Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La presse égyptienne crie au scandale du stade Radès




Les journaux égyptiens publiés dimanche ont consacré leurs commentaires aux événements ayant entaché la finale retour de la Ligue des champions d'Afrique entre l'Espérance Sportive de Tunis et le WAC de Casablanca, samedi soir au stade de Radès, en criant au "scandale footballistique" qui risque d'ébranler la Confédération africaine de football (CAF).
La presse égyptienne a rapporté ainsi que le stade Radès était le théâtre vendredi d'un "scandale footballistique" jamais enregistré dans les stades africains, à cause d'une panne de la VAR (assistance vidéo à l'arbitrage), qui a empêché de revoir le but légitime marqué par l'équipe du Wydad de Casablanca et qui a été annulé par l'arbitre assistant sous prétexte de hors-jeu. "Dans l'un des pires scandales de l'histoire du football, l'Espérance de Tunis a été proclamé par la CAF vainqueur de la Ligue des champions d'Afrique aux dépens de son hôte le Wydad de Casablanca, à la suite d'une crise majeure dans le match retour", écrit le journal El Watan.
Pour sa part, son confrère "Al-Ahram" souligne que la finale de la Ligue des champions d'Afrique entre le Wydad de Casablanca et l'Espérance de Tunis s'est terminée par des événements "malheureux" qui portent atteinte à l'image du football africain, ajoutant que la panne du VAR est tournée en dérision avec la proclamation du club tunisien vainqueur du titre.
"L'arbitrage qui avait fait l'objet d'une controverse lors du match aller à Rabat (1-1), a également fait parler de lui lors du match retour", note Al-Ahram, ajoutant qu'Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football (CAF), "tente autant que possible de sauver ce qui peut être sauvé en appelant à une réunion de l'instance africaine, suite à la décision de Said Naciri, président du Wydad, de saisir la Fédération internationale de football (FIFA) et le Tribunal arbitral du sport (TAS).
Le journal Al-Shorouq souligne, quant à lui, que la CAF devrait discuter des répercussions du match lors de sa prochaine réunion, "avec la possibilité de prendre des décisions fortes et pertinentes, à la lumière de la malheureuse scène qui a mis fin au match, ajoutant que l'évènement malheureux qui a entaché le match donne une très mauvaise image du football africain.
Pour sa part, Al-Masry Al-Youm écrit que des "faits étranges" ont marqué la finale retour, après que l'arbitre gambien Bakari Gassama eut considéré que l'équipe du Wydad s'est retirée de la partie après une interruption du match qui a duré environ une heure et demie.
Dans la même veine, le journal "Al Akhbar" écrit que l'arbitre Bakari Gassama est à l'origine du scandale puisqu'il était au courant de la panne de la VAR avant le début de la rencontre sans pour autant en aviser les responsables du Wydad jusqu'à la 59e minute de la partie, ajoutant que tout le monde était surpris de constater que la VAR était en panne depuis le début de la rencontre. Même son de cloche pour le site sportif "Super Koura" qui a souligné que la finale de la Ligue des champions d'Afrique fut une "dérision du football" après les protestations des joueurs du Wydad sur la légitimité du but d'égalisation qui ont duré plus d'une heure et leurs revendications de recourir aux techniques de la VAR qui s'est avéré en panne.
"Al-Bawaba Sport" a crié, lui aussi, au "scandale au Stade de Radès" après le refus de l'arbitre de revenir à la technique de la VAR et sa décision de siffler la fin du match et d'annoncer la victoire de l'Espérance de Tunis.
Le président du WAC, Said Naciri, avait annoncé, samedi, l'intention du club de saisir la Fédération internationale de football et le tribunal arbitral du sport (TAS) à propos du "massacre arbitral" lors de la finale-retour de la Ligue des champions d'Afrique contre l’Espérance de Tunis (EST), disputée au stade olympique de Radès (banlieue de Tunis), rappelle-t-on. La Fédération Royale marocaine de football (FRMF) a décidé aussi, en coordination avec le bureau dirigeant du Wydad de Casablanca (WAC) de saisir la FIFA et le TAS pour apporter toutes les réserves et la documentation au sujet de la finale-retour de la Ligue des champions d'Afrique.

Gamal El-Ghandour : La CAF, premier responsable de la crise de la finale-retour de la Ligue des champions d'Afrique

La Confédération africaine de football (CAF) est le premier responsable des incidents qui ont entaché la finale-retour de la Ligue des champions d'Afrique entre le Wydad de Casablanca et l'Espérance de Tunis, disputée vendredi au stade olympique de Radès, a affirmé l'expert égyptien de l'arbitrage, Gamal El-Ghandour.
Cette finale a été émaillée d'incidents polémiques à cause de l'annulation d'un but égalisateur en faveur du WAC à la 59ème minute pour un supposé hors-jeu, alors que les Rouge et Blanc étaient menés au score (0-1), et son interruption pendant près de 90 minutes, avant que l'arbitre gambien Bakary Gassama n’annonce la fin de la rencontre en proclamant l'Espérance vainqueur.
"La responsabilité de la défaillance de l’arbitrage vidéo incombe principalement à la CAF, ainsi qu’aux responsables de la société chargée de la technique de la VAR", a souligné l’ancien arbitre international dans une déclaration à la MAP.
Pour M. El-Ghandour, les joueurs du Wydad avaient le droit de s’opposer à l’absence de la VAR, d'autant plus que la finale-aller disputée au Maroc s'est déroulée sans incidents, ce qui élimine, selon lui, "le principe de l'égalité des chances entre les deux équipes".
"Le monde a suivi ce qui s'est passé dans le stade de Radès, après l’intervention des responsables des clubs et de la CAF pour trouver une solution à la crise", a-t-il poursuivi, ajoutant que l’absence de la technique de la VAR a provoqué une crise entre les deux équipes.
Le but marqué par le Wydad est "valable", a estimé l’ancien arbitre égyptien, notant que le but a été annulé par l’arbitre assistant et non par le Gambien Bakary Gassama.
Par ailleurs, M. El-Ghandour s’est interrogé également sur l’absence de la salle des arbitres de la VAR qui devrait, en principe, informer l’arbitre sur la validité du but même en cas de dysfonctionnement de l'écran de la VAR située à l'intérieur du stade.
Samedi, la Fédération Royale marocaine de football (FRMF) a décidé, en coordination avec le bureau dirigeant du Wydad de Casablanca (WAC), de saisir la FIFA et le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour apporter toutes les réserves et la documentation au sujet de la finale-retour de la Ligue des champions d'Afrique contre l'Espérance de Tunis (EST).
La Confédération africaine de football (CAF) a décidé de convoquer un comité exécutif d'urgence le 4 juin, suite aux évènements survenus lors de cette finale.
"Le président de la CAF, Ahmad Ahmad décide de provoquer un comité exécutif d'urgence le 4 juin pour débattre des issues réglementaires à réserver à cette rencontre", a annoncé la CAF dans un communiqué.

Mardi 4 Juin 2019

Lu 1297 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com