Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Casablanca
Le Conseil de la Commune de Casablanca et la société Averda Casa ont annoncé, en début de semaine, avoir conclu "un accord amiable" mettant une fin anticipée à leur contrat de collecte des déchets ménagers et de propreté urbaine dans la métropole.
"Dans le cadre du lancement d'un nouvel appel à concurrence pour la gestion déléguée des services de propreté sur l’ensemble du territoire de la ville de Casablanca, le Conseil communal a pris, lors de sa session ordinaire du 3 mai 2018, la décision de mettre une fin anticipée au contrat qui lie la Commune de Casablanca à la société Averda Casa, délégataire de ces services sur les lots qui lui sont dévolus", indique un communiqué conjoint.
Les deux parties contractantes ont convenu de continuer à mobiliser tous les moyens humains, matériels et logistiques pour assurer la meilleure qualité de service durant la période transitoire précédant la mise en œuvre des nouveaux contrats de gestion déléguée sur l’ensemble des préfectures d’arrondissements concernées (Hay Hassani, Ain Chock, Ain Sbaa-Hay Mohammadi et Sidi Bernoussi).

Tétouan
Le service préfectoral de la police judiciaire de Tétouan a procédé mardi à l'arrestation d'une femme de 42 ans, soupçonnée d'avoir tué son nouveau-né et abandonné son corps dans un étang, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Les services de sûreté avaient découvert samedi le corps d'un nouveau-né dans un état de décomposition avancée au niveau d'un étang près du quartier Kouilma, dans la banlieue de Tétouan, ajoute la DGSN dans un communiqué, précisant que les investigations menées à ce sujet ont conduit à l'interpellation de la suspecte. La femme, qui a eu ce bébé d'une relation illégale, l'a étranglé avant d'abandonner son corps dans l'étang, relève le communiqué. La mise en cause a été placée en garde à vue.

Martil
La police judiciaire de Martil a procédé, lundi, à l'arrestation d'un individu pour son implication présumée dans une affaire d'usurpation de fonction régie par la loi et d'escroquerie en prétendant être un intermédiaire dans des opérations de recrutement fictif dans les cycles de la sûreté nationale.
Le suspect, un coiffeur, âgé de 53 ans, a usurpé l'identité d'un fonctionnaire de la Direction générale de la surveillance du territoire national afin de duper sa victime en lui faisant croire qu'elle allait passer le concours d'accès à la fonction de gardien de la paix moyennant une somme d'argent estimée à 11.000 dirhams, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué. Le mis en cause a été placé en garde à vue.
La DGSN tient à préciser qu'elle veille à la bonne et ferme application de la loi à l'encontre de tous les individus qui commettent des actes d'escroquerie en prétendant être des intermédiaires dans des opérations de recrutement dans les rangs de la sûreté nationale, conclut la même source.

Vendredi 1 Juin 2018

Lu 143 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés