Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture des travaux du colloque écosystème et changements climatiques" à Casablanca


Des choix techniques, organisationnels, économiques et politiques pour faire face à la crise écologique s’imposent désormais



La crise écologique actuelle exige une approche multi-échelles et transdisciplinaire puisqu'il s’agit d’une question qui dépasse les frontières des pays émetteurs de gaz à effet de serre, a indiqué, samedi à Casablanca, le professeur à l’université de Paris Est Créteil, Ali Benmakhlouf. 
Dans une déclaration à la MAP à la clôture des travaux du colloque organisé par la Fondation du Roi Abdulaziz Al Saoud pour les études islamiques et les sciences humaines sur les "Défis environnementaux : écosystème et changements climatiques", Benmakhlouf a fait savoir qu’au moment où l’humanité altère de manière accélérée le potentiel de changement de l’évolution biologique, la question de la préservation des capacités de la nature à créer de la diversité s’impose avec force. 
Les choix techniques, organisationnels, économiques et politiques pour faire face à la crise écologique doivent s’accompagner de l’élargissement de la base d’informations disponibles par des études d’impacts en vue de renforcer les capacités de régénération de l’ensemble des organismes vivants, a-t-il dit, notant que les atteintes à la biodiversité peuvent altérer les conditions de vie des populations en diminuant l’accès aux ressources alimentaires et en se conjuguant aux effets du changement climatique.
Après avoir exposé les risques écologiques qui menacent la planète Terre, Benmakhlouf, également membre senior de l’Institut universitaire de France, a souligné l’importance d’élaborer une vision déontologique et équitable envers la population locale dans chaque chantier environnemental en intégrant les savoirs locaux. 
Animée par un parterre de chercheurs, d’universitaires et de juristes, cette rencontre scientifique de deux jours a été marquée par des conférences-débats sur les thématiques "Que peut être une vie authentiquement humaine sur terre", "De maîtrise du vivant à une coévolution de l’humanité au sein du vivant : un nouveau sens du progrès", "Comment repenser le bien commun et la responsabilité de tous pour faire face aux défis de la protection de l’environnement".
Cet évènement a été également ponctué par des conférences sur "La justice climatique et environnement : un point de vue du Sud", "Sociétés rurales au Maroc et changements globaux : vulnérabilité, adaptation et résilience", "Sommes-nous entrés dans l’ère de l’adaptation aux changements climatiques" ou encore "Milieu, robustesse et convivialité, contre environnement, optimisation et complexité".

Libé
Lundi 24 Octobre 2016

Lu 594 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés