Défendre les défenseurs autochtones de la biodiversité


Libé
Mercredi 21 Décembre 2022

Dans le coin sud-ouest des Philippines, la forêt du peupleBatak est un hotspot de biodiversité. Au moins 31 espèces en voie de disparition et menacées – dont le pangolin, le mammifère le plus trafiqué au monde – ne se trouvent qu'ici, dans une zone de la taille de Montréal. La forêt a également joué un rôle essentiel en protégeant les gens des vents de 160 milles à l'heure du super typhon Odette à la fin de 2021. Les Batak entretiennent et surveillent la forêt pour seulement 20 000 $ par an - environ le prix d'une montre Rolex.

Les Batak ne sont pas les seuls à appeler chez eux un hotspot de biodiversité. Les terres natales des Innus de Nitassinan, dans ce qu'on appelle maintenant le Québec et le Labrador, se trouvent dans la forêt boréale du Canada – la plus grande forêt intacte qui reste sur la planète. Abritant des caribous migrateurs et des bois, des lynx, des loups et des ours polaires, et une voie de migration majeure pour les oiseaux, les scientifiques prédisent qu'il deviendra un refuge pour encore plus d'animaux et de plantes à mesure que le changement climatique transformera leurs habitats. La Nation innue, intendante de longue date de ces terres, tente de les protéger en proposant et en établissant des aires protégées et de conservation autochtones.

On estime que 80% de la biodiversité restante de la planète se trouve sur les terres des peuples autochtones et des communautés locales. Avec pas moins d'un million d'espèces de plantes et d'animaux menacées d'extinction aujourd'hui, la nécessité de donner à ces groupes les moyens de protéger la nature devrait être évidente. Le Sommet des Nations unies sur la biodiversité (COP15) qui vient de se terminer à Montréal – à plusieurs centaines de kilomètres au sud du Nitassinan – a offert une occasion de le faire.

Le monde n'a pas reconnu la gravité de la crise de l'extinction, et encore moins pris les mesures nécessaires pour y faire face. La COP15 a été retardée de plus d'un an parla pandémie de COVID-19, mais le problème remonte bien plus loin. Les scientifiques publiaient des articles sur la crise de l'extinction il y a plus de dix ans, tandis que les communautés autochtones luttaient pour empêcher le développement rapace - des mines à ciel ouvert aux vastes plantations de soja en passant par les barrages hydroélectriques massifs- de détruire leurs terres.

Aujourd'hui, le monde commence enfin à prendre conscience de l'ampleur des dommages causés à l'écosystème et des injustices commises contre les peuples autochtones qui se sont révélés être les gardiens les plus responsables de la nature.

Atteindre l'objectif mondial « 30x30 » de protéger au moins 30% des habitats terrestres et marins d'ici 2030, tout en respectant les droits autochtones et communautaires (y compris les droits fonciers), est l'un des moyens les plus importants d'éviter une perte catastrophique d'espèces. Lors de la COP15, c'était un sujet de discussion majeur, et le dernier jour du sommet, environ 190 pays ont approuvé un accord incluant l'objectif 30x30.

Des représentants des peuples autochtones et des communautés locales du monde entier ont assisté au sommet pour inciter les dirigeants mondiaux à atteindre leurs ambitions de préservation de la biodiversité en reconnaissant les droits fonciers autochtones et communautaires et en soutenant des pratiques de conservation éprouvées. Leur plaidoyer a contribué à faire en sorte que le langage sur les droits des autochtones soit inclus dans l'accord - une garantie importante pour les communautés qui craignaient d'être déplacées par des mesures liées à l'objectif 30x30. Les peuples autochtones et les communautés locales devraient avoir la possibilité de donner leur consentement éclairé aux mesures liées à l'objectif - qui doit être poursuivi avec une approche fondée sur les droits de l'Homme - et devraient recevoir un financement direct pour leur travail sur la protection de la biodiversité.

A cet égard, le Canada donne un puissant exemple. A l'instar des peuples autochtones du monde entier, les Premières Nations du Canada – y compris les Innus – ont prouvé qu'elles savaient comment gérer les écosystèmes de manière durable. Le leadership ou les partenariats autochtones ont été à l'origine de la création de près de 90% des aires protégées établies au Canada au cours des deux dernières décennies. Et les Premières nations ouvrent la voie à des propositions visant à établir des dizaines d'autres aires protégées.

Le gouvernement canadien a reconnu les peuples autochtones comme des partenaires essentiels pour atteindre les objectifs de biodiversité. L'année dernière, il a annoncé un nouveau financement de 340 millions de dollars canadiens(258 millions de dollars) pour la conservation dirigée par les autochtones, à verser sur cinq ans. Près de la moitié du total soutiendra les aires protégées et conservées par les autochtones; le reste financera des initiatives d'intendance dirigées par les Premières Nations. Le succès de l'accord COP15 dépend du fait que d'autres pays industrialisés suivent ou non ce modèle.

A l'heure actuelle, les peuples autochtones et les communautés locales ne reçoivent que 16 à 23 % du soutien total pour la protection des terres de la part des institutions internationales de conservation. Mais nous obtenons les mêmes résultats avec moins de ressources que la conservation gérée par le gouvernement. En d'autres termes, les peuples autochtones et les communautés locales sont non seulement les meilleurs protecteurs de la biodiversité, mais aussi les plus rentables – et parmi ceux qui en ont le plus besoin. Le soutien à leur conservation et à leur intendance profite aux gens et à la planète.

L'accord COP15 est une étape importante pour empêcher la crise de la biodiversité de nous priver de nos pollinisateurs, de nos sources de nouveaux médicaments et superaliments, et des services écosystémiques qui sous-tendent des communautés saines et prospères. Mais compte tenu de la rapidité avec laquelle la crise d'extinction progresse, il est vital de transformer les engagements en actions. Les peuples autochtones ont montré que nous pouvions protéger la biodiversité de la Terre. Mais nous ne pouvons pas le faire seuls. Nous avons besoin du soutien du monde.

Par Valérie Courtois et KM Reyes
Valérie Courtois est directrice de l'Initiative de leadership autochtone.
KM Reyes est co-fondateur et conseiller du Center for Sustainability PH.


Lu 1241 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Décembre 2022 - 17:00 Le changement climatique nous rend malades