Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ONU appelée à mieux protéger ses Casques bleus en RDC

Internet toujours coupé après les marches de dimanche




 Quinze Casques bleus tués en République démocratique du Congo en décembre, des attaques récurrentes au Mali et en Centrafrique: les Casques bleus, souvent mal préparés, sont de plus en plus pris pour cible, une tendance que l'ONU veut renverser malgré les obstacles politiques et financiers.
Dans un rapport remis en décembre au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et rendu public lundi, un groupe d'experts emmenés par le général brésilien Carlos Alberto dos Santos Cruz, ex-commandant des missions de l'ONU à Haïti et en RDC, dresse une longue liste des raisons de la vulnérabilité croissante des Casques bleus. Après des pointes dans les années 1960 et 1990, le nombre de morts violentes parmi les forces de maintien de la paix est reparti à la hausse en 2013: 195 personnes ont été tuées depuis cinq ans, dont 56 uniquement en 2017 soit le bilan le plus lourd depuis 1994, souligne le rapport.
Le 7 décembre, une attaque contre la base de l'ONU à Semuliki en RDC a fait quinze morts, la pire attaque contre des Casques bleus en 24 ans.
Les missions africaines, parmi les plus importantes en taille, sont les plus vulnérables: la mission au Mali a perdu 91 hommes depuis 2013, suivie par les missions en Centrafrique (29 morts), au Darfour (26), en RDC (25) et au Soudan du Sud (13).
Les victimes sont aussi majoritairement africaines: les contingents du Tchad et de Tanzanie ont subi depuis 2013 les plus lourdes pertes, devant ceux du Niger, de Guinée et d'Ethiopie, selon ce document.
Transport de troupes en pick-up alors qu'il faudrait des véhicules anti-mines, patrouilles de nuit sans lunettes de vision nocturne: les contingents sont souvent mal équipés --surtout pour des raisons financières-- pour remplir leur mission, a estimé le groupe d'experts.
Ils sont aussi trop souvent "défensifs" alors qu'ils devraient être "proactifs" pour "identifier les menaces et les neutraliser".
Face à ce constat accablant, et alors que les missions de maintien de la paix sont menacées de coupes budgétaires par l'administration américaine, le rapport formule une série de recommandations pour les opérations comme pour leurs responsables, qui incluent l'identification des contingents à problème ou des "tests surprise" pour vérifier la préparation des troupes.
D'ici fin mai, l'ONU pourrait commencer à remplacer "responsables, contingents ou unités" incapables de remplir leur mandat, préconise le rapport, mais il est parfois difficile de trouver des volontaires pour certaines missions.
Par ailleurs, l'Internet était toujours coupé mardi en République démocratique du Congo où les échanges de courriels et sur les réseaux sociaux ont été suspendus sur instruction des autorités dans la nuit de samedi à dimanche quelques heures avant des manifestations interdites et réprimées, a constaté l'AFP.
Le ministre des Postes et Télécommunications, Emery Okundji, a indiqué à l'AFP lundi soir qu'il était "en réunion avec des opérateurs du secteur", ajoutant que "l'Internet sera rétabli dans les prochaines heures".
Courriels, réseaux sociaux et SMS étaient indisponibles dans la capitale Kinshasa à 08h30 GMT.
Les services Internet étaient également coupés dans les grandes villes (Lubumbashi, Kananga, Kisangani), d'après des correspondants de l'AFP.
A Bukavu (est), des utilisateurs recevaient Internet à travers des opérateurs du Rwanda voisin.
Les autorités congolaises ont "instruit" les opérateurs de couper l'accès à Internet dans la nuit de samedi à dimanche à la veille de marches contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, a indiqué à l'AFP un responsable d'une société de télécommunication. La coupure a été effective autour de minuit.

Mercredi 24 Janvier 2018

Lu 274 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés