Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le comité scientifique plaide pour une troisième dose


Priorité aux personnes à risques

Alors que certains citoyennes et citoyens n’ont toujours pas franchi le pas de la première dose du vaccin anti-Covid-19, voilà qu’une troisième dose est d’ores et déjà programmée. A l’instar de plusieurs pays, disséminés aux quatre coins du monde, dans le Royaume, le Comité scientifique a validé et préconisé l’injection d’une 3e dose du vaccin à titre de rappel, prioritairement à destination des personnes à risque dont bien évidemment les frontliners, avant sans doute son élargissement à l’ensemble de la population marocaine. En effet, les premiers qui tendront le bras une troisième fois en l’espace de moins d’un an sont les personnels de la santé, tous âges confondus. Le nouveau coronavirus n’a pas été tendre avec ces héros de l’ombre en cette crise au long court. Plusieurs d’entre eux ont contracté le variant Delta, version hautement contagieuse du Sars-Cov2 et en ont grandement souffert. Dès lors,  augmenter l’immunité et la protection face au variant Delta est plus que jamais capital pour le personnel soignant qui est en première ligne dans cette guerre sanitaire contre le virus. Même son de cloche pour les personnes âgées ou à risque. Si, dans ce cas, la décision finale revient au ministère de la Santé, il n’en reste pas moins que le Comité recommande de démarrer avec la catégorie des plus de 65 ans, avant d’élargir la prescription de la troisième dose aux personnes atteintes de comorbidités. A l’évidence, la logistique et l’organisation des troisièmes doses seront calquées sur la campagne de vaccination nationale qui a jusqu’ici permis d’immuniser en deux doses 15.992.481 personnes. En revanche, le laps de temps entre l’injection de la première et la seconde dose est beaucoup moins long que celui défini pour la troisième dose. Si la seconde a pour habitude d'être injectée un peu moins d’un mois après la première, la troisième dite de rappel devra être injectée 6 mois au minimum après la seconde. Selon le calendrier de la campagne de vaccination nationale lancée le 28 janvier dernier, le personnel de la santé aurait d’ores et déjà complété les 6 mois nécessaires après la seconde injection. D’autant plus que les frontliners, de manière générale, ont certainement été vaccinés bien avant le lancement officiel de la campagne de vaccination. Pour le moment, le top départ pour l’injection d’une troisième dose n’a pas encore été donné.Il le sera certainement une fois que sera publié le communiqué officiel du ministère de la Santé. En attendant, quelques zones d’ombre demeurent, et notamment la nature du vaccin injecté. Sera-t-il possible d’intervertir les vaccins ? Pour l’instant, il n’y a que peu d’indications sur le sujet. Mais c’est le cas dans certains pays où la décision a été généralement dictée par la disponibilité des vaccins. En prenant une telle décision, le Maroc emboîte ainsi le pas à plusieurs pays européens. En France, la Haute autorité de santé (HAS) a elle aussi rendu un avis favorable concernant l'injection d'une troisième dose du vaccin anti-Covid-19 chez les personnes de plus de 65 ans. D’ailleurs, une campagne de rappel pourrait avoir lieu cet automne dans l’Hexagone, conjointement à la vaccination contre la grippe.Israël est allé encore plus loin. Le responsable de la lutte contre la Covid-19 de l’Etat hébreux a appelé la population à se préparer à l'administration d'une quatrième dose de vaccin pour renforcer l'immunité contre le virus, sachant que 2,5 millions d'Israéliens ont reçu la troisième, depuis fin juillet. En creux, il n’est pas difficile de deviner la suite de l’histoire. La troisième dose en appellera une quatrième. Comme la seconde en a appelé une troisième. Et in fine, comme c’est le cas pour le vaccin contre la grippe, il est entendu que celui contre la Covid-19 deviendra habituel, une fois par an.

Chady Chaabi
Jeudi 9 Septembre 2021

Lu 272 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS