Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale

Mohamed Benabdelkader et Marc Trenteseau procèdent à la signature d’une convention spécifique




Le Maroc et la Belgique ont signé le 19 mai 2016 un programme de coopération pour la période 2016-2020.  Parmi les interventions qui y ont été retenues figure un programme de renforcement des compétences des cadres de la fonction publique au niveau central et local au Maroc, doté d’un financement belge de 3,5 millions d’euros, pour une durée de cinq ans dont quatre pour la mise en oeuvre.
Dans ce cadre, le ministre de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader, et l’ambassadeur de Belgique, Marc Trenteseau, ont procédé ce vendredi à Rabat à la signature de la convention spécifique entre ce département et ladite ambassade.
Dans l’allocution qu’il a prononcée en l’occasion, Mohamed Benabdelkader a rappelé à cet égard que les relations entre les deux pays, vieilles déjà de plus d’un siècle, s’intensifient chaque jour davantage grâce à la volonté des deux parties de resserrer leurs liens sur plusieurs plans.
Ces relations, a-t-il ajouté, embrassent divers domaines, tels que ceux du développement, des affaires étrangères et de la coopération, de la sécurité sociale, la fonction publique, les ressources humaines, la modernisation de l’administration, et l’amélioration de la qualité du service public.
Après avoir remercié l’ambassadeur pour son engagement personnel et son appui pour renforcer davantage la coopération entre nos deux pays, le ministre délégué a rappelé que l'objectif poursuivi dans le cadre de ladite convention est d'établir entre les deux parties un cadre de coopération pour mettre en oeuvre le projet relatif au renforcement des compétences des fonctionnaires en matière de digitalisation.
Ce projet constitue le soutien indispensable pour la transformation digitale, qui est l’une des quatre transformations structurelles du « Plan national de la réforme de l’administration 2018-2021 », a-t-il poursuivi, ajoutant que  la transformation digitale vise à fournir aux usagers des services numériques de qualité, et ceci ne peut se réaliser sans des ressources humaines qualifiées et formées dans les aspects stratégiques et opérationnels de la digitalisation.
Il convient de rappeler que ce programme a été retenu dans le cadre de la coopération maroco-belge et lors de la signature du procès-verbal de la 19ème session de la Commission mixte de coopération au développement entre les Royaumes du Maroc et de Belgique tenue à Rabat le 19 mai 2016 et que ce projet d’appui au renforcement des compétences des fonctionnaires des administrations s’aligne sur les nouvelles thématiques prioritaires, notamment la digitalisation pour le développement, a déclaré Mohamed Benabdelkader. Lequel a noté que cette intervention vise à centrer l’appui sur la réalisation de la composante essentielle du Plan national de la réforme de l’administration 2018-2021 relative à la transformation digitale au niveau des partenaires de mise en oeuvre de l’ensemble du programme de coopération bilatérale.
Le but de ce projet, a-t-il poursuivi, est qu’à mi-parcours de cette intervention, le modèle construit soit capitalisé par le ministère de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique en vue de le dupliquer par la suite à l’ensemble des administrations.
Le ministre délégué a, par la suite, rappelé que les objectifs intermédiaires de ce projet de coopération sont au nombre de trois, à savoir la mise en oeuvre en concertation avec les administrations bénéficiaires d’une démarche de renforcement des compétences, en lien avec la transformation digitale de l’administration, le renforcement des compétences stratégiques et opérationnelles des fonctionnaires afin de définir, accompagner, mettre en oeuvre et utiliser les projets digitaux et, enfin, le renforcement des capacités du ministère de la Réforme de l’administration et de la Fonction publique en matière de communication, de coordination et de capitalisation.
Cette intervention, a-t-il conclu, s’aligne sur la stratégie digitale du Maroc et son volet de la transformation numérique de l’administration publique, d’où le rôle fondamental que devrait jouer l’Agence de développement du digital comme acteur clé pour l’appui à l’implémentation du projet.

H.T
Samedi 17 Novembre 2018

Lu 803 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés