Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Commémoration du 440ème anniversaire de la bataille de Oued Al Makhazine

Une épopée glorieuse du combat mené par le peuple marocain contre les convoitises étrangères




Commémoration du 440ème anniversaire de la bataille de Oued Al Makhazine
Le Haut-commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l'Armée de libération organise, ce samedi à Larache et Ksar El Kébir, un meeting et un colloque à l'occasion du 440ème anniversaire de la bataille de Oued Al Makhazine.
Le meeting prévu dans la localité de Souakene sera ponctué d'interventions et de témoignages rendant hommage au combat du peuple marocain et aux énormes sacrifices consentis pour défendre l'intégrité territoriale du Royaume et contrer les convoitises étrangères, indique le Haut-commissariat dans un communiqué.
Des wissams Royaux et des aides financières seront remis, à cette occasion, à des membres de la famille de la résistance et leurs ayants droit en signe de reconnaissance des sacrifices qu’ils ont consentis pour le recouvrement de l'indépendance du Maroc, indique la même source.
Le programme de la commémoration prévoit le lancement des travaux de construction d’un espace dédié à la mémoire de la résistance et l'organisation d’un colloque sur cette bataille, à la Maison de la culture à Ksar El Kébir, avec la participation d’une pléiade d’académiciens et de historiens nationaux et étrangers.
Il convient de rappeler que cette bataille constitue une page héroïque dans l'histoire de la résistance du peuple marocain, la défense des valeurs de l’islam et la lutte contre les convoitises étrangères.
Cette bataille s’est déroulée sur les rives du fleuve Oued Al-Makhazine, dans une conjoncture régionale et internationale très sensible marquée par une concurrence acharnée entre les trois principaux empires méditerranéens de l’époque, à savoir le Portugal et l'Espagne d'une part, et les Ottomans de l’autre.
En effet, les Européens occupaient les ports de la façade atlantique surtout celui de Larache profitant de la situation prévalant en Afrique du Nord, particulièrement au Maroc.
Conscient de l’importance du facteur temps pour les Marocains, le Sultan Abdelmalek Saadi proposa des négociations à Don Sébastien pour mieux se préparer à une éventuelle confrontation.
Face à ces convoitises étrangères, le Sultan, en bon politique et fin connaisseur de la conjoncture nationale et internationale de la seconde moitié du 16ème siècle, a pu préserver l’indépendance et la souveraineté marocaines contre le Roi du Portugal qui s’est lancé dans une aventure non calculée visant à étendre son pouvoir sur une partie du territoire marocain.
Suite à l'embarquement des forces portugaises au départ de Lisbonne à destination des villes marocaines de Tanger et Asilah, le Sultan décida alors de conduire lui-même son armée à Ksar El Kébir. Il envoya une lettre de provocation à Don Sébastien pour le faire avancer jusqu'au Loukkous en vue de l'isoler de sa flotte maritime qui était son point fort. Don Sébastien tomba dans le piège et donna l'ordre de marcher sur Ksar El Kébir et de traverser Oued Al-Makhazine.
Après la destruction du pont d'Oued Al-Makhazine par les forces marocaines, la bataille s'est soldée par la mort de Don Sébastien et de son allié Mohamed El Moutaouakil.
Au cours de la bataille, le Sultan Abdelmalek Saadi, empoisonné par ses ennemis, décède et sa mort ne sera annoncée qu'une fois la victoire des Marocains proclamée.
Cette victoire du Maroc mit ainsi fin aux convoitises expansionnistes de l'armée portugaise. Elle avait également permis au Royaume de s'ériger en puissance et de renforcer sa position sur les plans africain et méditerranéen.

La Bataille des trois Rois

Désireux de prendre pied au Maroc, le jeune roi du Portugal Sébastien (24 ans) répond avec bienveillance à la proposition d'alliance d'un ancien roi du Maroc, El Moutaouakil, en conflit avec  le Sultan Abdelmalek Saâdi. Parti de Lisbonne, il débarque avec sa flotte entre Tanger et Asilah.  Il commande 20.000 hommes mais le Sultan en dispose, lui, de 50.000.
Habilement, le souverain saâdien lui adresse une lettre de provocation qui le pousse à quitter sa base littorale et à aller à sa rencontre, à l'intérieur du pays. Il traverse Oued Al Makhazine  et fait sa jonction avec son allié El Moutaouakil.
L'affrontement avec l'armée du Sultan a lieu le 4 août 1578, près de Ksar el-Kébir. Il tourne très vite au désastre pour le roi portugais et son allié. Leurs armées sont battues et empêchées de se retirer, le Sultan ayant fait détruire les ponts sur Oued Al-Makhazine.
Le jeune roi trouve la mort dans une charge de la cavalerie tandis que son allié se noie en tentant de traverser l'oued. Le Sultan n'a pas l'occasion de savourer sa victoire car il meurt lui-même d'un empoisonnement ou d'une maladie contractée avant la bataille ! Sa mort est tenue secrète jusqu'à la confirmation de la victoire.
La mort sans héritier direct du jeune roi Sébastien, de la dynastie d'Aviz, suscite désespoir et incrédulité chez ses sujets.
Circonstance aggravante, une grande partie de la noblesse portugaise périt également au cours de ladite bataille.
Il s'ensuit deux ans plus tard l'annexion du Portugal par le roi d'Espagne Philippe II de Habsbourg, fils d'une princesse portugaise !
La noblesse portugaise ne se résoudra jamais à l'annexion et va reconquérir son indépendance deux générations plus tard, le 1er décembre 1640.

Samedi 4 Août 2018

Lu 1134 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés