Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

DHJ-RCA : Après l’article 21, le Raja se réfère à l’article 16

Le bras de fer se poursuit entre la LNFP et le comité des Verts




Ça se complique de plus belle entre le Raja et la Commission de programmation relevant de la Ligue nationale de football professionnel (LNFP). Si cette dernière tient à ce que le match de mise à jour (9ème journée) entre le DHJ et le RCA soit joué ce mardi soir à partir de 19 heures au stade El Abdi à El Jadida, le Raja campe sur ses positions, voulant que cette rencontre soit reportée à une date ultérieure. Même si le comité des Verts a appelé à la tenue d’une réunion avec les adhérents, devant avoir lieu hier, pour prendre une décision à ce sujet: ne pas jouer ou jouer avec l’équipe espoir coachée par Bouchaïb Lambarki.
Bien que la commission de programmation de la LNFP se trouve sommée de faire jouer le maximum de matches en retard, en raison d’un calendrier chargé, le Raja a le droit de demander l’application stricte du règlement des compétitions de la FRMF.  
Selon l’article 21 se rapportant aux dispositions applicables aux matches de rattrapage des équipes disputant une compétition internationale, le Raja a le droit de demander l’ajournement de son match contre le DHJ vu qu’il a affronté moins de 72 heures auparavant, le 4 janvier au stade Mustapha Tchakir à Blida, le Mouloudia d’Alger pour le compte des quarts de finale aller de la Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions. Et qu’au cas où il jouerait le DHJ en championnat, le Raja disposera de moins de 72 heures avant de rencontrer à Tizi Ouezzou, le 10 courant, l’équipe algérienne de la Jeunesse Sportive de Kabylie, match comptant pour la phase de groupes de la Ligue africaine des clubs champions.
L’article 21 stipule ainsi que «si le match inter-club a lieu à l’étranger, le match de rattrapage est programmé 3 jours francs au moins après la date du match inter-club. Pour des nécessités de la programmation, les matches susceptibles d’être reportés peuvent être avancés dans le respect des délais précités».
Et pour couper court aux spéculations ou autres interprétations, le Raja peut également s’appuyer sur l’article 16 somme toute des plus clairs, définissant la participation des clubs marocains aux compétitions continentales ou régionales. Et la Coupe arabe Mohammed VI fait partie, bien entendu, des compétitions régionales, ce qui lui confère son caractère officiel. Autrement dit, en se tenant auxdits articles, le Raja a le droit de bénéficier du report de son match contre le DHJ qu’il risquerait de perdre au cas où il le jouerait avec une équipe composée de joueurs espoirs, non aguerris.
Un tel cas de figure, le concours national l’avait déjà connu avec le Wydad, qui avait décidé de jouer des rencontres du championnat privés de bon nombre d’éléments cadres qui étaient retenus avec les différentes équipes nationales. Un choix assumé par le président du club et de la LNFP, Saïd Naciri, fortement critiqué par les supporteurs wydadis puisqu’il a été payé cash par les Rouges : Des matches perdus et un titre raté en fin de compte au détriment de l’Ittihad de Tanger sacré champion du Maroc lors de la saison 2017-2018.

Mohamed Bouarab
Mardi 7 Janvier 2020

Lu 2743 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19