Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Conmebol critique Wenger pour ses propos sur “l'Europe” et “le reste du monde ”


Libé
Mercredi 15 Juin 2022

La Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a vertement critiqué mardi les "propos très malheureux" d'Arsène Wenger, directeur du développement de la Fifa, qui avait fait le distinguo fin mai entre "l'Europe" et "le reste du monde".

"La Conmebol rejette et condamne les propos très malheureux du haut fonctionnaire de la Fifa, très proche de la présidence de l'institution" occupée par le Suisse Gianni Infantino, a déclaré la confédération dans un communiqué.

Wenger avait dit, lors d'un congrès d'entraîneurs allemands le 24 mai à Fribourg: l'attaquant français "Kylian Mbappé a des origines africaines, mais il a été formé en Europe. S'il était né au Cameroun, il ne serait pas devenu ce joueur".

"Il y a l'Europe et le reste du monde, et le reste du monde a besoin d'aide, sinon nous perdrons trop de talents", avait ajouté l'ex-entraîneur français d'Arsenal, âgé de 72 ans.

La Conmebol, présidée par le Paraguayen Alejandro Dominguez, estime que Wenger, "en plus de révéler une ignorance inhabituelle de la précieuse contribution des joueurs africains au football mondial, en particulier au football européen, fait preuve d'un parti pris dénigrant qui rend invisibles les efforts des footballeurs et des institutions sportives qui ne sont pas en Europe. Les préjugés les plus répréhensibles sont déguisés en réflexions +fondées+ et +informées+".

"Nous, les Sud-Américains, connaissons très bien et en première ligne ce type d'attitude qui découle de la croyance que le monde commence et finit en Europe", ajoute la Conmebol. "Le talent, l'esprit de sacrifice et le désir d'exceller des joueurs africains et sud-américains doivent être valorisés et respectés", avance-t-elle encore.

La Confédération sud-américaine s'est aussi plainte du fait que ni elle "ni ses fédérations membres n'ont été sollicitées pour une opinion ou une analyse" au sujet de l'autorisation des cinq remplacements, décidée par l'International board (Ifab), garant des lois du football, lundi à Doha.

La Fifa détient quatre voix sur huit dans les décisions de l'Ifab, les quatre autres étant la propriété historique des Fédérations anglaise, écossaise, galloise et irlandaise.



Lu 673 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Août 2022 - 10:32 Vive altercation entre Tuchel et Conte

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS