Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En Laponie, les éleveurs de rennes se rebiffent contre les éoliennes


Libé
Vendredi 14 Janvier 2022

Sur des crêtes battues par les vents, les frères Jåma slaloment entre les éoliennes qui se dressent à perte de vue, là où leurs bêtes venaient paître l'hiver. Urgence climatique ou pas, pour ces éleveurs de rennes, les turbines doivent disparaître.

"Avant, la zone était parfaite pour nos rennes. L'endroit était immaculé, vierge de toute activité humaine. Maintenant, tout est endommagé", se désole le cadet, Leif Arne, au volant de son 4x4.

Don Quichotte des temps modernes, les membres de la minorité samie en Europe du Nord sont vent debout contre de grands projets éoliens et autres infrastructures "vertes", qu'ils accusent de rogner leur gagne-pain et d'empiéter sur leurs traditions ancestrales.

Un conte classique du pot de terre contre le pot de fer mais, cette fois-ci, le pot de terre pourrait finir par l'emporter.

Dans un jugement retentissant, la Cour suprême norvégienne a conclu en octobre que deux fermes éoliennes érigées dans la péninsule de Fosen (ouest de la Norvège) bafouaient le droit de six familles samies, dont les frères Jåma, à pratiquer leur culture, en violation d'un texte de l'ONU, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Avec quatre installations voisines plus petites, les fermes en question, Storheia et Roan, forment le plus grand parc éolien terrestre d'Europe, d'une capacité totale de 1.057 MW, de quoi couvrir les besoins énergétiques de plus de 170.000 foyers.

Si les 11 magistrats de la plus haute instance judiciaire du pays ont à l'unanimité jugé invalides les autorisations d'expropriation et d'exploitation accordées pour la construction des 151 turbines, ils n'ont en revanche rien dit sur leur sort...

"Ces turbines doivent être démontées". Pour les Jåma, éleveurs de père en fils depuis d'innombrables générations, le doute n'est pas permis.

Achevée en 2020, la ferme éolienne de Storheia les prive, affirment-ils, du "meilleur" des trois pâturages vers lesquels ils guident, par alternance, leur cheptel l'hiver.

Nomades, les rennes se déplacent au gré des saisons pour voir si le lichen - la mousse dont ils se nourrissent, en particulier pendant la saison froide - est plus vert ailleurs.

Lasso en bandoulière, l'aîné des Jåma, John Kristian, scrute à la jumelle la ligne d'horizon hérissée de géants blancs. Pas l'ombre d'un renne à la ronde.

"Aujourd'hui, c'est impossible pour les rennes de venir ici avec toutes les énormes perturbations provoquées par les turbines qui tournent et tournent et les effraient. Et puis, elles font tellement de bruit", explique-t-il.

"Il y a aussi les routes... La nature est complètement détruite ici. Il ne reste plus que des roches et de la caillasse".

Avant la Cour suprême, une juridiction inférieure avait suggéré que la perte de ces terres soit compensée par des dédommagements financiers pour permettre aux éleveurs de nourrir leurs bêtes avec du fourrage l'hiver.

Refus net des intéressés. "Les rennes doivent trouver leur propre nourriture. Si c'est nous qui leur donnons du fourrage, ce n'est plus de l'élevage traditionnel", se justifie Leif Arne.

Si rien n'est fait, les Jåma devront toutefois, faute de pâtures suffisantes, réduire leur troupeau - dont ils taisent la taille car "ce serait comme si on claironnait combien d'argent on a en banque".

A 55 ans, Leif Arne vit déjà sur le fil du rasoir: devant la justice, il a affirmé que son activité n'avait dégagé qu'une marge inférieure à 300.000 couronnes (moins de 30.000 euros) en 2018.

Moins de bêtes, et c'est toute la viabilité de son élevage qui s'envole.

Pour l'instant, les solutions se font attendre.

"Nous prenons très au sérieux le jugement de la Cour suprême (...) Nous voulons bien sûr rectifier le tir", assure Torbjørn Steen, porte-parole de Fosen Vind, le consortium qui exploite la majeure partie du parc éolien.

"L'étape suivante, c'est de définir des conditions d'exploitation garantissant qu'on puisse exploiter ces éoliennes sans enfreindre les droits des éleveurs de rennes ni menacer l'élevage. Ce que nous privilégions maintenant, c'est tout simplement un dialogue avec les éleveurs", promet-il.

Principal actionnaire du projet incriminé via le groupe public Statkraft, l'Etat norvégien est plongé dans un dilemme dantesque.

Comment faire respecter la décision de la justice et préserver les droits des Samis sans compromettre d'importants intérêts économiques - les six fermes du parc éolien de Fosen ont coûté au total plus de 1 milliard d'euros - ni une transition écologique déjà lente ?

A elles seules, Storheia et Roan ont fourni plus de 20% de l'énergie éolienne produite en Norvège en 2020, selon Fosen Vind.

Dans l'immédiat, le ministère du Pétrole et de l'Energie, qui avait délivré les concessions déclarées invalides, a demandé des expertises complémentaires.

"Nous n'avons pas décidé si les installations pourront rester en place en partie ou intégralement", assure la ministre Marte Mjøs Persen à l'AFP.



Lu 396 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Janvier 2022 - 18:00 Des pumas et des lions contaminés par le Covid

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS