Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La présidence annonce la composition du nouveau gouvernement algérien




Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a nommé jeudi soir, deux semaines exactement après son entrée en fonction, son premier gouvernement, composé de 39 membres, a annoncé le porte-parole de la présidence en donnant la composition à la télévision nationale.
C'est la première fois que le gouvernement algérien est annoncé en direct de la présidence et par un de ses responsables à la télévision, et non via un communiqué officiel.
Le 28 décembre, M. Tebboune avait nommé Abdelaziz Djerad Premier ministre, un universitaire de 65 ans, ancien secrétaire général de la présidence (1993-1995) puis du ministère des Affaires étrangères (2001-2003), et l'avait chargé de constituer un gouvernement.
Quatre des cinq principaux ministres figuraient déjà dans le précédent gouvernement, dirigé par Noureddine Bedoui, nommé le 31 mars par le président Abdelaziz Bouteflika, deux jours avant sa démission sous la pression d'un mouvement ("Hirak") de contestation inédit.
Sabri Boukadoum conserve le portefeuille des Affaires étrangères. Kamel Beldjoud, ministre de l'Habitat dans le gouvernement Bedoui, devient ministre de l'Intérieur, poste dont il assurait l'intérim depuis le limogeage de son titulaire Salah Eddine Dahmoune, le 19 décembre.
Belkacem Zeghmati, déjà ministre de la Justice du gouvernement Bedoui, conserve lui aussi son portefeuille, de même que Mohamed Arkab à l'Energie.
Quant au 5e, Abderrahmane Raouya, nommé ministre des Finances, il avait déjà occupé le poste entre 2017 et 2019 sous la présidence Bouteflika, dans le gouvernement du Premier ministre Ahmed Ouyahia.
Tayeb Zitouni conserve lui son portefeuille de ministre des Moudjahidine (anciens combattants) qu'il occupe sans interruption depuis 2017.
Au moins trois autres ministres --Farouk Chiali (Travaux publics), Sid Ahmed Ferroukhi (Pêche), Hassane Mermouri (Tourisme)-- ont déjà occupé ces portefeuilles sous la présidence de M. Bouteflika, qui fut président durant 20 ans.
Parmi ses 39 membres, le gouvernement compte sept ministres délégués et quatre secrétaires d'Etat. Il compte également 5 femmes, selon l'agence de presse officielle APS.
Principale originalité, il ne compte pas de vice-ministre de la Défense, poste qu'occupait depuis 2013, et jusqu'à son décès le 23 décembre, le puissant chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah. Le président de la République est traditionnellement ministre de la Défense en titre en Algérie.

Inquiétude de l'UE après le feu vert à Erdogan sur le déploiement de l'armée turque en Libye

L'Union européenne a exprimé vendredi sa "grave inquiétude" après l'autorisation donnée la veille par le Parlement turc au président Recep Tayyip Erdogan d'un déploiement de l'armée en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli.
"L'UE réaffirme sa conviction ferme qu'il n'existe pas de solution militaire à la crise libyenne", selon un communiqué du porte-parole du haut représentant des Affaires étrangères.
Les actions pour soutenir "ceux qui se battent dans ce conflit ne peuvent qu'entraîner une déstabilisation accrue du pays et de la région", a estimé le porte-parole.
L'UE appelle au "respect sans faille de l'embargo sur les armes de l'ONU" et à "soutenir les efforts" de l'émissaire des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, qui sont "la seule voie vers une Libye en paix, stable et sûre".
Les députés turcs ont voté jeudi une motion permettant au président Recep Tayyip Erdogan d'envoyer des militaires en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli, une mesure qui risque d'aggraver le conflit fratricide déchirant ce pays.
Donald Trump a aussitôt mis en garde jeudi, dans une conversation téléphonique avec son homologue turc, contre toute "ingérence étrangère" susceptible de "compliquer" la situation en Libye.

 

Samedi 4 Janvier 2020

Lu 121 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.