Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Diagnostic réaliste et solutions éclairées




Le discours du Trône s’est axé en toute logique sur la pandémie qui a frappé notre pays à l’instar de bon nombre de pays à travers le monde. Un discours, on ne peut plus réaliste, qui s’est distingué par un diagnostic clair et précis de la situation, mais qui a aussi servi les solutions adéquates. 
Le fait est là. Les retombées tant sanitaires qu’économiques ou sociales ne cessent de prendre de l’ampleur. L’impact sur l’économie nationale n’est plus à démontrer sachant qu’il y a des secteurs plus touchés que d’autres à l’image du tourisme comme souligné par Sa Majesté le Roi. 
Les solutions édictées par le Chef de l’Etat donnent à ce discours une portée stratégique puisqu’elles ne se situent pas seulement dans le court terme, mais aussi dans le long et le moyen termes. 
Il y aurait lieu de citer notamment l’injection de 120 milliards de dirhams dans l’économie nationale. Rien que ça ! Serions-nous tentés de commenter.
Et que dire de cette volonté manifeste de généraliser, en l’espace de cinq ans, la couverture sociale pour en faire bénéficier l’ensemble des citoyens ! Une généralisation, comme précisé par le Roi,  qui doit servir de levier d’insertion du secteur informel dans le tissu économique national.
Autant de mesures et de sacrifices pour faire face aux répercussions insoutenables d’une crise inédite. Tant d’efforts qui ne peuvent aboutir sans une adhésion collective. Le bel élan de solidarité dont ont fait preuve les Marocains dès la première alerte ne doit en aucun cas s’étioler. Bien au contraire. Le premier défi à relever consiste en l’alimentation de ce fonds destiné à la relance de la productivité économique. Et comme le dit, à juste titre, Khaoula Lachguar, il faut sortir des sentiers battus et faire preuve d’imagination et de créativité à ce niveau. La spécialiste en développement économique et membre du Conseil national de l’USFP est d’autant plus à l’aise d’en parler que son parti, comme elle ne manque pas de le rappeler, a fait de l’élargissement de l’assiette fiscale à travers la restructuration de l’informel et des professions libérales et de l’instauration de l’impôt sur la fortune son cheval de bataille.    

Libération
Lundi 3 Août 2020

Lu 3335 fois