Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le commerce arabo-africain mutuellement bénéfique aux pays membres

6,5% des exportations africaines sont destinées au monde arabe et 5,3% de celles du monde arabe visent l’Afrique




Le commerce arabo-africain mutuellement bénéfique aux pays membres
La consolidation des échanges commerciaux entre l'Afrique et le monde arabe peut renforcer de manière significative le poids de ces deux régions dans le commerce mondial, a affirmé Abdalla Hamdok, secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA).
"Une intégration régionale renforcée entre l’Afrique et le monde arabe, qui irait au-delà des grands accords commerciaux régionaux spécifiques à ces régions (ZLEC, GAFTA), apparait très prometteuse dans la mesure où elle soutiendrait les efforts de diversification et de transformation des pays membres et contribuerait à renforcer la position de l’Afrique et du monde arabe dans l’arène commerciale mondiale", a déclaré le responsable. Ce dernier s’est ainsi exprimé à l'occasion de la 100ème Session ordinaire du Conseil économique et social de la Ligue des Etats arabes, tenue récemment au Caire, rapporte la MAP.
L’examen des échanges entre les deux régions révèle qu’ils sont plus diversifiés et se caractérisent par une plus forte composante industrielle que les biens exportés vers le reste du monde, a ajouté M. Hamdok, dont les propos ont été publiés sur le portail de la CEA, à Addis-Abeba.
Avec 6,5% des exportations africaines destinées au monde arabe, et 5,3% des exportations du monde arabe visant l’Afrique, les échanges entre ces deux régions du monde connaissent une croissance marquée depuis une dizaine d’années, une tendance appelée à se renforcer davantage, indique-t-on de même source, soulignant que "le commerce entre l’Afrique et le monde arabe apparait riche en opportunités".
"L’intégration régionale et le commerce ne peuvent pas répondre à eux seuls aux défis économiques actuels. Toutefois, ils offrent, sans nul doute, des moyens et opportunités d’accélérer le progrès, l’industrialisation et une meilleure intégration avec les marchés régionaux et internationaux. Ils peuvent ainsi libérer le potentiel des pays africains et arabes, diversifier les économies et fournir aux femmes et aux hommes des opportunités économiques acceptables pour des conditions de vies améliorées et des sociétés plus résilientes et inclusives", a expliqué M. Hamdok.
Selon une étude de la CEA, la mise en place réussie d’une zone de libre échange en Afrique pourrait entraîner une hausse de 22% du commerce africain et injecterait environ 1000 milliards de dollars dans l’économie mondiale.
Mise en place par le Conseil économique et social des Nations unies en 1958, la Commission économique pour l’Afrique a pour mandat de promouvoir le développement économique et social de ses Etats membres, l’intégration régionale et la coopération internationale en faveur du développement de l’Afrique.

Mardi 29 Août 2017

Lu 1011 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.