Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La femme est l’avenir de l’homme

Affranchie ou de plus en plus asservie ?




La femme est  l’avenir de l’homme
Répondre à cette question impose une autre qui pourrait paraître, aux yeux de nombreuses personnes, étrange, voire même saugrenue.
 Etre une femme, c’est quoi ?
Est-ce être une bonne épouse, une bonne mère, une maîtresse séduisante, une partenaire fidèle, une carriériste ou tous à la fois ?
Des questions que la plupart se posent sûrement et qui incitent à la réflexion.
Encerclée et enfermée injustement par la langue, la religion et la société, un corset sous forme de triptyque qui l’enserre fortement.
D’abord, la langue, qui est à la fois un outil de communication et une forme de pouvoir  en constante évolution qui n’a pas pu développer une acception qui pourrait accompagner la femme dans son émancipation, vu qu’à l’origine, le sens de cette appellation émane de sa physionomie biologique qui la limite à enfanter, allaiter…
Puis la religion, ce système de croyances et de pratiques interprétées par des exégètes qui  cherchent à sacraliser leur message et qui déploient tous les moyens pour  ancrer dans l’esprit de la femme, que son unique rôle est d’être à la disposition de son mari, de s’occuper de son foyer, d’éduquer ses enfants et de s’abstenir de toute activité professionnelle, faute de quoi, elle commettrait un grand péché contre Dieu et contre sa religion.
Ensuite, il y a la société, ce système patriarcal, par excellence, qui semble profiter de ce que la langue et la religion lui offrent, en tant que définition et interprétation, et d’en faire un socle sur lequel elle s’appuie pour lui tracer un itinéraire qu’elle n’a pas choisi et dont la finalité est de servir arbitrairement et de plaire.
S’afficher professionnellement était le premier pas réel accompli avec succès, après un long  chemin de combats menés  par cette femme frustrée, stigmatisée et dont l’intelligence et les  compétences ont été longuement sous-estimées. Un pas qui lui a permis de casser ce moule, de quitter ce cocon et de tenter de s’affranchir de  cette mentalité phallocrate.
Mais, est-elle vraiment arrivée à sortir de son corps et donner place à son esprit ? Ce corps qui l’a longtemps emprisonnée et qui a été dompté pour servir des intérêts généralement autres que les siens.
Est-elle parvenue à se rendre justice et à faire face à toutes les inégalités et partialités dont  elle a été victime ?
Le fait de porter différentes casquettes et de changer sans cesse de facettes (mère, épouse, travailleuse, etc) ne contribue t-il pas à modérer son émancipation, et ne la soumet-elle pas à une  nouvelle forme de servitude au profit d’une société qui n’est point indulgente envers elle ? Une mission ne s’accomplit-elle pas au détriment des autres ?
A-t-elle réellement pu  saisir une place, auprès de l’homme, censé être son partenaire, mais  qui  refuse de renoncer à ses privilèges masculins, la reléguant ainsi au second plan et préférant  la maintenir sous la férule de son autorité ?
N’est-elle pas souvent  dans l’obligation d’assumer le rôle de chef de famille,  dans le but d’assurer et de subvenir aux  besoins des siens?
Mais, inéluctablement, être toute seule face à ces tracas du quotidien et de la société qui instaure des lois et qui les ignore, et être à chaque fois, dans l’obligation de se justifier, de se prouver et de  prouver à cette même société qu’elle avait tort de vouloir, depuis toujours, lui spolier ses droits humains  et de citoyenneté va incontestablement, discréditer la légitimité de sa cause et anéantir ses efforts.
Et pour qu’une société puisse assurer son équilibre, elle doit opter pour un complémentarisme égalitaire des deux sexes, un objectif qui, à nos jours, se manifeste juste dans les discours…
Le temps n’est-il pas venu de secouer les croyances et les pratiques sociales qui croient à l’inaptitude de la femme et à son incapacité d’égaler l’homme, au moment où la réalité a prouvé qu’elle peut même le   surpasser et l’Histoire en est témoin.
Alors, mettons-nous donc sur la même voie et non sur deux voies parallèles et concurrentielles et faisons de sorte à ce qu’un affranchissement réel de la femme soit concrétisé, dans le but d’annihiler ce contraste de désirée-rejetée, de se libérer de la question du corps pour regarder ensemble vers l’horizon immense de l’humanité et sentir ensemble le vrai goût de la fête.

Amina Azizeddine (Stagiaire)
Lundi 9 Mars 2020

Lu 480 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.