Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des pesticides présents dans 75% du miel mondial




Des traces de pesticides toxiques pour les abeilles ont été détectées dans 75% du miel produit dans le monde entier, suscitant l'inquiétude pour la survie de ces pollinisateurs cruciaux pour l'agriculture.
Les concentrations relevées dans 198 échantillons de miel produits sur toute la planète ne sont pas considérées comme dangereuses pour l'homme. Elles sont en effet inférieures au plafond autorisé par l'Union européenne, selon l'étude publiée jeudi dans la revue Science.
Après avoir constaté que 34% des échantillons contenaient des "concentrations de néonicotinoïdes connus pour être nocifs" aux abeilles, les scientifiques ont prévenu qu'une exposition chronique à ces substances pesticides menaçait la survie de ces petits insectes volants.
Les abeilles pollinisent les plantes tout en butinant le nectar des fleurs, qui s'accumule dans la ruche pour former l'épais miel. Elles interviennent dans la pollinisation de plus de 90% des 107 plus importantes cultures sur Terre mais, ces dernières années, elles succombent au syndrome dit "d'effondrement des colonies d'abeilles". Ce mal mystérieux entraîne la disparition ou la mort d'essaims entiers.
"Ces découvertes sont alarmantes", a estimé Chris Connolly, un expert en neurobiologie de l'université de Dundee, auteur d'un article accompagnant la publication de l'étude. "Les niveaux relevés sont suffisants pour affecter les fonctions cérébrales des abeilles et pourraient entraver leur habilité à trouver de la nourriture et à polliniser nos cultures et notre végétation", a-t-il mis en garde.
Les néonicotinoïdes ont été qualifiés de facteur essentiel au déclin mondial des abeilles. Leur utilisation a été en partie interdite par l'Union européenne en 2013.
Les échantillons collectés en Europe dans le cadre de l'étude l'avaient en grande majorité été avant l'entrée en vigueur de cette interdiction, a signalé M. Connolly. Des analyses supplémentaires sont nécessaires pour apprécier l'efficacité de l'initiative européenne.
Les scientifiques ont concentré leurs analyses sur les cinq types de néonicotinoïdes les plus utilisés: acétamipride, clothianidine, imidaclopride, thiaclopride et thiaméthoxame.
Apparus au milieu des années 1990, ces pesticides dérivent de la structure chimique de la nicotine et s'attaquent au système nerveux des insectes. "Au total, 75% de tous les échantillons de miel contenaient au moins un néonicotinoïde", selon cette étude pilotée à l'université suisse de Neuchâtel. "Sur ces échantillons contaminés, 45% en contenaient au moins deux et 10% quatre ou cinq".
La fréquence de contamination la plus élevée a concerné les miels d'Amérique du Nord (89%), devant l'Asie (80%) et l'Europe (79%). L'Amérique du Sud a présenté la plus faible (57%).

Samedi 14 Octobre 2017

Lu 1428 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.