Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La faute à Outaleb ou à El Aynaoui? : Un lapin au goût très amer


MOHAMED BOUARAB
Lundi 6 Avril 2009

La faute à Outaleb ou à El Aynaoui? : Un lapin au goût très amer
Sa venue était annoncée en grande pompe, mais il n'en sera rien. Younès El Aynaoui ne se rendra pas à Casablanca pour faire partie des 32 joueurs qui animeront le tableau final de la 25ème édition du Grand Prix Hassan II de tennis, épreuve de l'ATP Tour, dotée d'un peu moins de 400.000 euros et dont les débats se dérouleront tout au long de cette semaine au Complexe Al Amal.
Pourtant, le directeur du tournoi, Khalid Outaleb,  s'était montré des plus clairs au cours de la conférence de presse de la présentation du tournoi, annonçant que Younès El Aynaoui aura droit à une wild card et que sa présence au GP sera une occasion pour la famille du tennis et du public marocain de rendre hommage à ce tennisman de talent. A une question de Libé où l'on a voulu savoir si El Aynaoui avait confirmé sa participation, Outaleb nous a répondu que c'est chose faite.
A la veille de l'entame du tournoi, El Aynaoui a fait savoir qu'il n'avait jamais donner son accord d'engagement, ajoutant qu'il n'a disputé cette saison aucun tournoi et qu'il ne voudrait pas se contenter d'une petite prestation dans l'ATP casablancais. Autrement dit, l'histoire de l'hommage et des adieux n'est que du pipo. “Ma participation au Grand Prix, je l’ai apprise par la voie de la presse”, a fait savoir Younès El Aynaoui.
N'en déplaise au comité d'organisation du GP Hassan II qui tablait sur une présence de Younès El Aynaoui en vue de garnir, en public s'entend, les gradins du complexe Al Amal. Sachant que le tournoi casablancais a écopé d'un dernier avertissement en raison du non engouement des spectateurs. A ce propos, il convient de rappeler que l'instance ATP exige qu'un tournoi inscrit dans son calendrier doit être suivi par au moins 15.000 spectateurs durant toute la semaine de compétition. Ce qui n'est pas évident.
Par ailleurs, loin de la métropole et du côté de Tunis, l'équipe du Maroc a accédé au Groupe II de la zone Europe-Afrique de la Coupe Davis après avoir réussi la passe de trois, enchaînant trois victoires aux dépens du Saint Marin, du Nigeria et de la Tunisie. Sauf que l'ambiance au sein de l'effectif dépéché est bien loin d'être bon enfant, à cause de la fameuse histoire de wild card pour le Grand Prix Hassan II attribuée à certains et non à d'autres. 


Lu 428 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Février 2023 - 17:05 Elimination au goût amer pour le WAC

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS