Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après son coup de pied, Evra II le retour




Après son coup de pied, Evra II le retour
Dans une vidéo dont il a le secret, Patrice Evra avait promis de "revenir plus fort que jamais", en tractant un 4X4 sous le soleil de Dubaï. Après son coup de pied spectaculaire contre un supporter et son départ de l'OM, le latéral gauche de 36 ans tente une énième aventure à West Ham, où il a signé mercredi.
Le défenseur s'est engagé jusqu'en juin 2018 avec les Hammers. C'est un sacré pari pour le joueur et le club anglais compte tenu des dernières prestations de l'ancien international français, que ce soit sur le terrain ou en dehors, avec ce "geste irréparable" contre un fan, comme le reconnaissait l'Olympique de Marseille en annonçant la résiliation de son contrat.
Son "high-kick" (coup de pied haut) du 2 novembre avant un match d'Europa League chez les Portugais de Guimaraes lui avait valu un départ immédiat du club et une sanction de l'UEFA: une suspension de toutes compétitions européennes jusqu'au 30 juin 2018 et une amende de 10.000 euros.
"Rien, dans le fond et surtout dans la forme, ne justifiait un tel dérapage, surtout de la part d'un joueur cadre aussi expérimenté qui doit inspirer les plus jeunes", écrivait alors l'OM.
Le club phocéen avait également condamné les "provocations indignes d'une poignée d'individus" qui avaient insulté Evra avant la rencontre, jusqu'à son fameux pétage de plomb et son carton rouge direct pour un coup de pied rappelant celui d'un autre fort caractère du football français, Eric Cantona en 1995 avec Manchester United.
Manchester United, le club où Patrice Evra a justement réalisé une grande partie de sa carrière, de 2006 à 2014, avec un impressionnant palmarès: notamment cinq titres de champions d'Angleterre et trois finales de Ligue des champions dont une remportée contre Chelsea en 2008.
A West Ham, 12e de Premier League, il va d'ailleurs retrouver l'entraîneur David Moyes, qu'il avait fréquenté lors de sa dernière saison à ManU en 2013-2014.
Pour un peu, le "personnage" Patrice Evra, adepte des déclarations chocs et des vidéos humoristiques sur son compte instagram, ferait presque oublier le joueur qu'il a été.
Il est pourtant passé par les plus grands clubs comme Manchester United et la Juventus Turin et compte 81 sélections en équipe de France, où il fut toujours considéré comme un patron, le "Tonton Pat" du vestiaire, même une fois privé du brassard de capitaine, après le calamiteux Mondial-2010 et la grève des joueurs de Knysna.
"On a passé cinq très belles années ensemble en équipe de France, ça a toujours été un leader", disait de lui l'attaquant des Bleus Olivier Giroud après l'affaire du coup de pied. "Il a gagné de nombreux titres, c'est un grand joueur. J'espère qu'il pourra rebondir, retrouver du bonheur et finir autrement".
"Finir autrement", c'est justement l'objectif que s'est assigné Evra en débarquant à West Ham. Même à 36 ans, le latéral gauche ne voulait pas en rester là, fidèle à la phrase qu'il répète comme un mantra sur les réseaux sociaux: "I love this game".

Rani Khedira renonce à la sélection tunisienne

Le petit frère de Sami Khedira, le milieu défensif d'Augsbourg Rani Khedira, 24 ans, a renoncé à la sélection tunisienne, annonce-t-il dans l'édition de mercredi du bihebdomadaire sportif Kicker.
Rani Khedira a joué avec les équipes d'Allemagne de jeunes, mais ne compte aucune sélection avec l'équipe A, ce qui le rendait sélectionnable pour la Tunisie. Son frère aîné, lui, est l'un des cadres de la Mannschaft avec 72 sélections.
Il avait récemment été approché pour jouer pour la Tunisie à la Coupe du monde, où les Aigles de Carthage figurent au 1er tour dans le groupe G avec la Belgique, l'Angleterre et le Panama.
"J'ai été très fier que la fédération tunisienne ait pensé à moi", a déclaré le cadet des Khedira à Kicker. "Je suis né et j'ai grandi en Allemagne, je ne parle qu'allemand, ce qui a beaucoup influé sur mon choix", explique celui qui a reconnu que cette décision avait été difficile à prendre.
"Cela a été de longues discussions avec mes proches, mon père est un Tunisien très fier, je porte les deux pays dans mon coeur, mais au final je pense avoir pris la bonne décision", a déclaré Rani Khedira.

Vendredi 9 Février 2018

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés