Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Faut pas s’affoler : Vos réseaux sociaux reprennent du service

Une opération de maintenance a été à l’origine d’une grosse panne mercredi




Pratique incontournable de notre utilisation quotidienne des réseaux sociaux, le partage de médias, photos, vidéos et autres messages vocaux a connu un énorme bug mercredi après-midi. Cela ne vous aura certainement pas échappé. Facebook, WhatsApp, Messenger et Instagram, soit les quatre réseaux sociaux qui constituent l’écosystème créé par Mark Zuckerberg, le cinquième homme le plus riche du monde avec 71 Mds de dollars, selon le Magazine américain Forbes, ont  en effet connu une panne majeure occasionnant des difficultés pour leurs utilisateurs, notamment pour visualiser des photos, les poster ou encore les envoyer à leurs amis. Particuliers, entreprises et organisations ont tous été touchés.  
Rassurez-vous, le bug aurait a priori été réglé dans la nuit de mercredi à jeudi. «Le problème a été résolu et nous devrions fonctionner à 100% pour tout le monde», a rassuré le compte américain de Facebook sur Twitter. Une communication dont le canal pose question et dit un peu de la grande caisse de résonance que symbolise désormais l’appli au petit oiseau bleu.
Si l’on en croit un porte-parole de Facebook dans une déclaration accordée à l’Agence France-Presse (AFP), la panne aurait été causée par une opération de maintenance. Mais du coup, pourquoi la panne a-t-elle gagné Messenger, WhatsApp et Instagram ? Tout simplement car ces quatre réseaux sociaux utilisent la même plateforme de gestion des images.   
Le soir même de la panne, le site downdetector, qui répertorie en temps réel les problèmes et les pannes pour toutes sortes de services Internet, a indiqué que l’Europe a été le continent le plus touché par ladite panne. Pour ce qui est de WhatsApp, ce sont les utilisateurs sud-américains qui ont été les plus concernés, tout comme les Etats-Unis pour Instagram.
Si Facebook France a rapidement tenté de rassurer ses usagers en leur assurant  que ses techniciens planchaient sur la résolution du problème dès mercredi 17h, force est de constater que les pannes se multiplient depuis quelque temps. Déjà en mai dernier, l’application de messagerie WhatsApp a connu une importante faille de sécurité liée à la fonction «appel téléphonique». Faille qui permettait d’installer, à l’insu de l’utilisateur, un logiciel espion sur son téléphone, si ce dernier ne décrochait pas lorsqu’il recevait l’appel «infecté». Et même si les deux cas ne sont ni liés, ni de même nature, qui ne se souvient pas de l’affaire qui a secoué l’Amérique il y a quelques années, dite Cambridge Analytica, du nom d’une entreprise qui aurait eu accès aux données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook non informés ? En tout cas, ce dont on peut être sûr, c’est que les systèmes de protection des données personnelles, de mise à jour et de maintenance ne sont pas exempts de tout reproche.

Chady Chaabi
Vendredi 5 Juillet 2019

Lu 898 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com