Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La mission Sophia de l'UE continue ses opérations de lutte contre les trafiquants au large de la Libye

Près de 500 migrants secourus en trois jours au large de Tripoli




 La mission militaire européenne Sophia poursuit ses opérations de lutte contre les trafiquants au large de la Libye, avec la participation de l'Allemagne malgré le non remplacement de sa frégate et les menaces de l'Italie, a assuré mercredi à l'AFP une source européenne impliquée dans le dossier.
"Il n'est pas question de suspension de participation. L'Allemagne continuera de participer à l'opération et rien n'indique qu'elle ne mettra pas à nouveau une unité navale à disposition à l'avenir", a-t-elle expliqué.
"Le retrait de l'Augsburg (la frégate allemande, ndlr) était prévu pour le 6 février et la décision a été communiquée au commandant de la Force. Il appartient à l'Allemagne de décider et de communiquer sur l'utilisation de ses moyens", a-t-elle ajouté.
Trois navires militaires sont actuellement déployés dans la cadre de l'opération Sophia dont le mandat a été prolongé en décembre jusqu'au 31 mars 2019: le Reina Sofia par l'Espagne, le Luigi Rizzo par l'Italie et l'Augsburg par l'Allemagne. La force est appuyée par des moyens aériens --hélicoptères et avions-- mis à disposition par l'Espagne, l'Italie, la Pologne et le Luxembourg, indique le site internet de la mission.
L'Allemagne a indiqué ne pas prévoir le remplacement de l'Augsburg "pour l'instant" par le navire Berlin, envoyé participer à des manoeuvres de l'Otan en mer du Nord.
Mais l'armée allemande a maintenu ses personnels au Quartier Général de Sophia à Rome, a indiqué un porte-parole allemand.
"L'opération Sophia semble en difficulté car en sous équipement pour accomplir sa mission", a commenté l'ambassadeur de la Belgique à l'Otan Pascal Heyman sur son compte Twitter.
"L'Allemagne ne fournit plus de moyens navals à l'opération Sophia en Méditerranée. La Belgique a fait de même", a-t-il ajouté.
"Si quelqu'un se retire, ce ne sera certainement pas un problème pour l'Italie", a déclaré de son côté le vice-président du Conseil et ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini en accusant la mission Sophia d'avoir "pour mandat de débarquer tous les migrants secourus seulement en Italie".
"Soit les règles changent, soit il est mis fin à la mission", a-t-il affirmé mercredi dans un message sur Twitter.
Créée en 2015 après un naufrage meurtrier, l'opération militaire Sophia, sous commandement italien, prévoit que tous les migrants secourus dans le cadre de cette mission soient débarqués dans un port italien.
Le mandat de Sophia a été prolongé jusqu'au 31 mars 2019 et le service d'action extérieure de l'UE dirigé par l'Italienne Federica Mogherini doit soumettre début février une série d'options aux représentants des Etats membres.
Par ailleurs, deux migrants sont morts et près de 500 autres secourus au cours des dernières 72 heures au large de la Libye alors qu'ils tentaient de traversée la Méditerranée pour atteindre l'Europe, a annoncé mardi la marine libyenne.
Selon le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine, 473 migrants africains, de Syrie et du Bangladesh ont été secourus au cours des trois derniers jours dans quatre opérations distinctes.
Dimanche, deux migrants "morts de froid" ont été retrouvés sur leur embarcation, tandis que plus de 140 autres ont été secourus, après avoir passé 24 heures en mer, a ajouté M. Kacem.
Deux navires de commerce ont porté assistance à deux embarcations de migrants au large de la Libye au cours des trois derniers jours "à la demande de la marine libyenne".
Un cargo battant pavillon de Sierra Leone a ainsi secouru dimanche 141 migrants, dont 25 femmes et deux enfants, en détresse qui avaient alerté Alarm Phone, système d'assistance téléphonique pour les personnes en détresse en Méditerranée.
Le cargo est arrivé sur les lieux avant l'ONG allemande Sea-Watch qui avait annoncé que son navire, le Sea-Watch 3, se dirigeait vers cette embarcation en difficulté en Méditerranée centrale.
Le gouvernement italien avait pour sa part indiqué dans un communiqué "être en contact permanent" avec les gardes-côtes libyens afin qu'ils interviennent "et mettent en sécurité les migrants qui sont à bord" du canot en difficulté.
"Après plusieurs jours de mer agitée, les trafiquants d'êtres humains ont profité de ce week-en de mer calme pour agir à nouveau", avait ajouté la présidence du Conseil de ministres.
"Les naufrages sont de retour en Méditerranée, les canots repartent, on compte les morts", avait déclaré le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini dans une vidéo postée sur Facebook.
Le ministre avait réaffirmé qu'il n'était pas question pour lui de revenir sur sa décision d'interdire l'accès aux ports italiens aux ONG, qu'il accuse de faire le jeu des passeurs.
Plusieurs dizaines de migrants sont morts ces derniers jours en Méditerranée au cours de deux naufrages, a annoncé samedi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), évoquant un bilan de 170 morts.
Du temps du dictateur Mouammar Kadhafi renversé et tué en 2011 après une révolte de huit mois, des milliers de migrants traversaient les frontières sud de la Libye longues de 5.000 km, pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l'Europe.
La situation a empiré après la chute de Kadhafi, les passeurs profitant du chaos en Libye pour envoyer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l'Italie située à 300 km des côtes libyennes.
Mais grâce à des accords controversés conclus en Libye puis à la décision de Rome de fermer ses ports aux navires ayant secouru des migrants en mer, l'Italie a vu le nombre d'arrivées sur ses côtes chuter drastiquement à partir de mi-2017.

Jeudi 24 Janvier 2019

Lu 640 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com