Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Chakib Bouallou : L’intelligence artificielle est devenue un enjeu de compétitivité mondial




Chakib Bouallou : L’intelligence artificielle est devenue un enjeu de compétitivité mondial
Chakib Bouallou est professeur au Centre efficacité énergétique des systèmes (CES) de Mines Paris-Tech. Il est aussi  président du  Conseil franco-marocain des ingénieurs et scientifiques
qui a organisé une convention le samedi 23 mars 2019 sur le thème : «Intelligence artificielle :
l’enjeu du futur». A cette occasion,  il a accordé cet entretien à Libé.



Libé : De plus en plus d’ingénieurs marocains quittent le Royaume pour aller à l’étranger, que ce soit en Europe, aux Etats-Unis ou même dans les pays du Golfe. Ce qui inquiète, c’est le départ par promotion entière (exemple de la promotion 2018 de l’Ecole nationale supérieure d’informatique et d’analyse des systèmes (ENSIAS) selon la presse  marocaine). Quelles sont les raisons de ces départs collectifs à votre avis?
Chakib Bouallou : Effectivement, la totalité des ingénieurs de la promotion 2018 de l’Ecole nationale supérieure d’informatique et d’analyse des systèmes (ENSIAS) ont quitté le Maroc pour tenter leurs chances à l’étranger. Beaucoup d’entreprises françaises sont à la recherche de compétences, notamment dans le secteur des nouvelles technologies. D’après les chiffres rendus publics, 600 ingénieurs formés au Maroc quittent chaque année le pays sans parler des hauts cadres qui déposent chaque année leur démission pour partir définitivement à l’étranger et tenter leurs chances, soit 8.000 cadres et ingénieurs. C’est franchement inquiétant ! Les raisons sont les mêmes depuis plusieurs années : le marché de l’emploi au Maroc n’offre que très peu d’opportunités à ces ingénieurs et les entreprises marocaines qui auront de plus en plus de difficultés à recruter des ingénieurs au Maroc et surtout à les garder, ne proposent pas de salaires et d’avantages financiers convenables. C’est très simple, quand vous ne pouvez pas vivre dignement de votre salaire et d’assurer le bien-être de votre famille et un bon système éducatif pour vos enfants, que vous reste-t-il à faire ? Un ingénieur informaticien à Marrakech est payé à 5000 dirhams mensuels sans autres avantages (cas concret).

Au fond, est-ce qu’il ne faut pas débattre du projet de société qui repose sur ce phénomène de fuite des cerveaux, de migration marocaine massive sous toutes les formes?
C’est une question très importante, évidemment qu’il faut débattre de ces phénomènes. La société marocaine est une société en perte de confiance. Aujourd’hui, le gouvernement en est conscient, le département ministériel concerné dispose d’une cartographie des Marocains vivant à l’étranger et des difficultés qu’ils rencontrent pour investir au Maroc, par exemple. Ce département devra assurer le retour de ceux qui le souhaitent dans les meilleures conditions. Pour éviter la migration massive notamment des cadres, il faut développer une nouvelle politique nationale pour maîtriser ce phénomène. Il faut revoir le management des ressources humaines dans le secteur public et encourager le secteur privé à faire autant pour une politique appropriée avec des mesures concrètes. L’évolution de carrière, la qualité de vie et l’environnement de travail sont déterminants pour un cadre. Dans le cas du Maroc, la valorisation des compétences et la méritocratie sont indispensables pour éradiquer ce phénomène de fuite des cerveaux.

Quel rôle peuvent jouer les compétences marocaines en France  dans le développement du pays d’origine et dans le transfert du nouveau savoir ? Le Conseil franco-marocain des ingénieurs et scientifiques que vous présidez  organise-t-il des rencontres ou traite-t-il des projets dans ce sens?
Il est difficile de déplacer les compétences au Maroc. Ceci nécessite l’amélioration de l’accès à l’information sur les opportunités d’emploi ou les besoins au Maroc mais également l’adéquation entre les compétences des migrants et les emplois disponibles. C’est un processus qui reste difficile mais dans lequel les employeurs ou les demandeurs ont un rôle crucial à jouer. Effectivement, l’accès à l’information sur les opportunités peut se fait de manière informelle au travers du Conseil franco-marocain des ingénieurs et scientifiques mais les agences privées de recrutement jouent un rôle important dans ce domaine. On peut aussi envisager un cadre d’accords bilatéraux de gestion des migrations de travail. Le Conseil franco-marocain des ingénieurs et scientifiques organise régulièrement des rencontres et des conventions pour la mobilisation des compétences dans notamment les nouvelles technologies. Notre convention qui a été organisée à Paris le 23 mars 2019 a traité de l’intelligence artificielle qui commence à être diffusée dans bien des domaines et va changer nos vies: voitures connectées, robots, automatisation des tâches, reconnaissance d’image, diagnostics médicaux, domotique, jeux, etc… Cette convention a pour objet la clarification du concept de l’intelligence artificielle, l’exposé de quelques cas d’usage, l’information sur la stratégie des acteurs/pays les plus avancés dans le domaine et l’explication sur l’intérêt pour le Maroc d’investir dans ces technologies

Pouvez-vous nous donner une idée sur l’intelligence artificielle et l’enjeu qu’elle suscite?
L’intelligence artificielle est devenue un enjeu de compétitivité mondial où les pays, comme les entreprises, essaient de mobiliser leurs énergies et leurs ressources afin de rester dans la course. Elle permet de combiner la sophistication des modèles mathématiques avec la puissance des algorithmes de calcul. Elle s’appuie sur des données (Big Data), des modèles de prédiction avancés (Deep Learning), une puissance de calcul «infinie» (High Performance Machines) et sur des compétences analytiques et informatiques (Data Scientists).

Entretien réalisé à Paris par Youssef Lahlali
Jeudi 28 Mars 2019

Lu 1085 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com