s’adapterait plus facilement au besoin visuel et à la vitesse d’échange. De plus, les smileys seraient plus expressifs, directs ou tout simplement sont l’expression de ce que l’on ne dira jamais. En somme, le monde virtuel permettrait moins de pudeurs émotionnelles que dans la vie en société.
D’après une étude de l’université d’Adélaïde en Australie, « les émoticônes (contraction des mots émotion et icône), nommés aussi smileys sont très efficaces pour transmettre des émotions par écrit à ses interlocuteurs, car le cerveau les perçoit comme de vrais visages ». Par ailleurs, Pierre Halté docteur en sciences du langage à l’université de Tours affirme d’après ses recherches: « Introduire un émoticône reviendrait à remplacer une expression du visage ou un geste utilisé dans le langage parlé ». Un smiley serait alors, immédiat et fugace, comme un sourire ou un clin d’œil.
Il est vrai que dans la réalité quotidienne, nous soignons notre image, nous émettons des signes gestuels, nous jouons avec l’intonation de la voix. De même que le rajout d’un symbole à l’écrit permet de transmettre une articulation émotionnelle à notre correspondant et de soigner notre e-image. Ce jeu relationnel nous renvoie à une nouvelle forme de manipulation véhiculée par ces symboles.
Dans tous les cas, cette nouvelle tendance, aussi virtuelle soit-elle, mène désormais à un discours plus émotif. Le logos de Platon s’éclipse désormais devant l’éros. Changeant le discours, du rationnel à l’émotionnel. Les utlisateurs du monde bleu seraient-ils à la recherche de plus d’amour et de sensibilité dans un monde ou la violence à pris le dessus?

Par Assia Bennani (Stagiaire)
Mercredi 28 Juin 2017

Lu 625 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés