Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Décryptage de la liste de Hallilhodzic : De nouveaux joueurs mais toujours pas de véritable avant-centre




Décryptage de la liste de Hallilhodzic : De nouveaux joueurs mais toujours pas de véritable avant-centre
Les listes se suivent mais ne se ressemblent pas. Pour la seconde fenêtre internationale de l’ère Vahid Hallilhodzic, beaucoup de cartes ont été rebattues, certaines ont été mises de côté tandis que d’autres sont sorties de sa manche. Décryptage des choix du sélectionneur national pour affronter la Libye, le 11 octobre à Oujda et quatre jours plus tard, le Gabon dans le Grand stade de Tanger.
Le manque ne date pas d’aujourd’hui- L’équipe nationale n’arrive toujours pas à se trouver un attaquant de référence. Et cela ne risque pas de changer lors du prochain rassemblement. Que ce soit Rachid Alioui ou Youssef En-Nesyri, aucun d’eux ne présente le profil d’un pur 9. Certes Alioui est en grande forme, avec trois but inscrits lors des deux derniers matchs en Ligue 1, mais le néo-Angevin n’est pas à l’aise seul en pointe. D’ailleurs, ses meilleures performances datent de la saison 2017-2018, en Ligue 2 (17 buts), avec Nîmes, lors de laquelle il jouait dans un système à deux pointes (4-4-2).
Depuis, il s’est longuement blessé au genou, avant de vivre une saison mitigée, passée plus sur le banc que sur les pelouses du championnat de France. Cette année et depuis son transfert au SCO d’Angers, Alioui est dans une forme resplendissante (4 buts et 2 assistances) mais il a toujours autant de mal quand il est aligné seul en pointe. Fortement attiré par le ballon, il lui arrive beaucoup trop souvent de dézoner et de demander le ballon dans les pieds, et par conséquent, il manque de présence dans la surface de réparation. Dans un autre style, Youssef En-Nesyri est, quant à lui, beaucoup plus porté sur la vitesse et la prise de profondeur. Son profil atypique lui permet d’être dangereux en contre, mais en phase de construction, il a plus de mal. Limité techniquement dans les petits espaces, il éprouve également des difficultés dos au but et ses déviations sont approximatives. Bref, ni l’un ni l’autre ne présentent les aptitudes d’un attaquant complet. Azarou n’a pas été convoqué et El Kaabi non plus. Le premier pour choix tactique et le second est  laissé à la disposition des locaux.
Donc, en gros, l’équipe nationale n’a toujours pas d’attaquant. Ça c’est le premier enseignement au niveau offensif. Le second c’est la non-convocation de Dirar, Belhanda et surtout Soufiane Boufal. Pourtant, l’ailier de Southampton a été à son aise lors des matchs amicaux de septembre. Pour des explications, va falloir repasser. Car contrairement à ce qui se fait dans le monde entier, la liste des convoqués n’est pas annoncée et encore moins justifiés par le sélectionneur national lors d’une conférence de presse. Donc on ne saura pas ce qui a poussé à inscrire El Haddad, l’ailier du WAC sur la liste, tout comme Anas Zniti, et pas Walid El Karti par exemple. Partant du principe que de toute manière, coach Vahid va libérer les deux premiers pour qu’ils puissent participer au match des locaux, dans ce cas, pourquoi ne pas avoir convoqué d’autres «locaux»? Vous l’aurez compris, toutes ses questions demeureront en suspens jusqu’au moment où l’on daignera s’expliquer.
A contrario, on peut vous dire que les nouveaux appelés, s’ils ne sont pas de parfaits inconnus, leur convocation est du moins étonnante. Surtout celle du latéral napolitain Kévni Malcuit. Il se murmure que l’ex-Stéphanois a été surpris alors qu’il avait clairement balayé, il y a quelques mois, toute hypothèse de porter le maillot des Lions de l’Atlas. Selim Amallah, le milieu du Standard de Liège, a certainement impressionné le sélectionneur bosnien à la faveur d’un probant début de saison, ponctué de deux réalisations et une qualité de passe intéressante vers l’avant (70% de réussite), sans oublier un goût prononcé pour les duels (55% de réussite). Un profil qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un autre nouveau dans le microcosme de l’équipe nationale, Ahmad El Messaoudi, le milieu de terrain qui porte les couleurs du club hollandais du Groningen FC.    

Chady Chaabi
Samedi 5 Octobre 2019

Lu 169 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Septembre 2020 - 22:25 Le HUSA assure son maintien en D1