Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bravo aux Lions de l’Atlas


Libé
Jeudi 15 Décembre 2022

Bravo aux Lions de l’Atlas
"Bravo à eux". Leurs espoirs sont douchés, à l'image des trombes d'eau qui se sont abattues mercredi sur le Maroc, mais les Lions de l'Atlas ont gagné le coeur du peuple marocain et au-delà des frontières du pays.

 "Ils ont fait un très beau match mais la chance n'a pas été de notre côté. On a tenu tête aux tenants du titre, c'est superbe", se réconfortait Oussama Abdouh, 35 ans, un supporteur casablancais.

 "Au-delà de la Coupe du monde, cette équipe nous a fait rêver jusqu'au bout et rien que pour ça, je leur tire mon chapeau", a-t-il ajouté, rapporte l’AFP.
 Hakim Salama, lui, aurait aimé que l'histoire continue. "On a raté l'opportunité du siècle. Je suis dégoûté", lâche-t-il.

 "Je ne dirais pas que c'est une défaite. Les Marocains ont montré un magnifique visage. On est fier d'eux. Franchement, on y croyait à cette finale, ça nous fait un peu mal mais ils nous ont fait vibrer, ils nous ont fait rêver et c'est tout ce qu'on voulait en fait", rétorque Mohamed Amine, 23 ans.

 A Rabat, dans une capitale imbibée de pluie, loin des explosions de joie qui avaient caractérisé les précédents exploits au Qatar, le parcours fantastique de l'équipe marocaine a été salué par des salves de klaxons et des rassemblements festifs au son des tambours.

S.M le Roi Mohammed VI a transmis par téléphone ses "vives félicitations" à l'ensemble de l'équipe pour avoir "fait honneur au peuple marocain et au public international", a précisé la MAP.

 "Après son parcours exceptionnel (...), l'équipe marocaine peut désormais envisager l'avenir sereinement et continuer à rêver et à écrire de nouveaux chapitres glorieux de son histoire", selon la MAP.

 "L'équipe nationale a fait des miracles depuis le début du Mondial. Perdre ou gagner importe peu pour nous", commentait avant le match Rachid Sabbiq, croisé dans un marché du quartier populaire de Derb Sultan à Casablanca.

"Dans ce quartier de Derb Sultan, on est épris de foot, donc forcément les victoires de l'équipe nationale nous font rêver", s'enthousiasme Mohamed Nadifi, un adolescent qui voudrait tant imiter son idole Sofiane Boufal.
Touria Matrougui a bravé le froid et la pluie torrentielle pour aller à Derb Sultan acheter des tenues du Maroc pour ses quatre petits neveux.

"Ils ont brandi le drapeau marocain très haut et rien que pour ça, on ne les remerciera jamais assez", assure fièrement la quinquagénaire.
Cette fièvre a gagné tout le continent africain et le monde arabe.

 "Le Maroc a rendu tout un continent fier. J'ai suivi avec passion le parcours de cette équipe comme si c'était mon propre pays", confesse Sidibey Zoumana, un Ivoirien résident au Maroc depuis 2018.
 De Rabat à Gaza en passant par Dakar, la liesse populaire a accompagné l'épopée des hommes de Walid Regragui.

 "Les Lions de l'Atlas ont donné de la visibilité à notre pays, de la sympathie aussi. Ils ont prouvé qu'un pays africain peut aller loin, être compétitif", s'est consolé Saïd Mouhssine, 48 ans, après la défaite.

 Cette demi-finale contre la France - copieusement sifflée pendant toute la rencontre - était particulièrement chargée d'histoire et de revanche.
"Ça me rappelle l'ambiance lors de l'indépendance du Maroc", a confié au quotidien Le Parisien l'écrivain Tahar Ben Jelloun.

 A l'issue du match, dans un entretien téléphonique, S.M le Roi Mohammed VI a adressé "ses félicitations" au président Emmanuel Macron, présent à Doha, à la veille d'une visite à Rabat de la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna après des mois de crispations, a indiqué la MAP.

 M. Macron est attendu à Rabat pour une visite d'Etat début 2023.


Lu 861 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS