Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bolsonaro président Plongée dans l'inconnue pour le Brésil

HRW appelle à protéger la démocratie dans le pays




Bolsonaro président Plongée dans l'inconnue pour le Brésil
La jeune démocratie brésilienne a basculé lundi dans une grande inconnue avec son premier président d'extrême droite plus de 30 ans après la fin de la dictature, une élection qui a jeté une lumière crue sur les fractures du Brésil.
Jair Bolsonaro, qui prendra ses fonctions le 1er janvier 2019, a reçu dimanche un mandat clair avec plus de 55% des voix, devant le candidat de gauche Fernando Haddad (45%) à l'issue d'une campagne qui a coupé en deux le plus grand pays latino-américain.
Une fois installé dans le palais du Planalto à Brasilia, l'ancien capitaine, qui a souhaité dimanche après sa victoire un Brésil qui soit "une grande Nation, pour nous tous", aura fort à faire, après la campagne qu'il a menée au lance-flammes, pour recoller les morceaux d'un pays qui s'est fracturé profondément.
Bolsonaro va succéder, pour quatre ans, au conservateur Michel Temer, qui se retire sur un taux d'impopularité historique et va lui laisser un pays mal en point et en plein doute.
Jair Bolsonaro devait se rendre à Brasilia mardi pour s'entretenir avec M. Temer, ainsi que le président de la Cour suprême Dias Toffoli et le chef d'état-major des armées, le général Eduardo Villas Bôas.
Ce député, qui n'a fait voter que deux lois en 27 ans dans l'hémicycle et n'était guère connu que pour ses gesticulations guerrières, arrive à la tête d'un pays de 208 millions d'habitants sans aucune expérience du pouvoir, comme ses futurs ministres.
La liste est longue des Brésiliens qui ont de quoi être inquiets de l'avenir après les déclarations agressives du candidat Bolsonaro qui avait dit vouloir gouverner "pour la majorité, pas pour la minorité".
Dans sa ligne de mire, pêle-mêle: les Noirs, les femmes, les membres de la communauté LGBT, mais aussi les militants de gauche, les Indiens, les membres du mouvement paysan des sans-terre (MST) et d'ONG, les défenseurs de l'environnement et les journalistes.
Les plus optimistes pensent que cet admirateur de la dictature militaire (1964-85) abandonnera sa rhétorique de campagne à l'épreuve du pouvoir. Mais d'autres le voient gouverner d'une manière bien plus idéologique que pragmatique, faisant prendre un virage vertigineux au Brésil.
"Il y a toujours des risques. Il est clair qu'avec ses antécédents et ses déclarations polémiques, il a attiré l'attention", note Leandro Gabiati, directeur du cabinet de consultants Dominium, à Brasila.
"Il ne faut toutefois pas perdre de vue que le Brésil a une des démocraties les plus solides d'Amérique latine", ajoute-t-il. Mais le Brésil de Bolsonaro sera sous surveillance de la communauté internationale.
Inconnue également est la direction que prendra la 8e économie mondiale sous la baguette d'un président qui avoue sa totale incompétence en la matière.
Avec son "Chicago boy" Paulo Guedes, il "devra remettre l'économie en mouvement le plus rapidement possible, car il n'aura une marge que de six mois, ou un an", dit M. Gabiati.
Gaspard Estrada, spécialiste de l'Amérique latine à Sciences Po, estime lui aussi que Bolsonaro "aura de très fortes pressions pour donner des résultats très rapidement, puisqu'il s'est basé sur une plateforme très radicale".
"Sur le plan économique, des privatisations, il y aura des pressions des électeurs mais aussi des marchés financiers" qui attendront beaucoup, et vite.
Bolsonaro aura-t-il les moyens de mettre en œuvre sa politique? C'est une autre grande inconnue. "Il sera face au Congrès le plus fragmenté de l'Histoire", relève M. Estrada.
Le futur président "sera tenté de prendre des mesures très dures, sans passer par le Parlement", où il aura beaucoup de mal à former une majorité. "Il sera confronté à des exigences très vite", dit M. Estrada, qui "craint des dérapages dès le début de son mandat".
Par ailleurs, Human Rights Watch (HRW) a lancé dimanche un "appel urgent" à "protéger les droits" démocratiques du Brésil après l'élection du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro à la présidence de la première puissance d'Amérique latine.
"Le Brésil a des juges indépendants, des procureurs engagés, des journalistes courageux et une société civile vibrante", a déclaré le directeur d'HRW pour les Amériques, José Miguel Vivanco.
"Nous nous unirons à eux pour affronter quelque tentative que ce soit d'éroder les droits démocratiques et les institutions que le Brésil a construits dans la douleur ces trois dernières décennies", a-t-il poursuivi.
"Human Rights Watch va suivre de près le discours et les actions du gouvernement Bolsonaro", qui prendra le pouvoir en janvier, a souligné le responsable de l'ONG.
Le communiqué d'HRW a cité une série de déclarations polémiques du président élu, qui a par exemple annoncé la semaine dernière une grande "purge" chez ses opposants de gauche, qualifiés de "marginaux rouges", qui n'auraient d'autre choix que la prison ou l'exil.

Mardi 30 Octobre 2018

Lu 501 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com