Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des "mini-maisons" pour héberger des réfugiés à Berlin




Des "mini-maisons" pour héberger des réfugiés à Berlin
Des "mini-maisons" pour héberger des réfugiés ou des pauvres ? Le projet, encore balbutiant, a germé un jour d'hiver 2015 dans la tête d'un architecte devant la file d'attente d'un centre social pour demandeurs d'asile à Berlin.
"Je suis allé chercher ma perceuse et j'ai ramassé du bois trouvé au hasard dans les rues pour les apporter là où les gens attendaient", puis, avec quelques réfugiés, "on a simplement commencé à construire", raconte à l'AFP Van Bo Le-Mentzel, architecte berlinois de 40 ans.
En peu de temps, une maison modèle réduit prend forme. Elle servira d'abri aux enfants lors des intempéries, également à tromper l'ennui lors d'attentes interminables devant ce centre littéralement débordé en cette année 2015, lorsque l'Allemagne a accueilli 890.000 réfugiés.
Cette demeure de fortune bricolée avec trois clous et deux bouts de bois constituait le prémisse de la "Tiny House University" ("l'Université de la +mini-maison+") : un projet rassemblant architectes, designers et migrants, destiné à expérimenter de nouveaux modes d'hébergement pour les populations dans le besoin, réfugiés ou travailleurs pauvres.
Cette tendance a émergé il y a quelques années, principalement aux Etats-Unis, par choix politique pour préserver l'environnement ou par nécessité financière. Elle s'étend à présent.
"Nous essayons de créer de nouveaux types d'hébergement" pour ceux qui n'ont ni terrain ni argent, explique M. Le-Mentzel, concepteur en 2010 d'une série de meubles à bas coût réalisés à partir de matériaux de récupération.
L'équipe de la "Tiny House University", qui compte six réfugiés, travaille actuellement avec le musée Bauhaus de Berlin pour construire vingt "mini-maisons" de 10 m2 chacune.
Certaines serviront d'hébergement, d'autres de librairie, de café ou d'atelier et formeront un village temporaire. Elles sont progressivement exposées sur le terrain du Bauhaus Archiv et le resteront jusqu'en mars 2018.
Ces logis seront montés sur roues et pourront être garés sur un emplacement de parking. "A Berlin, il y a 1,5 million de voitures garées la nuit sans être utilisées" et chacun de ces emplacements de parking "fait environ 10 m2", soit la surface d'une mini-maison, relève M. Le-Mentzel.
"Que se passerait-il si on remplaçait ces 1,5 millions de voitures par des +mini-maisons+" dans lesquelles des réfugiés pourraient vivre?, rêve l'architecte.
A l'instar de nombreuses villes dans le monde, Berlin a connu ces dernières années une hausse des prix de l'immobilier compliquant l'accès au logement pour les couches populaires.
Selon Van Bo Le-Mentzel, sa Tiny100 - nom qu'il a donné à sa première version - constituerait un début de solution face à cette crise du logement : fabriquée en partie avec des matériaux recyclés, elle serait louée 100 euros par mois, et donc accessible au plus grand nombre.
Un brin utopiste, l'architecte caresse aussi l'espoir de voir des immeubles classiques abriter des logements plus compacts, à l'image de sa Tiny100, pour permettre à tous, "riches et pauvres, étudiants et entrepreneurs", de vivre ensemble.
Des discussions sont en cours avec "trois ou quatre investisseurs", glisse-t-il. "Mais nous n'en sommes qu'au début du processus".
Réfugié kurde venu de Syrie, Ali Fadi n'a pas encore en tête d'avoir sa propre "tiny house". A 33 ans, ce charpentier de métier souhaite une seule chose : pratiquer son métier. En l'absence de papiers prouvant sa formation, il n'a en effet pas pu trouver de travail en Allemagne.
Arc-bouté sur un bout de bois qu'il mesure avant la découpe, il confie son espoir que sa participation à ce projet l'aidera à "obtenir un travail".
Dans un entrepôt du sud de Berlin, un autre membre de l'équipe, Noam Goldstein, travaille sur sa demeure modèle réduit : outre les équipements normaux d'une maison, elle sera équipée de panneaux solaires, de toilettes sèches et d'un jardin hors-sol.
Sa fabrication coûtera entre 12.000 et 15.000 euros, la plupart des composants, des palettes de bois par exemple, étant issus de la récupération, estime-t-il.
Amelie Salameh, Berlinoise de 23 ans, est conquise : "La façon avec laquelle elle a été conçue, les miroirs, la lumière abondante (font que) je ne me suis jamais sentie prisonnière dedans", confie la jeune femme qui a vécu trois semaines dans cette maison de 6 m2 comptant un salon, une alcove nuit, une cuisine, une douche et des toilettes.
Elle a convié deux amis à dormir dedans et a même invité 13 personnes à la visiter. "Il suffit juste de réfléchir où on met ses affaires et de la ranger constamment, parce que ça se remplit vite!"

Mardi 8 Août 2017

Lu 381 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés