Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’OSFI fait part de sa position ferme de soutenir la femme marocaine




Khadouj Slassi, secrétaire  naitonale de l’OSFI.
Khadouj Slassi, secrétaire naitonale de l’OSFI.
A l’occasion du 8 mars, l’Organisation socialiste des femmes ittihadies (OSFI) tient à saluer l’ensemble des femmes marocaines, ainsi que toutes les militantes politiques et activistes des droits de l’Homme qui œuvrent pour améliorer la situation de la femme aux niveaux social, économique et culturel dans notre pays.
Tout en rappelant, à cette occasion, les acquis juridiques et législatifs, notamment la Constitution, les Conventions internationales signées et le développement et le sérieux de la dynamique féminine, l’OSFI réitère que notre pays connaît des changements sociétaux importants et vit dans un contexte en interaction avec la situation régionale et internationale basée sur le fait d’accorder la priorité au développement de l’élément humain, la concrétisation des projets de développement, l’amélioration des conditions de vie; un contexte qui implique que la femme doit jouer des rôles prépondérants, lit-on dans le communiqué de l’OSFI.    
Alors que l’OSFI souligne les développements relatifs, enregistrés dans notre pays, quant à l’amélioration des droits de la femme, l’Organisation exprime son inquiétude suite aux nombreuses régressions dans le champ des libertés individuelles et collectives, indique le communiqué qui fait part de la position ferme de l’OSFI relative aux droits de la femme marocaine. De même que la nécessité de l’amélioration des textes de lois actuels afin qu’ils soient en harmonie avec la Constitution et la dynamique féminine en ce qui concerne le Code de la famille.
L’OSFI appelle également à une grande implication des médias quant à la vulgarisation du Plan national de la démocratie et des droits de l’Homme. Aussi, insiste-t-elle sur le fait d’accélérer la cadence de l’harmonisation  en matière des Codes pénal, de la famille…, et ce en se basant sur le référentiel constitutionnel et les Conventions internationales signées à cet effet.
Le communiqué de l’OSFI comporte, par ailleurs, des points se rapportant à la nécessité de l’amélioration de l’école publique, à l’obligation de la scolarisation des filles afin de mettre un terme à l’abandon scolaire, à la résolution des problèmes d’ordres social et psychologique résultant de cette déscolarisation.
L’OSFI indique également que l’amélioration des droits des femmes doit se réaliser sur la base d’une révision critique de l’héritage culturel et de l’interprétation religieuse qui ne répond plus au contexte actuel.
A cette occasion, l’OSFI exprime sa volonté d’adopter une approche globale de la question féminine en vue d’édifier un Etat démocratique, une société libre, moderniste et solidaire sur le plan social.

H.T
Vendredi 8 Mars 2019

Lu 612 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com