Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La souffrance des migrants africains victimes de racisme au Brésil


Libé
Mercredi 9 Février 2022

La souffrance des migrants africains victimes de racisme au Brésil
Le meurtre d'un Congolais sur une plage de Rio de Janeiro a jeté une lumière crue sur les épreuves auxquelles sont confrontés au Brésil les immigrés africains, victimes de racisme dans un pays où la population noire est pourtant majoritaire. "Aujourd'hui, je pense quitter le Brésil. Après ce qui s'est passé avec Moïse, j'ai peur pour mes enfants", confie à l'AFP Sagrace Lembe Menga, 33 ans, originaire de République Démocratique du Congo (RDC), comme Moïse Kabagambe, tué le 24 janvier. Comme ce jeune homme de 24 ans battu à mort à coups de bâtons et de battes de baseball, elle a quitté son pays en quête de "paix et de tranquillité", pour fuir "la guerre et les massacres". "J'ai entendu dire qu'au Brésil, on reçoit les gens à bras ouverts. Et c'est vrai qu'on m'a bien accueillie à mon arrivée", en 2015, raconte cette coiffeuse de 33 ans, qui arbore de longues tresses vertes. Mais elle n'a pas été épargnée par le racisme, notamment sur son lieu de travail. "Certains me traitent comme si j'étais une personne insignifiante, un animal. On m'a déjà demandé si je vivais au milieu des girafes", résume cette mère de deux enfants de 8 et 3 ans, qui a le statut de réfugiée. Selon les chiffres du gouvernement brésilien, 1.050 des 57.000 réfugiés que compte le pays sont originaires de RDC, le troisième contingent après le Venezuela et la Syrie. Le salaire mensuel moyen des immigrés africains (2.698 réais, soit 445 euros) est largement inférieur à celui de tous les migrants (4.878 réais) au Brésil. Beaucoup d'entre eux vivent dans des quartiers sensibles où des narcotrafiquants font la loi. Au total, quelque 35.000 immigrés Africains vivent au Brésil, mais les spécialistes estiment que les statistiques officielles sont sous-évaluées. Le Brésil accueille par ailleurs un grand nombre d'immigrés haïtiens (plus de 150.000), qui comptent également parmi les moins bien rémunérés. "Si je devais raconter tous les épisodes de racisme dont j'ai été victime, on pourrait écrire un livre", déplore Elisée Mpembele, 23 ans, chanteur congolais arrivé au Brésil en 2013. "Les gens me regardent de travers, les vigiles me suivent dans le supermarché. Encore récemment, je me suis fait fouiller par des policiers alors que je leur avais juste demandé un renseignement", explique-t-il. A cause du "manque d'opportunités" pour vivre de son art, il doit souvent "faire des petits boulots" pour joindre les deux bouts. Pour Bas'llele Malomalo, spécialiste des migrations entre l'Afrique et le Brésil à l'Université de l'Intégration internationale et de la Lusophonie Afro-brésilienne (Unilab), le racisme au Brésil "est d'autant plus pervers que 55% des Brésiliens sont noirs" ou métis. Seul le Nigeria compte une population noire plus importante que le Brésil dans le monde. "Les problèmes d'intégration des immigrés africains ont les mêmes racines que ceux rencontrés par les anciens esclaves, qui étaient encore vus comme des objets, des animaux, au moment de l'abolition" de l'esclavage, en 1888, dit le chercheur. Dans un pays où, selon une étude récente, 77% des victimes d'homicides en 2019 étaient des personnes noires, les migrants africains comme Moïse Kabagambe sont encore plus vulnérables "parce que dans la tête des racistes, comme c'est un étranger, personne ne va le défendre", insiste M. Malomalo. "Si on commence à m'embêter, je préfère baisser la tête pour éviter les problèmes", dit Modou Fall, Sénégalais de 34 ans qui vend des lunettes de soleil sur la plage de Copacabana. "C'est dur de travailler ici. J'ai du mal à envoyer de l'argent à ma famille à cause de la dépréciation du réal face au dollar", déplore-t-il. Rui Mucaje, président de la Chambre de commerce afro-brésilienne (AfroChamber), explique que beaucoup de migrants africains arrivent au Brésil avec "l'esprit d'entreprise", pour vendre notamment des vêtements ou des tissus africains, mais la plupart restent cantonnés "au secteur informel". "Il n'est pas rare non plus de voir des personnes diplômées qui finissent par travailler à des postes demandant bien moins de qualifications", déplore-t-il, citant notamment un topographe qui fait le ménage dans un hôtel ou un ingénieur travaillant dans un supermarché. Pour lui, l'assassinat de Moïse Kabagambe est "la concrétisation tragique des problèmes engendrés par le racisme au Brésil".


Lu 754 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS