Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Avalanche de critiques contre la tenue de la Copa América au Brésil


"Championnat de la mort" avec pour mascotte "Covidinho": les critiques ont fusé au Brésil après l'annonce lundi du choix de ce pays pour organiser au pied levé la Copa América de football alors que la Covid-19 y a fait plus de 460.000 morts . "Un événement de cette ampleur va causer d'innombrables déplacements, même si les matches sont à huis clos.Et cela va contribuer à la recrudescence de la pandémie", avec lamenace d'une troisième vague dans les prochaines semaines, déplore pourl'AFP José David Urbáez du Centre d'infectiologie de Brasilia. "Ce tournoi aurait dû être annulé, un point c'est tout", ajoute-t-il. La Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a annoncé lundi matin que la compétition qui doit mettre aux prises des stars mondiales comme Neymar, Messi ou Cavani aurait lieu au Brésil aux dates prévues initialement (13 juin au 10 juillet), après les désistements successifs de la Colombie et de l'Argentine. "Dans d'autres pays, comme le Chili, la vaccination est bien plus avancée et la pandémie est beaucoup mieux contrôlée. Il est difficile de comprendre d'où est venue cette décision", estime pour sa part l'épidémiologiste Pedro Hallal, de l'Université fédérale de Pelotas. Le Brésil affiche le deuxième bilan le plus meurtrier au monde après les Etats-Unis, et seulement 11% de la population a reçu deux doses de vaccin. Au moment d'annoncer ce choix surprenant de pays hôte, la Conmebol a tenu à remercier le président d'extrême droite Jair Bolsonaro pour avoir "ouvert les portes de son pays à l'événement sportif le plus sûr du monde". De quoi susciter des réactions acerbes de ses opposants politiques, qui lui reprochaient déjà d'avoir constamment minimisé l'ampleur de la crise sanitaire, avec son discours anticonfinement à contre-courant des orientations scientifiques et le refus d'offres de vaccins. Le sénateur Renan Calheiros, rapporteur d'une commission d'enquête parlementaire du Sénat qui se penche surla gestion chaotique de la pandémie, a qualifié laCopaAmérica au Brésil de "championnat de la mort". "Les offres de vaccins ont moisi dans des tiroirs, mais ils n'ont pas tardé à accepter d'organiser la Copa América", a-t-il lancé sur Twitter. Le vice-président de cette commission, Randolfe Rodrigues, a réclamé l'audition devant les sénateurs de Rogerio Caboclo, président de la Confédération brésilienne de football, pour qu'il explique "quelles mesures sont prévues pour garantir la sécurité des Brésiliens". Le député de gauche Julio Delgado a pour sa part annoncé son intention de saisir la Cour suprême pourfaire annulerle tournoi, dont les villes hôtes n'ont pas encore été définies. Les gouverneurs de deux Etats du Nord-est, le Pernambouc et le Rio Grande do Norte, qui possèdent des stades modernes ayant accueilli le Mondial-2014, ont déjà annoncé qu'ils refuseraient d'accueillir des matches par "manque de sécurité sanitaire". Au Brésil, les matches ont lieu à huis clos depuis le début de la pandémie, même si la finale de la Copa Libertadores, fin janvier, s'est jouée en présence de quelques centaines de supporters invités par les clubs et les fédérations. Selon la presse brésilienne, la Conmebol souhaiterait faire de même pour une éventuelle finale de Copa América au mythique stade Maracana de Rio. Sur les réseaux sociaux, les internautes s'en sont donné à coeur joie, avec des montages montrant une mascotte de la Copa América appelée "Covidinho" ou "Cloroquito", une allusion à l'hydroxychloroquine, médicament dont Jair Bolsonaro ne cesse de vanter les mérites malgré les études scientifiques prouvant son inefficacité contre le virus. Dans les rues de Sao Paulo, les Brésiliens se montraient également très critiques. "Il ne faudrait pas organiser un événement aussi important en ce moment. C'est bon pour l'économie, mais ça va faire augmenter le nombre de contaminations. Je suis contre, même si j'adore le foot", a dit à l'AFP Guilherme Beserra da Silva, qui travaille dans l'import-export.

Libé
Mercredi 2 Juin 2021

Lu 359 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:05 Patrick De Wilde, le globe-trotter

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:00 Le HUSA renoue avec la victoire

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS