Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ghanem Saïss: Le cador des Lions de l’Atlas


Libé
Mercredi 14 Décembre 2022

Ghanem Saïss: Le cador des Lions de l’Atlas
L’international marocain Ghanem Saïss est l’un des principaux cadors de l’équipe nationale du Maroc et véritable muraille de la ligne défensive marocaine qui reste imperméable jusqu'ici devant les assauts des équipes adverses au Mondial Qatar-2022. L'un des joueurs les plus expérimentés des Lions de l'Atlas, Ghanem Saïss jouit de la réputation du « grand frère » parmi ses jeunes coéquipiers à qui il apporte de la sérénité.

Né dans la Drôme, dans le sud-est de la France, d’un père marocain et d’une mère française, le capitaine du Maroc, âgé de 32 ans, est sur le pont durant dix années en sélection nationale, depuis novembre 2012, date à laquelle il a été appelé par Rachid Taoussi pour disputer un match amical opposant le Maroc au Togo. L’international marocain ne sera pas retenu pour la Coupe d’Afrique des nations en Afrique du Sud en 2013.

Le capitaine des Lions de l’Atlas a signé son premier contrat professionnel en février 2012 à Clermont Foot qui évoluait en Ligue 2. Il a ensuite été transféré au Havre, où il évolue au milieu de terrain avant de rejoindre l’équipe d’Angers dans l'élite française.

Ses performances au championnat français ont fini par convaincre le club anglais de Wolverhampton qui a déboursé environ 3 millions de livres sterling pour le recruter en août 2016, année où il a retrouvé la sélection nationale, sous la houlette du Français Hervé Renard, pour les éliminatoires de la CAN 2017 au Gabon, aux côtés de Mehdi Benatia, avec qui il a formé la charnière centrale de l’équipe nationale.

Le défenseur central avait également pris part au déplacement de l’équipe nationale au Mondial 2018 en Russie, ainsi qu’à celui de la CAN 2019 en Egypte et 2021 au Cameroun.
La qualité des prestations de Ghanem Saïss a convaincu tous les techniciens qui ont entraîné les Lions de l’Atlas lui permettant de disputer pas moins de 70 sélections (2 buts).

Fiable et régulier dans son jeu, l'international marocain, qui évolue actuellement dans les rangs du club turc de Besiktas, savoure, en compagnie de ses coéquipiers, son épopée au Mondial qatari, même si des doutes persistent sur sa participation en demi-finale prévue mercredi face à la France après avoir quitté le terrain sur blessure lors du match contre le Portugal.

Par Mohammed Benmassaoud (MAP)


Lu 371 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS