Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Célébration du 85ème anniversaire de la bataille de Bougafer


Haut fait d’armes d’Assou Ou Baslam et épopée glorieuse de l’histoire du Royaume



La bataille de Bougafer, dont le peuple marocain, célèbre cette année le 85ème anniversaire, constitue une épopée glorieuse de l’histoire du Royaume et une étape importante dans la lutte des Marocains contre l’occupation étrangère. 
Le 13 février 1933, les forces coloniales avaient mené leur première attaque contre les combattants des tribus d’Aït Atta qui se sont repliés dans les montagnes de Bougafer, une position stratégique difficile d’accès pour l’ennemi leur permettant de mieux assurer leur défense.
Malgré leurs armements destructeurs et sophistiqués, les forces d'occupation françaises avaient subi une cuisante défaite mémorable lors de cette attaque.
Commentant cet évènement historique, l'académicien français Henri Debordeau avait affirmé, à ce propos, que «les forces coloniales n'ont pas pu atteindre leur but car la résistance était non seulement acharnée mais encore hautement organisée».  «Les combats étaient intenses et les forces coloniales avaient subi des pertes importantes», témoignait l'officier français, le capitaine Bournazel, peu de temps avant qu'il ne soit tué lors de la même bataille.
Devant cette forte résistance, le courage et la ferme détermination dont ont fait montre les combattants marocains, les forces coloniales avaient été contraintes au repli et à la reconsidération de leur stratégie.
Dans cette attaque, l’armée française avait utilisé l’artillerie lourde et l’aviation pour bombarder les positions des résistants.
Après d’intenses combats, elle est parvenue à encercler les résistants, dont le nombre ne dépassait pas 5000 à Bougafer, leur interdisant ainsi toute communication avec l'extérieur mais sans jamais arriver à les faire replier.
Les raids coloniaux se sont poursuivis jour et nuit sans entamer la détermination des combattants. La nouvelle de la mort du capitaine Bournazel a décuplé leur enthousiasme.
Ne pouvant pas obtenir une réédition par les armes, le commandement français a coupé l’approvisionnement des résistants marocains en contrôlant les sources d’eau et les pistes de ravitaillement, ce qui a fait plusieurs morts parmi les enfants et les vieillards.
Cette situation n’a pas ébranlé le moral et le courage des combattants, obligeant l’armée coloniale à entrer en pourparlers avec le chef de la résistance, Assou Ou Baslam, le 24 mars 1933.
Un cessez-le feu a été alors instauré. Les résistants, qui ont accepté de déposer les armes, ont néanmoins posé leurs conditions, exigeant notamment que les tribus d'Ait Atta soient administrées par l'un des leurs. Ce fut Assou Ou Baslam lui-même.
Tout au long du processus de recouvrement de la souveraineté du Maroc, les habitants de la province de Tinghir n'ont cessé leur lutte héroïque contre les forces d’occupation, réalisant ainsi la volonté du peuple et du Trône notamment avec le retour au pays de Feu S.M Mohammed V, le 16 novembre 1955, et l'accession du Royaume à l'indépendance.

Libé
Lundi 19 Février 2018

Lu 944 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés