Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cyclisme national à l'épreuve aux J.O pour décrocher une médaille



Après avoir confirmé son leadership aux niveaux africain et arabe, la bicyclette marocaine sera à l'épreuve lors des Jeux olympiques de Tokyo-2020, prévus du 23 juillet au 8 août, pour représenter honorablement le Maroc et espérer décrocher une médaille à l'occasion de cet événement planétaire. La "Petite Reine" sera représentée par le cycliste Mohcine El Kouraji (cyclisme sur route), qui fera partie de la délégation sportive marocaine qui comprend 47 athlètes, femmes et hommes, engagés dans 18 disciplines aux JO. El Kouraji, sociétaire du club Tihad Athlétic de Casablanca, espère fournir plus d’efforts en vue d’assurer une présence honorable du Maroc dans cette discipline, et de faire briller le vélo national dans les divers événements internationaux. Classé 543è mondial, le champion du Maroc et seul représentant du cyclisme national aux JO qui vont se dérouler dans le pays du Soleil Levant, s’est adjugé le maillot jaune du Tour du Maroc en 2016 et a remporté trois médailles au Championnat d'Afrique 2021. En 2011, la bicyclette marocaine a réussi à confirmer sa présence et à concrétiser les espoirs tant attendus, en revenant sur le devant de la scène internationale à travers sa participation au plus grand événement sportif mondial, en se qualifiant pour la 30è édition des JO de Londres 2012. Il est à noter que le vélo marocain était déjà présent aux Jeux olympiques, plus précisément à Los Angeles 1984, après sa première participation aux JO de Rome en 1960. Ce sport a évolué progressivement pour atteindre le niveau mondial, avant de faire un pas de géant à la faveur de la participation du Maroc aux championnats du monde de cyclisme en Australie et au Danemark et sa qualification pour les Jeux olympiques. La "Petite Reine" a réussi à obtenir des résultats très encourageants, les cyclistes marocains ayant excellé dans les tours cyclistes internationaux et ont même réussi à prendre la tête des championnats d’Afrique, en individuel et par équipes, au classement de l'Union cycliste internationale (UCI). Le vélo national a également su s'imposer et assurer sa place parmi les pays leaders dans cette discipline, notamment à l'échelle du continent africain, que ce soit à travers la victoire de ses cyclistes dans de nombreuses courses sur route ou grâce au succès qu’à connu le Tour du Maroc. Le président de la Fédération Royale marocaine de cyclisme, Mohamed Belmahi, a déclaré que la qualification du vélo marocain (cyclisme sur route) pour les Jeux olympiques intervient après une année d'efforts et de dévouement au cours de laquelle les membres de l’équipe nationale ont réalisé d'excellents résultats et montré un grand professionnalisme, en se mesurant aux meilleurs cyclistes mondiaux. Cette qualification est également le fruit des efforts déployés par les ligues régionales et les associations sportives nationales pour former une génération de cyclistes, qui ont honoré le drapeau national et démontré un niveau technique distingué qui promet beaucoup, ainsi que du soutien du ministère de la Culture, des Sports et de la Jeunesse, du Comité national olympique marocain (CNOM) et des partenaires nationaux, a indiqué Belmahi dans une déclaration à la MAP. Le vélo marocain a décroché son billet pour les JO de Tokyo avec une nouvelle génération de cyclistes, dans la perspective de réaliser le rêve de remporter une médaille, at-il ajouté, estimant que ce souhait est "certes difficile mais pas impossible" à réaliser. En se qualifiant pour les JO, pour la 3è fois consécutive, le cyclisme national a pu honorer ses engagements, conformément au contrat d'objectifs signé avec le ministère de tutelle et le CNOM, a-t-il fait remarquer, soulignant que l'objectif est de représenter le Maroc honorablement en adoptant une stratégie qui permet de décrocher une médaille olympique. Concernant la préparation, le président de la FRMC a confirmé qu'un important programme a été élaboré pour les athlètes de haut niveau, qui sont invités à représenter le Royaume aux JO de Tokyo 2020. Il a précisé que ces stages de préparation, qui se sont déroulés au Maroc et à l’étranger, sont le fruit de nombreux sacrifices et sont suivis depuis avril 2019, malgré les restrictions imposées aux déplacements et l'annulation des compétitions en raison de la pandémie du coronavirus. Les cyclistes marocains ont effectué leurs entraînements au niveau national lors de stages de concentration dans plusieurs villes (janvier 2019 à Khénifra), (mars 2019 à Casablanca) et (mai 2019 à Ifrane), ainsi qu’un stage de préparation en Turquie en septembre 2019, a précisé Belmahi. Ces entraînements visent à permettre aux cyclistes de signer une participation honorable, que ce soit aux Jeux olympiques de Tokyo ou aux championnats du monde de cyclisme sur route, prévus en Belgique en septembre prochain, a-t-il conclu.

Libé
Lundi 19 Juillet 2021

Lu 382 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Juillet 2021 - 10:43 Stage de l’EN olympique



Flux RSS