Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc bien parti pour renforcer sa position sur l’échiquier des investissements en Afrique

Le Royaume et l’Afrique du Sud partagent désormais la première place en termes d’IED sur le continent africain




Brand South Africa, l’Agence gouvernementale sud-africaine en charge de la promotion de l’image du pays arc-en-ciel, a souligné, mercredi, que le Maroc est bien parti pour renforcer sa position sur l’échiquier des investissements en Afrique, tout en appelant le gouvernement sud-africain à redoubler d’efforts pour rester dans la course avec le Royaume.
«Le Maroc continue de renforcer sa position en tant que destination pour les investissements étrangers directs (IED)», a souligné Petrus de Kock, directeur de la recherche au sein de Brand South Africa.
«Le Maroc se positionne sur une trajectoire de renforcement de ses atouts au cours des prochaines années», a ajouté le responsable, soulignant que l’Afrique du Sud doit redoubler d’efforts pour rester dans la course.
L’agence sud-africaine réagissait au classement rendu public récemment par d’Ernst & Young (EY), l’un des plus importants cabinets d’audit financier et de conseil au monde dans son rapport 2018 sur les investissements en Afrique, rapporte la MAP.
Le rapport a montré que le Maroc a rattrapé l’Afrique du Sud, avec laquelle le Royaume partage désormais la première place en termes d’IED en Afrique.
D’après le rapport, le Maroc et l’Afrique du Sud ont attiré chacun 96 projets d’investissements étrangers en 2017. La troisième place revient au Kenya avec 67 projets.
Le responsable de Brand South Africa a relevé que le rapport du cabinet montre bel et bien que la carte des investissements en Afrique est en train de subir d’importants changements.
«Ces changements ont de grandes implications sur l’Afrique du Sud au moment où le président Cyril Ramaphosa tente de faire de l’encouragement des investissement une priorité pour son gouvernement», a-t-il dit, soulignant que l’Afrique du Sud doit mettre à profit ses potentialités pour renforcer son attractivité face à la montée en force de nouvelles puissances continentales.
Dans son rapport 2018, EY a souligné que le Maroc demeure l’une des destinations les plus attrayantes pour les investissements en Afrique, citant, parmi les points forts du Maroc, sa croissance économique «consistante» et sa stabilité politique.
Grâce à un climat stable et des fondements économiques solides, le Maroc a drainé, avec l’Afrique du Sud, le plus grand nombre d’IED en Afrique en 2017, poursuit EY.
Le cabinet s’est particulièrement attardé sur le secteur de l’industrie automobile, devenu l’un des piliers de l’économie marocaine. Ce secteur continue d’attirer les investisseurs au Maroc d’autant plus que le Royaume entend consolider sa position en tant que hub international de cette industrie porteuse, indique le cabinet.
En Afrique du Nord, région qui regroupe le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et l’Egypte, le Royaume s’impose comme leader incontesté, s’accaparant 52% de la totalité des IED dans la région, loin devant l’Egypte, deuxième avec 30%.
Tout comme l’Afrique du Sud en Afrique australe, le Nigeria en Afrique de l’Ouest et l’Ethiopie en Afrique de l’Est, le Maroc est la principale puissance économique en Afrique du Nord, indique encore EY.
Le Maroc, l’Afrique du Sud, le Nigeria et l’Ethiopie représentent à eux seuls 40% du nombre total des IED dans tout le continent africain, selon le rapport.
Dans une interview à MAP-Johannesburg, Graham Thompson, directeur du département Afrique au sein d’EY, a expliqué que le Maroc a pu renforcer son attractivité à la faveur de sa stabilité politique et des réformes audacieuses mises en œuvre ces dernières années.
Le Maroc a pu asseoir un environnement favorable aux investissements grâce à une série de réformes mises en œuvre ces dernières années, a indiqué M. Thompson, relevant que ces réformes offrent les garanties solides que les investisseurs cherchent en termes de protection de leurs projets et de conditions d’épanouissement de leurs activités.
Ces réformes ont conféré au Maroc une forte visibilité dans les rangs de la communauté d’affaires, a-t-il dit.
Le Royaume bénéficie d’un autre avantage de taille à savoir sa position géographique hautement stratégique, a fait observer le responsable de EY, ajoutant que la proximité du Royaume par rapport à l’Europe facilite les échanges entre le Maroc et le Vieux Continent.

Samedi 1 Décembre 2018

Lu 556 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés