Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc rend hommage à la société civile

Un facteur clé dans le développement durable du Royaume


Le Maroc rend hommage à la société civile
Le Maroc honore sa société civile, ce samedi 13 mars, une occasion idoine pour mettre en avant les actions, les contributions et les efforts déployés par le mouvement associatif et les organisations en faveur de la communauté et du développement durable du Royaume.

Célébrée chaque année depuis 2015 en vertu de la décision Royale du 23 mai 2014, et après un débat national marqué par la participation de plus de 10.000 ONG et d’organisations internationales, la Journée nationale de la société civile offre l’opportunité de s’arrêter sur les acquis réalisés au Maroc par les associations qui s’investissent aux côtés de la communauté pour améliorer son cadre de vie et appuyer les engagements du gouvernement en faveur du développement humain.

En effet, le tissu associatif marocain a connu une évolution notable ces dernières années, confirmant la place particulière qu’il occupe en tant qu’acteur incontournable de tous les chantiers socio-économiques d’un Maroc en plein essor. C’est dans ce sens que la présidente de l’Association “Koulna Maak”, Nisrine Laouzi, a indiqué dans une déclaration à la MAP que le rôle des associations ne se limite pas uniquement aux contributions et aux actions menées dans des domaines touchant la vie des citoyens, mais concerne également la participation aux différents engagements de l’Etat, en particulier le développement durable du Maroc.

“La stratégie nationale du développement durable doit répondre à plusieurs défis socioéconomiques”, a indiqué Mme Laouzi, ajoutant à cet égard que la société civile intervient dans ce sens en permettant le dialogue entre l’Etat et les différents secteurs socioéconomiques du pays dans un climat de confiance indispensable pour dissiper les conflits et comprendre les problématiques de manière saine et efficace.

Elle a, dans ce contexte, fait savoir que les associations jouent plusieurs rôles importants au sein de la société, notamment à travers leur contribution à la réduction de la pauvreté et de l’exclusion sociale et l’amélioration des indicateurs de développement humain. “Le travail caritatif et bénévole est essentiel pour construire une société solidaire et forte”, a-t-elle estimé. Mme Laouzi a, en outre, fait observer que son association cible toutes les catégories de personnes en situation précaire et les nécessiteux au sein de la société, dans le cadre d’une stratégie locale et nationale qui vise essentiellement la lutte contre toutes les formes d’exclusion et de marginalisation, en plus de l’atténuation des souffrances des sans-abri, des femmes, des familles pauvres, des enfants et des orphelins. “Notre objectif est d’accompagner continuellement les catégories vulnérables et pauvres dans notre société à travers l’adoption d’une approche sociale effective consistant essentiellement à la lutte contre toutes les formes d’exclusion et de privation sociale, mais aussi à la réalisation de la solidarité sociale, à l’aide d’un véritable support en faveur des nécessiteux et des sans-abri, ainsi qu’au soulagement de leurs souffrances et peines psychologiques et matérielles”, a-telle affirmé.

Parmi les actions menées au sein de l’Association “Koulna Maak” figurent l’organisation de sorties nocturnes et journalières sur le terrain pour prospecter, accompagner et aider les sans-abri et l’initiation de campagnes visant à récupérer des aides en nature comme les couvertures, les habits et la nourriture pour leur redistribution aux personnes sans domicile fixe (SDF), en plus de la création de projets lucratifs ayant pour but d’assurer des revenus fixes au profit des sans-abri et l’intensification des activités humanitaires pendant la saison hivernale, a-telle expliqué.

La société civile constitue ainsi un acteur principal dans le développement du Maroc et la Constitution de 2011 lui a réservé une place très importante en la considérant, en plus de son rôle consultatif, comme facteur effectif dans la prise de décisions liées au développement du pays.

Libé
Vendredi 12 Mars 2021

Lu 731 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS