Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'incroyable come-back de Liverpool




L'incroyable come-back de Liverpool
Le miracle a eu lieu: sans son meilleur buteur Mohamed Salah, le fantastique Liverpool a passé quatre buts aux géants barcelonais de Lionel Messi en demi-finale retour (4-0) pour se qualifier pour sa deuxième finale de Ligue des champions consécutive mardi.
Vainqueurs 3-0 en Catalogne lors de la demi-finale aller, la "Pulga" et sa bande ont craqué à Anfield, cédant sur un doublé de Divock Origi et un autre de Georginio Wijnaldum. A Madrid, les Reds retrouveront Tottenham ou l'Ajax Amsterdam, qui devaient s'affronter mercredi dans l'autre demi-finale.
Il n'y aura pas de triplé pour Barcelone cette saison. Un naufrage qui n'est pas sans rappeler l'incroyable scénario de son élimination la saison passée en quart de finale: le Barça avait sombré en gaspillant trois buts d'avance contre l'AS Rome (4-1, 0-3).
Pour Messi, c'est un coup d'arrêt. Atteindre à nouveau la finale de Ligue des champions pour y décrocher le cinquième trophée de sa carrière, le sixième de l'histoire du club, lui aurait sans doute ouvert les portes d'un sixième Ballon d'or.
Il en restera peut-être à cinq, alors qu'il avait tout fait à l'aller pour éliminer les "Reds" et retourner en finale pour la première fois depuis 2015. Au Camp Nou, alors que le Barça peinait, le petit attaquant avait surgi pour inscrire un doublé et donner un net avantage de trois buts aux Catalans.
Mais un Anfield en fusion et un Liverpool en surchauffe en ont décidé autrement.
Sans Mohamed Salah et Roberto Firmino, tous deux blessés, Sadio Mané s'est senti un peu seul devant au coup d'envoi. Finalement, c'est le collectif anglais qui a renversé l'ogre... pour s'offrir une deuxième chance après sa défaite contre le Real Madrid en finale au printemps dernier.
Le seul rescapé du "Fab Three", épaulé mardi par Origi et Xherdan Shaqiri, a bien été à l'origine du premier but, avant de laisser ses camarades faire le reste.
Liverpool s'est d'abord donné de l'espoir dès la septième minute et a fait sauter une première fois les plombs à Anfield. Mané s'est jeté sur une passe en retrait approximative, a servi Henderson qui s'est enfoncé dans la défense avant de tirer. Ter Stegen a repoussé, mais Origi rodait pour ouvrir le score.
Si le Barça est resté menaçant, à l'image de ce tir de Messi détourné en corner par Alisson (14), de cette frappe de Coutinho finalement non cadrée (17) ou encore de cette contre-attaque mal négociée par Jordi Alba (45+4), il n'a jamais converti.
A vrai dire, une fois l'orage passé, les Catalans se sont même plutôt installés dans la facilité, se contentant parfois de faire un peu tourner le ballon.
Et c'est finalement sur un bon coup de Jürgen Klopp que Liverpool a gagné. A la mi-temps, le technicien allemand a fait sortir son latéral Robertson pour faire entrer un milieu, Wijnaldum.
Le Néerlandais a fait basculer la rencontre et Anfield en deux minutes. D'abord, sur un centre d'Alexander-Arnold, il a envoyé une lourde frappe au fond des filets (54), avant de marquer de la tête dans la lucarne de Ter Stegen (56). Incroyable!
Les Barcelonais se sont alors un peu éteints, comme s'ils avaient commencé à broyer du noir, des souvenirs de la Roma plein la tête.
Un peu décontenancés, les Espagnols n'ont pas surveillé Alexander-Arnold sur un corner joué rapidement. Le latéral anglais a glissé le ballon à Origi qui a repris dans la lucarne de Ter Stegen pour faire exploser Anfield (79).
Il ne restait plus qu'à tenir, et face à ce Barça secoué, les Reds l'ont fait, avant de communier avec un Anfield en plein délire.
Toujours dans la course pour le sacre national, Liverpool devra vite se reconcentrer. Dimanche, ils ont encore une petite chance de doubler Manchester City sur le fil lors de la dernière journée de Premier League. Il faudra encore espérer un miracle.
Mais les miracles, les Reds sont spécialistes.

Déclarations des coachs

Klopp : Je vais m'en rappeler toute ma vie
Entraîneur de Liverpool


 "C'est une soirée spéciale. Gagner contre Barcelone, c'est l'une des choses les plus dures du football. Rendre une performance comme ça sur le terrain, c'est incroyable. Je suis tellement fier d'être le manager de cette équipe. Je vais m'en rappeler toute ma vie, 100% certain. Je ne sais pas si ça s'est déjà fait avant ou si ça se refera. Je n'ai même pas vu le quatrième but. J'ai juste vu le ballon dans le filet, c'était trop rapide. Du génie. Si je devais définir ce club, c'est un gros coeur. Le coeur du club a battu comme un fou. On a dû le ressentir dans le monde entier. Je suis heureux que les gens aient pu vivre cette expérience. Quand on travaille pour Dortmund, on n'imagine pas que l'on puisse avoir ça ailleurs. Si j'avais su que c'était comme ça ici, j'aurais sans doute accepté un plus petit contrat! Je ne m'attendais pas à ça, c'est incroyable. A la fin de l'année dernière, on s'est dit qu'il fallait qu'on y retourne (en finale). On ne pouvait pas rester là-dessus. J'ai vu des larmes dans les yeux des gars. Ce que l'on ressent est incroyable."

Valverde : Les Barcelonais dévastés
Entraîneur de Barcelone


"Cela arrive à nouveau, comme l'année dernière. Ils ont bien commencé. On a bien réagi après le premier but, on a eu des occasions, et puis on a concédé deux buts en deux minutes et la vérité, c'est qu'ils ont été très forts. C'est un terrible résultat pour nous et nos fans. On s'était préparés après l'année dernière (défaite contre la Roma, NDLR) mais c'est arrivé à nouveau. Ils nous ont pressés haut et ils ont pris des risques. Si on ne les punit pas dès qu'on a l'occasion, c'est ce qui arrive. (...) Après le quatrième but, c'était fini, on ne pouvait pas riposter. On s'était pourtant préparé pour les coups de pied arrêtés. C'était une combinaison suprenante (...) On va passer de très mauvais prochains jours, il faut faire pénitence et après, on a quelques jours avant la finale de la Coupe du Roi. Tout de suite, nous sommes dévastés. Personne ne voulait que ça arrive, mais c'est arrivé. On a perdu de façon très douloureuse. C'est notre première défaite en Ligue des champions, mais on est éliminés."

Jeudi 9 Mai 2019

Lu 480 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif